• Art pictural et photo (eva baila ©)




    Au début, l’Homme était seul avec sa grande peur de tout.
    Il y eut un soir, et l’Homme eut peur que le Soleil ne revînt pas.

    Il y eut un soir, il y eut un matin, et l’Homme se réfugia dans les cavernes.

    L’Homme craignait les animaux féroces, le grand froid, et la faim qui lui tenaillait les entrailles.

    Il inventa l’idée de la religion pour conjurer la mort, et l’Art Sacré pour que le Soleil revînt chaque matin.




    Plus tard, sur l’Ile de Minos, Il apprivoisa le Taureau pour que la Terre cessât de trembler, il jouait avec lui avec bravoure et respect pour signer le pacte mystérieux avec les forces telluriques. Il dansait avec lui sur le fil du Merveilleux comme un funambule, et sautait par-dessus ses cornes redoutables comme un acrobate dédié à l’au-delà.

     

    Longtemps les joutes furent ordaliques, l’Homme arrachait au péril même de sa vie, son droit à vivre et survivre. Cela même est fascinant, et subsiste aujourd’hui encore : cette revendication affirmée et insistante à se mesurer aux forces mystérieuses de la nature.

    Quand l’Homme commença à dessiner sur les parois des cavernes, il invitait l’esprit des dieux pour inspirer son Art, et imagina des rites sacrés pour honorer les dieux. Le caractère religieux de l’Art subsistera encore longtemps, longtemps jusqu’après le Moyen Age. L’Art pictural ne devint profane qu’à la Renaissance. L’Art devint profane, mais quelque chose de céleste rayonne encore mystérieusement dans la peinture de Botticelli : lui, plus qu’aucun autre, s’est attaché à rendre le Beau aussi proche du Divin…




    vierge florentine (Fra Filippo Lippi)
     

     

    Délaissant la mythologie, et le symbolisme maniéré, le peintre se fit témoin de son temps : il décrivit dans le moindre détail la condition sociale : paysanne, (Breughel avec les Quatre Saisons) bourgeoise  ou celle des plus puissants. En échange de la protection royale, il se faisait portraitiste, ou journaliste : David peignant grandeur nature le couronnement de Napoléon est un exemple de « reporter » de Cour. Nous sommes bien  loin de l’Art Sacré de l’Homme des Cavernes. 

     


    Breughel (les 4 saisons : la Moisson)


    Et puis avec l’invention de la photographie, il devint superflu de fixer précisément sur la toile ce que l’œil voyait. L’artiste put enfin inventer une nouvelle façon de Voir,  Voir et Dire, Voir et traduire ses Impressions… ses impressions de lumière, de douceur, de chagrin, ou de révolte, de colère, de passion. Les artistes en marche inventèrent l’impressionnisme, le pointillisme, le cubisme, le surréalisme, l’expressionnisme, mille façons renouvelées de murmurer, de crier, d’exprimer des émotions, dans la liberté et la fantaisie…

     

    Art pictural et photo (eva baila ©)



    Claude Monet (Impression au soleil levant)
     


                                                                    Kandinsky (Beskrivelse)

    Et de nouveau, avec la photographie l’homme réinvente le réel, puis l’irréel : une quatrième dimension ! Il n'est plus question de photographier seulement la réalité ! il faut la transformer, la transcender… il s’agit à présent de travailler l’image photographique comme on travaille une toile…insuffler du rêve, de l’imaginaire, de l’impossible…

     



    Mais, bien plus que la « technique » photographique, l’œil reste le principal acteur du rêve et de la beauté, bien plus que la lentille de l’objectif , c’est l’œil du photographe qui est le vecteur du rêve, un vaisseau spatial pour l’imaginaire secret…

     

      http://benkiranet.aminus3.com/image/2009-08-01.html
      http://benkiranet.aminus3.com/image/2009-07-26.html
      http://benkiranet.aminus3.com/image/2009-07-23.html
      http://photoeil.canalblog.com/

    « Goya et les deux MajasMariage »

  • Commentaires

    15
    Mardi 11 Août 2009 à 20:54
    Un beau post, bien pensé et intéressant.
    14
    Vendredi 7 Août 2009 à 08:14

    J'ai vu moi aussi une expo il y a trois ans à Rouen (une expo intitulée "Miroir du Temps")... et j'ai le souvenir d'une toile de Botticelli : Pallas et le Centaure... je suis revenue alors sur mes pas pour contempler longuement ce tableau fascinant (entre autres), ainsi que "l'Homme malade" du Titien... Ce sont des moments inoubliables, je vois une oeuvre une fois, et ils sont fixés définitivement dans mon souvenir...

    13
    Vendredi 7 Août 2009 à 06:08
    Un article de toute beauté Eva, je me suis souvent posée des questions sur ce fameux mythe de la caverne, peut-être que je n'ai pas tout compris.
    J'aime beaucoup aussi Boticelli, je me souviens d'une belle expo vue à Rouen sur le quattrecento, j'y ai passé l'après midi tellement j'étais fascinée par les détails. Les restaurations sont très bien faites.
    Caroline
    12
    Jeudi 6 Août 2009 à 09:04
    Un joli résumé de l'évolution de l'art. A+
    11
    Jeudi 6 Août 2009 à 05:57
    Bise du matin Eva, bonne journée...
    10
    Mercredi 5 Août 2009 à 22:04

    Bien sûr, je suis de ton avis, il suffit de suivre les liens que j'ai indiqués, c'est impressionnant...

    9
    Mercredi 5 Août 2009 à 22:03
    l'oeil .. mais l'oeil de l'âme alors ...
    bien à toi !
    8
    Mercredi 5 Août 2009 à 22:02

    Bonsoir Bernard... Je persiste : c'est l'oeil qui est important !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Mercredi 5 Août 2009 à 20:03
    l'oeil du photographe ...
    pour moi c'est le regard de son ame
    Bien à toi !
    6
    Mercredi 5 Août 2009 à 19:55
    Une très belle idée de lier la peinture à la photo. On fait une belle balade dans le temps et l'évolution de l'art pictural avec toi...
    Quand à la photographie, c'est bien qu'elle se mette à réinventer le monde pour nous faire rêver.
    Les performances des appareils actuels pourraient faire croire que tout le monde peut être un grand photographe.
    En art, rien ne s'achète et l'oeil constitue l'instrument unique, inaliénable, qui reflète le monde intérieur de l'artiste. J.
    5
    Mercredi 5 Août 2009 à 15:00

    http://eva.baila.over-blog.com/pages/Lascaux-654863.html

    j'ai eu, devant l'art pariétal, la même émotion dont tu parles. C'est ce que j'ai essayé de traduire sur la page dont je joins le lien ci-dessus. Eux, ont tout inventé ! Merci de ton passage Dif. eva.

    4
    Mercredi 5 Août 2009 à 14:11
    j'ai été submergé d'émotions en regardant des peintures rupestres, l'art des premiers artistes n'était en rien moins qualitatif que ce qui a été développé par la suite, j'ai trouvé ça profondément bouleversant.Amitiés
    3
    Mercredi 5 Août 2009 à 12:14
    Une belle rétrospective de la naissance et du développement de l'art et de la religion, très plaisante à lire (et à méditer).
    2
    Mercredi 5 Août 2009 à 08:20

    Moi aussi j'aime beaucoup Breughel, c'est un vrai témoin de son temps, ses tableaux contiennent une multitude de détails qui sont passionnants à découvrir. Je viendrai demain chez toi, même si c'est triste...

    1
    Mercredi 5 Août 2009 à 08:15
    Dis donc, jolie culture...une année, j'ai vu une superbe expo de Breughel à Bruxelles, j'ai adoré...mes je préfère le contemporain comme Murakami, le japonais pare exemple...bonne journée Eva, merci de ton coucou, demain note triste chez moi, si tu veux repasser...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :