• A une passante (Ch.Baudelaire)

     

    la-passante.jpg

     

     

    La rue assourdissante autour de moi hurlait.

    Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,

    Une femme passa, d’une main fastueuse

    Soulevant, balançant le feston et l’ourlet ;

     

    Agile et noble, avec sa jambe de statue.

    Moi, je buvais crispé comme un extravagant,

    Dans son œil, ciel livide où germe l’ouragan,

    La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

     

    Un éclair… puis la nuit ! – Fugitive beauté

    Dont le regard m’a fait soudainement renaître,

    Ne te verrai-je plus que dans l’éternité ?

     

    Ailleurs, bien loin d’ici ! trop tard ! jamais peut-être !

    Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,

    O toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais !

     

     

    Charles Baudelaire (Les Fleurs du Mal)

    « Les Roms de Roumanie.Le retour d'Ulysse (Epilogue) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    15
    Jamadrou
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:01
    J'aime, ma nuit sera belle
    En rime, en mots, pour elle.
    14
    Jamadrou
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:01
    Ma nuit si envoûtante autour de moi rêvait
    Longue fine en grande transe majestueuse
    Un frisson passera d'une main fièvreuse
    Froissant étirant le fin drap blanc en méfaits

    La nuit sera agile tendue et tourmentée
    Moi je la vivrai attentive et patiente
    Dans son sein un lait clair se laissera téter
    La douceur qui abreuve en toute avidité

    Un coup sec un tonnerre être comme envoûtée
    Dans cette onde dispersée intense d'intimité
    Ne la sentirai-je plus que dans l'éternité?

    Après, dans l'instant où la mort me serrera
    Quand tout basculera dans le néant divin
    Je chercherai, c'est certain, cette joie en vain.
    13
    LP le
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:01
    Voilà de quoi satisfaire ta curiosité Eva :
    http://www.louispaulfallot.fr/archive/2008/10/14/lxxxvii.html
    12
    LP le
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:01
    C'est un peu ancien Eva, les liens ne sont sans doute plus actifs. Mais tu trouveras les infos sur cette édition des Fleurs du Mal; bises, bonne soirée.
    11
    Lundi 23 Décembre 2013 à 00:17

    J'adore Baudelaire... C'est celui qui m'emporte le plus loin...

    10
    Dimanche 22 Décembre 2013 à 23:48
    Deux destins croisés mais quelle force que de rendre éternel par l'écriture ce qui n'a pas été
    9
    Mardi 1er Octobre 2013 à 23:19

    oui, je te remercie Louis-Paul, bonne nuit !

    8
    Mardi 1er Octobre 2013 à 15:46

    Merci pour le lien Lous-Paul ! J'ai lu ton billet mais si les liens vers les ouvrages que tu cites, les images concernant les illustrations ne s'ouvrent pas pour le moment (même en changeant de navigateur)... J'y reviendrai dans la soirée... 

    7
    Mardi 1er Octobre 2013 à 10:21

    "Les Fleurs du Mal" illustré par Matisse... ce doit être quelque chose !  J'ai une édition avec des repro de peintres divers, mais... Matisse !... tu titilles ma curiosité (et ma jalousie !) Bonne journée Louis-Paul, je t'embrasse 

    6
    Mardi 1er Octobre 2013 à 10:18

    Coquine !

    5
    Mardi 1er Octobre 2013 à 10:13
    ..."Les Fleurs du Mal", parmi les recueils à portée de main! Un beau cadeau cette édition du Chêne, de plus illustré par Matisse. Bises Eva.
    4
    Mardi 1er Octobre 2013 à 10:11
    Eva, ce n'est peut-être pas Baudelaire qui m'inspire mais les fleurs du mal...in ou les fleurs du mâle hein?
    3
    Mardi 1er Octobre 2013 à 08:49

      comme tu dis ! fais gaffe, c'est peut-être contagieux !

    2
    Mardi 1er Octobre 2013 à 08:47

    hé bien dis-moi ! Baudelaire t'inspire !

    1
    DAN
    Mardi 1er Octobre 2013 à 08:13
    Mince alors, je suis dans le cercle des poètes apparus...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :