• André Verdet et Jacques Prévert

    André Vernet et Jacques Prévert

     

     

    "Nous sommes sur le pont

    Figurants d'une énigme

    Oublieux du péril et faisant

    Parfois des gestes dangereux

    Nous regardons les étoiles

    Elles nous rassurent

    Et nous repartons

    Tranquilles

    Entre les deux parenthèses 

    D'un cataclysme"

    André Verdet

     

    Collage de Jacques Prévert

    (Musée de Cordes sur Ciel)

    André Verdet

    lire aussi chez mon amie Noëlle :

     http://nono.hautetfort.com/archive/2013/02/18/andre.html

    « CapriMoissac, le plus beau cloître du monde... »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    14
    Dimanche 5 Octobre 2014 à 22:58

    Francesco, les poètes qui s'amusent avec la peinture et les peintres qui s'amusent avec les mots, tu fais ça toi-même très bien, avec un beau talent qui n'est jamais démenti... smile

    13
    Dimanche 5 Octobre 2014 à 17:46

    J'adore Verdet, et ce collage de Prévert que je ne connaissais pas. J'aime les échanges d'émotions "croisées" de tous genres,  j'aime les poètes qui s'amusent avec la peinture et les peintres qui s'amusent avec la poésie, en toute liberté….

     

    Pour Louis-Paul: Vive St. Paul de Vence, un village qui est pour moi, "le centre du monde" et ou j'aimerai vivre un jour.….

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    12
    Samedi 4 Octobre 2014 à 20:36

    C'est superbe ! un bon moment

    A bientôt

    11
    Samedi 4 Octobre 2014 à 19:35

    Tu sais bien Dan qu'ici, on peut tout dire !...

    10
    DAN
    Samedi 4 Octobre 2014 à 19:11

     

    Je pense qu'on est plus ou moins «armé» pour comprendre certaines production dite artistique, et je dois bien avouer que je n'ai AUCUNE disposition pour les poèmes ainsi rédigés, je pense que ça se passe dans la tête des écrivains, car moi j'aurais peut être écris ça comme ça :

     

    Nous sommes sur un pont qui ne semble pas très solide, et nous faisons des gestes qui le font bouger, et ça peut être dangereux vu sa piètre solidité. Sur ce pont nous regardons le ciel est les étoiles, et ce spectacle nous semble rassurant, et sur cette idée nous repartons vers un nouveau jour lui aussi plein de périls comme celui de la veille.
    Tu vois, mon esprit est trop cartésien pour apprécier ces paroles ou plutôt cette devinette et s'il faut se triturer les méninges pour comprendre la poésie là vraiment je peux dire que ce n'est pas fait du tout pour moi.
    Bien entendu je me permet d'écrire ce commentaire peut être un peu «vif» sachant que tu le comprendras et que je suis ici chez une amie.
    Bonne soirée Éva !

     

    9
    Samedi 4 Octobre 2014 à 18:18

    Bonsoir Dan ! La poésie surréaliste est toujours un petit peu hermétique, mais quand on lit la biographie de André Verdet, et que l'on voit son parcours de résistant, on peut imaginer que ces vers-là ont un peu un rapport avec les circonstances de l'Histoire. Quant aux étoiles, qui ne regarde pas les étoiles pour se rassurer ?... pour se rassurer sur l'éternité... Ne sommes-nous pas toujours "entre les deux parenthèses d'un cataclysme" ?

    Si tu vas voir aussi le très beau blog de Noëlle, dont j'ai mis en lien le billet qui honore Prévert et Verdet, leur amitié, leur parcours commun, tu comprendras mieux la poésie et l'engagement de ces deux hommes là qui eux-mêmes ont côtoyé d'autres personnages tout aussi célèbre. A demain Dan, dans les pages d'Havrais-dire ! yes 

    8
    Samedi 4 Octobre 2014 à 18:12
    7
    Samedi 4 Octobre 2014 à 18:10

    @ Dan
     

    On « comprend »  mieux lorsque l’on connait la passion de Verdet pour les sciences, l’astronomie.

     

    6
    DAN
    Samedi 4 Octobre 2014 à 17:11

    J'ai eu beau lire plusieurs fois ce poème je n'ai rien compris, c'est grave docteur ?

    5
    Samedi 4 Octobre 2014 à 15:10

    Deux talents rassemblés par la magie de ton blog. J'étais en total accord avec toi lorsque tu as mentionné "Sanguine" à propos de la poésie "Alicante" de Prévert que j'avais publiée.

    4
    Samedi 4 Octobre 2014 à 14:30

    C'est moi Noëlle qui te remercie ! Avant de voir ce musée à Cordes, je ne connaissais pas Verdet... Tu es une perle !

    3
    Samedi 4 Octobre 2014 à 14:25

    Merci  Eva et merci Louis-Paul !

    Je vous embrasse

    2
    Samedi 4 Octobre 2014 à 14:18

    oui Louis-Paul, Noëlle m'a fait passer son lien, son billet est superbe et témoigne bien de l'amitié de ces deux là et du talent de Verdet. Bises Louis-Paul, merci de ta visite !

    1
    Samedi 4 Octobre 2014 à 12:52

    Verdet, Prévert...
    Tout près à St Paul de Vence.
    Bises Eva

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :