•  

    Rivages (Eugenio Montale)

     

    Pouvoir,

    semblables à ces branches

    hier décharnées et nues, aujourd'hui pleines

    de frémissements et de sève,

    entendre

    demain, nous aussi, parmi parfums et vents,

    un flux nouveau de songes, l'afflux pressant

    et fou de voix vers une issue ; et dans le soleil

    qui sur vous s'élance, rivages,

    refleurir !

                             Eugenio Montale (Riviere) 

     


    4 commentaires
  •  

    "J'étais assis dans ce jardin ; je ne voyais pas le soleil ; mais l'air brillait de lumière diffuse comme si l'azur du ciel devenait liquide et pleuvait. Oui vraiment, il y avait des ondes, des remous de lumière ; sur la mousse des étincelles comme des gouttes ; oui vraiment, dans cette grande allée on eût dit qu'il coulait de la lumière, et des écumes dorées restaient au bout des branches parmi ce ruissellement de rayons." 

    André Gide (Les nourritures terrestres)

                                                                                                         


    5 commentaires
  •  

      

    "Pourquoi aurais-je peur de marcher dans l'obscurité ?
    Je voudrais ne jamais être venu en ce monde
    Et n'avoir jamais nagé parmi les étoiles.
    Je voudrais que l'aube n'ait jamais embrassé mes rêves
    Et que la lumière n'ait jamais caressé mes yeux
    Je voudrais n'avoir jamais cessé d'être ce que j'étais,
    Une lumière libre répandue sur toute l'existence."

                                    Abou El Kacem Chebbi
                                    (traduction S.Masliah)

     

    photo Katia Chausheva  ici 


    9 commentaires
  •  

      

    Tes mots de lumière, messagers parfumés de menthe et parés de couleurs, franchissent ton espace de silence… Tes mots de poète sont une brise douce et bienfaisante, une eau vive porteuse d’éclairs joyeux et malicieux… Tu peins avec Klee, tu écris avec Lorca, tu joues avec eux dans la séduction innocente de celui qui EST… oui, sois !... Encore et toujours… Et que le « Noir du Titien griffe ton sommeil, que le Rouge de Burri soit cri païen, et le Blanc de Twombly souffle d’enfance ». Reste pour nous l’être de Lumière, le passeur de rêves et de poésie, sois celui qui danse sur la vague et qui vole à la cime des pins, sois celui qui aime et celui que nous aimons… SOIS ! Francesco, sois ! 

     

     

     Le blog de Francesco est : ici

     On peut retrouver Francesco sur twitter : ici 

    et sa play-list ici : Francesco Pagni, peintre, sculpteur, photographe.


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires