•  

    "L'âge d'or" Léo Ferré.

     

     

    L'une des plus belles chansons de Léo, illustrant l'espérance utopique,

    celle qui fait agir et vivre ceux que j'ai évoqués dans ce diaporama,

    celle qui les fait vivre et mourir...

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Ô triste, triste était mon âme...

     

     

     


    4 commentaires
  • Le Musée du Bardo à Tunis.

     

    Le Bardo conserve la plus belle collection de mosaïques romaines d’Afrique du Nord. La richesse des œuvres rassemblées provenant des différents sites archéologiques de Tunisie, est éblouissante. Le musée a été officiellement inauguré le 7 mai 1888 et depuis cette date, ses collections n’ont cessé de s’enrichir de pièces nouvelles, grâce aux dons de particuliers et aux fouilles archéologiques menées par l’Institut national du patrimoine, parfois avec l’aide de missions étrangères.

    Les pavements de mosaïque ornant les villas romaines étaient réalisés par des équipes d’artisans spécialisés. Un mortier d’une épaisseur de 15 cm, fait de sable jaune mêlé de galets, était étendu sur le sol. Cette base devait assurer un fond solide ; elle était ensuite recouverte d’une couche compacte, dite nucleus, de chaux et de sable, avec parfois des fragments de tuiles ou de poteries. Une esquisse sommaire du motif était tracée, puis un mortier très fin étendu : il fallait y déposer des tesselles de marbre de différentes couleurs avant qu’il ait séché. L’aspect luisant des écailles des poissons était rendu par l’inclusion de petits cubes de verre. L’ouvrage terminé, le sol était finement jointoyé. Les multiples mosaïques découvertes par les archéologues ont apporté de précieux  renseignements sur la vie des Romains en Afrique : leur goût pour les jeux du cirque et la chasse ; l’importance de la mer poissonneuse et de la navigation ;  leur culture gréco-romaine, attestée par la représentation d’épisodes de L’Odyssée ou de portraits d’écrivains latins. (Source : guide Hachette)

     


    6 commentaires
  •  

    Edward Hopper 1982-1967)

     

     

    "House by the railroad" Edward Hopper 1925

    Huile sur toile 61 x 73,7 (New York MOMA)

     

    Cette "Maison près de la voie ferrée" a inspiré Alfred Hitchcock pour la reconstitution remaniée de la maison de son film "Psychose" (L'édifice plongé dans l'ombre dégageant un sentiment d'étrangeté et de mystère). D'autres réalisateur de films ont rendu hommage aux toiles de Hopper : Georges Stevens (Géant, 1956) Terrence Malick, Sam Mendes, Wim Wenders (Paris Texas, 1984 ; Lisbon Story, 1994 ; La Fin de la violence, 1997 ; Don't Come Knocking, 2005) etc...

    David Lynch ne cache pas que ses peintres préférés sont Pollock, Bacon, et Hopper, et Wim Wenders a dit qu' "on a toujours l'impression chez Hopper que quelque chose de terrible vient de se passer ou va se passer."

    L'oeuvre de Hopper a également intéressé certains photographes. La Néerlandaise Laetitia Molenaar par exemple, qui a reproduit certains tableaux d'Eward Hopper en photographies.

     


    10 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires