• Chiaru

     

    Elle est la multitude des inhabitées, errant sans but et sans espérance, prisonnière des fils serrés de la toile du Destin,

    Elle est la foule féroce des révoltées aux confins des limbes sans lumière, 

    Au bord du Noir, au fil du Rien, se débattant rageusement, cri muet et poings serrés…  

     illustration : installation de Chiaru Shiota 

     


    7 commentaires
  •  

    Hans Hartung T 1971 H 13

     

    Acrylique sur toile  (cm 154x250)

     

    Hans Hartung a inventé un nouveau rapport de l'artiste avec la peinture et le support qui le reçoit. C'est "agir sur la toile" , comme il l'explique : "gratter, déchirer, tacher, envahir la toile de couleurs, bref tout ce qui n'est pas "peindre"

     

    L'action, crée le mouvement perceptible pour qui contemple... l'action crée la notion de matières qui se superposent en trois dimensions : les lignes griffées sur la légèreté du bleu, tourbillonnantes sur l'éclat du jaune, le noir brossé en aplats solides, et enfin le noir léger pulvérisé sur l'ensemble, restituant une profondeur de champ sidérante...

     

    Le titre du tableau explique strictement sa matérialité et sa place dans l'inventaire des oeuvres. T comme toile, 1971 comme année de création, 13 comme 13ème toile de l'année 1971 dans l'ordre de création.

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Horloge d'amour, Titi Parant.

     

    "Il est 10h40, je t'aime et je pense à toi"

     

    Titi Parant, les horloges d'amour

     


    6 commentaires
  •  

     Une sphère imparfaite à main levée… un petit ballon gonflé à l’hélium… dont les vibrations et les transparences propulsent Bleu sur Blanc, à l’infini, dans l’Infini…

    Et dans l’immense salle d’expo, un Soulages architectural et massif lui répond sur le mur opposé… des aplats au brou-de-noix, parfois noirs, et soudain bruns transparents, ponctués de reliefs insoupçonnés qui se révèlent à l’examen proche… comme une intimité partagée en secret… 

    …et mon Bleu vibre et s'élance, et mon Noir immobile s’arcboute immuable…  

     

     

     

    Deux chefs-d'oeuvre de la Fondation Maeght :  Ida (1983, 200x202cm) Acrylique sur toile de Gérard Gasiorowski

    Peinture (1971, 230x162cm) Brou de noix, liant acrylo-vinylique sur toile / Pierre Soulages

     

      


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique