• A Siliana

     

    Siliana-30nov2012.png

     

    "Pour la liberté, je saigne, je lutte, je survis.
    Pour la liberté, mes yeux et mes mains, 

    Comme un arbre charnel, généreux et captif,

    je les donne aux chirurgiens.

     

    Pour la liberté, je sens plus de coeurs

    que de sable dans ma poitrine ; l'écume jaillit de mes veines,

    et j'entre dans les hôpitaux, et je plonge dans l'ouate

    comme dans les nénuphars.

     

    Pour la liberté, je veux faire tomber

    Ceux qui ont dressé leur statue dans l'argile,

    Et je me détacherai de mes pieds, de mes bras,

    de ma maison, de tout.

     

    Parce que là, où des orbites vides, à l'aube, se pointent,

    La liberté déposera les deux pierres d'un futur regard

    Et fera que de nouveaux bras et de nouvelles jambes grandissent

    Sur la chair écorchée.

     

    Des ailes de sève sans automne bourgeonneront,

    Reliques de mon corps, qu'à chaque blessure je perds.

    Parce que je suis comme l'arbre écorché, je bourgeonne :

    Parce que, encore et toujours, j'aime la vie."

     

    Miguel Hernandez (El Herido 1938-1939)

     

     

     

    http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20121130.AFP6528/tunisie-l-armee-a-siliana-le-president-veut-un-nouveau-gouvernement.html

    « Chat...Balcon sur le Lot... »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    15
    el duende
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:12
    C'est magnifique et je croyais que c'était toi qui l'avais écrit sur le coup de la douleur !
    14
    Vendredi 7 Décembre 2012 à 23:54

    Bonsoir Mario... c'est dur... ça ne fait que commencer, et je ne m'habituerai jamais au jeu de massacre des dirigeants contre la jeunesse... Pour moi, la jeunesse c'est sacré à plus d'un titre, pas seulement parce que je suis mère...

    13
    Vendredi 7 Décembre 2012 à 19:10
    Merci pour les indignés de Siliana !
    12
    Lundi 3 Décembre 2012 à 18:13

    aaaaah ! tu me rassures ! je n'aime pas trop les traductions... une traduction, c'est toujours un peu une trahison (ne serait-ce que dans la musique des mots...)

    11
    Lundi 3 Décembre 2012 à 17:46
    Non, non Eva, la traduction n'est pas maladroite, je ne la connaissais pas et te suis infiniment reconnaissant du partage. Bises.
    10
    Dimanche 2 Décembre 2012 à 12:21

    oui Dan et comme je répondais à Danae, la liberté est terriblement difficile à conquérir, mais elle est toute aussi difficile à conserver...

    9
    Dimanche 2 Décembre 2012 à 12:20

    non seulement c'est difficile à conquérir, mais c'est bien difficile à garder ! Bon voyage ma chère Danae ! bisous !

    8
    Dimanche 2 Décembre 2012 à 12:12

    on se sent "porté" par l'association des deux... Cette marche pacifique, c'est comme un grand vent de révolte silencieuse, une marée irrépressible... Et même pour moi qui crains tellement la foule, j'ai envie de marcher sur la route avec eux... Tout laisser derrière à l'usurpateur, au tyran, en signe de protestation... Bon dimanche Nathanaël

    7
    Dimanche 2 Décembre 2012 à 11:44

    voici la version originale que tu connais probablement (j'ai un peu honte de la traduction maladroite que j'ai trouvée sur le net)

    Para la libertad sangro, lucho, pervivo.
    Para la libertad, mis ojos y mis manos,
    como un árbol carnal, generoso y cautivo,
    doy a los cirujanos.

    Para la libertad siento más corazones
    que arenas en mi pecho: dan espumas mis venas,
    y entro en los hospitales, y entro en los algodones
    como en las azucenas.

    Para la libertad me desprendo a balazos
    de los que han revolcado su estatua por el lodo.
    Y me desprendo a golpes de mis pies, de mis brazos,
    de mi casa, de todo.

    Porque donde unas cuencas vacías amanezcan,
    ella pondrá dos piedras de futura mirada
    y hará que nuevos brazos y nuevas piernas crezcan
    en la carne talada.

    Retoñarán aladas de savia sin otoño
    reliquias de mi cuerpo que pierdo en cada herida.
    Porque soy como el árbol talado, que retoño:
    porque aún tengo la vida.



























    6
    Dimanche 2 Décembre 2012 à 11:16
    En toute solidarité
    5
    Dimanche 2 Décembre 2012 à 09:44
    La photo et le texte fouettent le sang, la défense de la liberté le fait bouillir. On ne peut que se sentir frères ! Merci de nous le rappeler.
    Bonjour Eva.
    4
    Dimanche 2 Décembre 2012 à 08:58
    La liberté est difficile à conquérir pour ces peuples malmenés. Bises et beau dimanche chère Eva. A bientôt.
    3
    DAN
    Dimanche 2 Décembre 2012 à 00:04
    La liberté est comme une flamme, il faut toujours veiller à ce qu'elle ne s'éteigne pas !
    2
    Samedi 1er Décembre 2012 à 17:06
    Oui Eva à la fois espérance et désespérance! Magnifique ce poème qui colle si bien à tous ces combats pour une vie digne...
    1
    Samedi 1er Décembre 2012 à 16:53

    Je cherchais un poème d'Hernandez, et j'ai trouvé celui-ci. J'ai préféré à l'original, une traduction même approximative, pour que ce soit compris par le plus grand nombre. Ce qu'exprime Hernandez me semblait tellement d'actualité dans cette région particulièrement défavorisée de Tunisie, que j'ai tout de suite pensé à cette photo : cette action de tout abandonner pour la lutte, ce risque évident d'être meurtri, blessé, de devenir borgne ou aveugle, tout dans ce poème colle à la réalité de la Révolution tunisienne en marche... C'est beau parce que c'est sans compromis... C'est beau parce que c'est à la fois "Espérance" et désespérance... 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :