• "C'est pour toi" Yòrgos Thèmelis

     

    "C'est pour toi" Yòrgos Thèmelis

     

    Yòrgos Thèmelis (1900-1976), thessalonicien, écrivit des poèmes pendant vingt-cinq ans avant de se juger digne d’en publier.  Sa production, vaste (vingt recueils) et un peu inégale, a entre autres charmes celui de brouiller les pistes : ses compatriotes le décrivent tantôt comme un lyrique, tantôt comme un cérébral un peu sec ; on pourrait aussi se fabriquer un Thèmelis post-existentialiste, ou au contraire, en faisant l’inventaire de ses thèmes fétiches — les miroirs, les portraits, les reflets, l’âme, les anges, les oiseaux… — voir en lui un post-symboliste attardé.

    Sans doute faut-il aller plus loin et discerner, par delà sa progression erratique, l’unité de la démarche du poète : on retrouve toujours chez lui la même inquiétude spirituelle, la même recherche de soi et de l’autre, la même quête d’une lumière finale, qu’elle soit d’un autre monde ou de celui-ci. Le visible et l’invisible, chez lui, échangent leurs visages, leurs pouvoirs, se rendant mutuellement plus désirables que jamais ; et si, chez Thèmelis, il est souvent question d’ascèse, de dénuement, de dépassement du corps, ce mystique est aussi l’un de ceux qui ont le mieux parlé de l’amour, de la chair et sa «tendre chaleur». 

     

     

    « Réthymno (Crète)"Questa pianura" (Le plat pays) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    6
    Dimanche 6 Octobre à 22:30

    yes un com de trop !

    Bisous

    5
    Dimanche 6 Octobre à 22:28

    Tout ce que j'aime aussi ! et ce soir, de nouveau, je découvre !

    Merci Eva , je t'embrasse

      • Samedi 12 Octobre à 17:10

        Je n'oublie pas que c'est toi qui m'as fait connaître Ritsos... Je t'embrasse Noëlle

    4
    Dimanche 6 Octobre à 22:25

    Yorgos Thèmelis , ce soir,  je reste avec ce tendre poète que je découvre !  

    Merci Eva ! je t'embrasse

    3
    Mardi 1er Octobre à 17:43

    Magnifique portrait d'un homme mosaïque, pourquoi toujours attendre de l'homme une image univoque ? L'intelligence est "ondoyante" à la Montaigne, les pas de l'homme sont incertains, ponctués de retours en arrière et de nouvelles explorations, faute de quoi il meurt asphyxié par ses dérisoires certitudes...

      • Mercredi 2 Octobre à 09:00

        ...tout ce que j'aime, et qui manque cruellement à beaucoup de nos contemporains...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :