• Hersonissos (Crète)

     

    "Il est encore tôt dans ce monde mon amour

    Pour parler de toi et moi."  Odysséas Elytis

     

    Odysséas Elytis (Odysséas Alepoudhéllis, de son véritable nom) est né le 2 novembre 1911 à Héraklion (Crète), dans une famille aisée, originaire de l’île de Lesbos, qui possédait une fabrique de savons. Il est décédé le 18 mars 1996 à Athènes.

    Buveur de soleil ! Tout Elytis est dans ce mot qui surgit déjà dans un poème des années de guerre. Une part essentielle de son œuvre emprunte toute sa luminosité aux paysages des Cyclades, à la prodigalité du soleil, à l’ivresse de l’écume, au vertige des façades immaculées. Sans que pour autant, bien entendu, sa poésie ne cesse d’être exigeante et hauturière ! Oui, cette poésie irradie toute la lumière de la Grèce insulaire au point que beaucoup ont pu la dire héliaque, à condition de prendre ce mot au sens d’imprégnation et non, bien sûr, d’insolation ! L’Égée, le soleil, la lumière, le vent, la mer n’ont cessé d’habiter toute sa vie ses émotions, ses joies et ses poèmes comme autant d’illuminations successives. Miracle de dépouillement, de paysages réduits à leurs lignes d’ombre et de lumière, à l’épure du ciel, de la terre et des eaux.

     


    votre commentaire
  •  

    Bleu...

     

    Hersonissos (Crète)

     

     


    votre commentaire
  •  

    Milan, la flamboyante...

     

    La cathédrale gothique du Dôme de Milan et le couvent Santa Maria delle Grazie, qui abrite la Cène de Léonard de Vinci, témoignent de plusieurs siècles d'art et de culture.

    Aussi connue sous le nom de "Ultima Cena" (Dernier Repas), la Cène est considérée parmi les œuvres les plus importantes de Léonard de Vinci et c’est la seule œuvre sur mur encore visible.

    La représentation s’inspire de l’Evangile de Jean, dans lequel Jésus annonce qu’il sera trahi par l’un de ses apôtres. A l’intérieur d’une salle, Léonard de Vinci réalisa un premier plan de la grande table de la Cène, avec au milieu la figure isolée du Christ.

    L’utilisation de la perspective et la disposition des personnages attirent le regard au point qu’on a l’impression de participer à la Cène et de vivre intensément ce moment décisif. Pour la réalisation de la fresque, commandée par Ludovic le More, Léonard de Vinci adopta la technique de la détrempe pour donner libre cours à sa créativité. Une technique qui cependant n’a pas résisté aux changements climatiques, qui au fil des années ont partiellement endommagé la fresque.  

     


    4 commentaires
  •  

    Le danseur de corde...

     

     

     

     


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires