•  

    Cèdre...

     

     

    Mon amour, mon amour,

    J’aime la vie que tu me fais depuis toujours,

    Et dans mes pires tristesses, tu m’offres la mer…

    Toutes les mers,

    La mer lactescente, La mer d’opale, la mer turquoise…

    Sois donc remercié pour la mer aussi…

     


    2 commentaires
  •  

    Le disque de Phaestos.

     

     

    Perché sur un site spectaculaire, Phaestos fut l'un des principaux palais minoens de Crète. Les fouilles entreprises en 1900 par l'archéologue italien Halbherr ont mis au jour deux palais. Les vestiges du premier, construit vers 1900 av. J.-C. et détruit sans doute par un séisme vers 1700 av. J.-C.comme à Knossos, le palais, dont les vestiges sont toujours visibles, fut reconstruit avec un éclat nouveau. Toutefois, la majeure partie des ruines proviennent du second palais, endommagé vers 1450 av. J.-C., probablement par un raz-de-marée. La cité-Etat, fut détruite par Gortys au IIe siècle av. J.-C.

    Aujourd'hui, les ruines superposées des deux palais rendent difficile l'interprétation du site.

    Le disque de Phaestos en argile de 16 cm de diamètre a été découvert à Phaestos en 1903. Ses deux faces comportent des caractères hiéroglyphiques qui se déroulent en spirale de la circonférence vers le centre. Ces symboles n'ont jamais été déchiffrés. Il pourrait s'agir d'un hymne sacré. C'est l'une des pièces maîtresses du Musée archéologique d'Héraklion.

     


    4 commentaires
  • ...

     

    ...

     

     “L’obsession de l’ailleurs c’est l’impossibilité de l’instant ; et cette impossibilité est la nostalgie même” Emil Cioran


    6 commentaires
  •  

    Le peuple de Minos...

     

    Décor peint sur un sarcophage. Musée archéologique d'Héraklion.

     

    "Qnze siècles avant notre ère, les artisans crétois ont fabriqué avec un admirable talent toute la gamme des objets, des plus modestes aux plus luxueux. Les trouvailles archéologiques, les fresques qui montrent costumes et bijoux nous aident à retracer ce qu'était la vie quotidienne des Crétois minoens. Nous entrevoyons leurs fêtes, leurs travaux.

    Si l'art constitue l'expression individuelle d'une foi collective, alors le peuple crétois, lorsqu'il faisait fête, devenait un peuple d'artistes. Il assistait et participait, en costumes multicolores, aux processions du nouvel an, aux concours sportifs et aux cérémonies d'investiture qui se déroulaient sur les esplanades entourant les grands temples. Il sacrifiait, banquetait, chantait et dansait lors des solstices, des équinoxes et quarante jours auparavant, lorsque commençaient ou s'achevaient les labours, la transhumance ou la navigation. Ces jours exceptionnels ne peuvent faire oublier que l'essentiel de la vie était consacré au travail."

    Paul Faure (Professeur émérite de langues et civilisations helléniques à l'université Blaise Pascal de Clermont Ferrand, Docteur honoris causa de l'Université d'Athènes) † 2007 

     

     


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires