• le-sourire-de-Sanaa.jpg

     

    "Je serre ses mains, je la presse contre ma poitrine.

    J'essaie d'emplir mes bras de sa beauté, de piller avec mes baisers son sourire, de boire avec mes yeux ses regards.

    [...]

    Comment le corps pourrait toucher la fleur que seule l'âme peut toucher ?"

     

    L'offrande lyrique (Rabindranâth Tagore, traduction André Gide)

     

    à mes enfants très chers, Eric et Sanaa

     

    bougainvillers-a-Marrakech1.jpg

     


    10 commentaires
  •  

     


     

     

    "Même quand on a perdu 

    l'amour qu'on a connu

    vous laisse un goût de miel..."

     

     

    Video du photographe tunisien : Hamideddine Bouali

     

    que vous retrouvez aussi sur le blog : http://du-photographique.blogspot.fr/

     



    9 commentaires
  •  

     

    "Ton ombre est là, sur ma table...

    Je sais que tu es là, que tu ne m'as jamais quitté, jamais...

    Il me semble qu'on m'a tiré de toi, et qu'on t'a sortie de moi...

    Nous venons d'ailleurs tous les deux, et personne ne le sait...

    Tu seras mienne par delà le chemin qui nous séparera...

    Je suis la vie pour toi, et la peine, et la joie, et la mort...

    Je meurs dans toi, et nos morts rassemblées feront une nouvelle vie unique..."


    9 commentaires
  •  

    noeud rouge



    Puisqu’on ne vivra jamais tous les deux

    Puisqu’on est fou, puisqu’on est seul

    Puisqu’ils sont si nombreux

    Même la morale parle pour eux

    J’aimerais quand même te dire :
    Tout ce que j’ai pu écrire

    Je l’ai puisé à l’encre de tes yeux.

     

    Je n’avais pas vu que tu portais des chaînes,

    A trop vouloir te regarder

    J’en oubliais les miennes...

    On rêvait de Venise, de liberté !

    J’aimerais quand même te dire :

    Tout ce que j’ai pu écrire

    C’est ton sourire qui me l’a dicté.

     

    Tu viendras longtemps marcher dans mes rêves

    Tu viendras toujours du côté

    Où le soleil se lève,

    Et si malgré ça j’arrive à t’oublier

    J’aimerais quand même te dire :

    Tout ce que j’ai pu écrire

    Aura longtemps le parfum des regrets

                                                                
                                                                                                           Francis Cabrel
    photo eva, décembre 2009
     


    33 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique