•  

    4 Istanbul article132


    Je me souviens très bien de ces deux-là…

    Ils voyageaient ensemble, mais se touchaient à peine.

    Ils se regardaient souvent pudiques et tendres, avec timidité.

    Ils se parlaient peu, surtout avec les yeux…

    Ils semblaient se comprendre sans avoir à se parler. Une grande complicité les unissait, visible, palpable, qui vibrait dans l’air avec force et légèreté…

     


    28 commentaires
  •  

     

     

    Le thème : C'est l'histoire d'un amour comme il y en a tant d'autres, un amour impossible, éternel, un amour qui apporte tout le bien, tout le mal, un amour qui donne Lumière à la vie... Et parce qu'adorer est religion, tout est obscur désormais sans cet amour...

     

    Une très belle version d'un grand classique chanté autrefois par Gloria Lasso, Dalida, et Nana Mouskouri. Luz Casal, par son élégance et la pureté de sa voix magnifie cette chanson.

     

     

     


    12 commentaires
  •  

    Frise 

     

     

    La Maison des Amants (non photographiée, non visitée) est une ravissante demeure bien conservée. On peut lire sur l'un des petits tableaux :

     

    "amantes ut apes vitam melitam exigunt"

    (Les amants comme les abeilles rendent la vie douce comme le miel)

     

     

    Musée de Naples

     

     

     

     

      photos eva (août 2010 au Musée Archéologique National de Naples)

     


    38 commentaires
  •  

    fleurs de pommier



    Que deviennent les mots d’amour qui meurent aussitôt nés ?

    Que deviennent les mots d’amour qui n’ont pas été entendus par les aimés ?

    Les mots écrits, chuchotés, murmurés, et les autres, tus dans l’urgence…

    Sont-ils capturés par des étrangers qui les trouvent « jolis », « plaisants », « aimables » ?

    Les mots d’amour perdus ne sont rien de tout cela, ils sont les petits galets ronds et doux lavés par l’eau vive de l’amour, ils sont les silex durs et brillants taillés par l’ardeur de l’amour, ils sont les flammes dansantes de l’impatience criée, ils sont le noir intense, car il n’est qu’une seule couleur : le Noir, pour ce que le noir d’abîme efface tout, et que lui seul peut les rendre au néant d’où l’on vient.

    eva, texte et photo © 


    25 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique