• Outre les chapiteaux ornés de décors végétaux, on peut admirer les 46 chapiteaux historiés parmi lesquels :


    La pêche miraculeuse avec sa frise de dragons



    Le martyre de St Saturnin 

    Le proconsul condamne Saint Sernin (nom contracté de Saturnin) sa main levée condamne Saturnin, on voit le temple païen du Capitole à Toulouse dont Saturnin fut le premier évêque au milieu du IIIe S. 



    Les martyrs de Tarragone
     
    L’évêque St Fructueux, les diacres St Augure et St Euloge meurent dans les flammes 



    Les martyres de St Pierre et de St Paul 

    St Pierre est crucifié la tête en bas (face Nord) St Paul est décapité.
    Dans la cavité reposaient des reliques qui ont été profanées à la Révolution (face Sud photo suivante)



    Sur les chapiteaux historiés, toutes les têtes des personnages ont été martelées à la Révolution.



    Les Hébreux dans la fournaise

    Des flammes animent le milieu de chaque face


    Samson
     Le héros de la conquête de la Terre Promise, avec ses longs cheveux où résidait sa force, terrasse un lion.

    Saint Pierre Apôtre
     
    Les clés rappellent la parole de Jésus «  tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon église… Je te donnerai les clés du Royaume des cieux : tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux »

    photos eva © (septembre 2009)


    8 commentaires
  •  



    Portal Major (1601) de la Cathédrale de Palma.

     




    Une œuvre majeure de Miquel Barceló (peintre et céramiste) fut la réalisation de 2001 à 2006, sur commande, des décorations intérieures et des vitraux de la chapelle Sant Pere de la Seu de la Cathédrale Bajo el mar de Palma de Majorque sur son île natale, qui ont été inaugurés par le roi Juan Carlos d'Espagne le 2 février 2007. Sur une surface d'environ 300 m2, l'artiste a représenté sur la verticalité des murs, des scènes d'eucharistie empruntant à l'Ancien et au Nouveau Testament (symboles du Christ - poisson, pain...) et à la culture des îles Baléares. Son travail s'articule autour de supports de poterie et de céramiques créant des sculptures rappelant l'art pariétal. Il a également conçu les vitraux, en collaboration avec l'atelier de Jean-Dominique Fleury à Toulouse, qui ont été changés pour l'occasion. Cette réalisation est considérée par Dore Ashton, une importante critique d'art américaine, comme l'un des travaux les plus importants de l'artiste (source Wikipedia).





         

             



    Le Christ, va procéder à la multiplication des pains et des poissons...



    Sur la partie gauche de la chapelle, est représenté le monde de la mer...

     







    Sur la partie droite de la Chapelle sont représentées les urnes contenant le vin, ainsi que les épis de blé en gerbes, les pains, et toutes sortes de fruits et légumes...



    "J'aime que l'oeil cherche à reconnaître des objets, animaux marins, coquillages dispersés sur toute l'étendue de la toile. Enfant, je plongeais à Majorque. Un fond marin, c'est comme un tableau jamais achevé. Il change chaque jour. Il suffit d'un orage ou des traces d'un crabe sur le sable. Peindre, c'est comme observer des choses au fond de la mer. Elles sont d'abord invisibles et puis, par la seule force de l'attention, peu à peu apparaissent."

    Interview Miquel Barcelò (Le Nouvel Observateur du 2-8 août 2007)
    photos eva baila, mai 2009
    ©


    29 commentaires


  • A 2km à l'ouest de la cathédrale, sur une colline plantée de pins, près de l'entrée du port, se dresse l'un des plus beaux châteaux gothiques d'Europe.

     


    De là, la vue sur la ville et la baie est spectaculaire. Son nom signifie "Belle vue".
    Cette résidence d'été de Jacques II fut construite par Pere Selvà au début du XIVe siècle, lorsque Majorque était un royaume indépendant. Elle servit ensuite de prison jusqu'en 1915.


    Le château circulaire abrite une cour intérieure entourée de deux étages d'arcades.

     




     


     


    Trois tours cylindriques sont en partie enfouies dans le mur.

     

     




    photos eva baila  ©   mai 2009

    13 commentaires
  •  


    Les bains arabes de Palma de Majorque constituent l'unique monument de la domination musulmane conservé dans l'île. On les trouve au n°7 de la rue Serro, dans l'enceinte de la Medina Majurka. Il n'a pas été possible d'en évaluer leur ancienneté avec exactitude, mais la majorité des historiens est d'accord pour dire que le Xème siècle serait l'époque la plus approximative. Ces bains sont identiques à ceux qui furent en usage dans quelques villes islamiques, établissements copiés des romains, lieux de réunions et de plaisirs.


    Le plus intéressant est une salle de forme carrée avec sa coupole en demi-lune, 12 colonnes et 25 lucarnes (la plupart encore bouchée) et il est curieux d'observer l'inégalité entre les chapiteaux, ceux-ci étant souvent récupérés sur d'autres édifices de provenance romaine ou islamique.




















































    Cette salle dénommée "caldarium" fut le lieu des bains chauds. Le sol était formé d'un double pavage dont les ouvertures laissaient échapper les vapeurs chaudes du foyer, réchauffant ainsi le dallage et l'ambiance (système hypocauste).


       Contigüe à cette salle, s'en trouve une autre qui pourrait être le "tepidarium" avec une voûte en berceau.




    Ces bains qui faisaient certainement partie du palais ou alcazar d'un notable arabe, étaient adossés à l'édifice.

           photos eva baila mai 2009 ©

     

        


    23 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique