• "L'apparition"

     

     

    Synopsis : Jacques, grand reporter pour un quotidien français reçoit un jour un mystérieux coup de téléphone du Vatican. Dans une petite ville du sud-est de la France, une jeune fille de 18 ans affirme avoir eu une apparition de la Vierge Marie. La rumeur s'est vite répandue et le phénomène a pris une telle ampleur que des milliers de pèlerins viennent désormais se recueillir sur le lieu des apparitions présumées. Jacques qui n'a rien à voir avec ce monde-là accepte cependant de faire partie d'une commission d'enquête chargée de faire la lumière sur ces évènements. (Un film de Xavier Giannoli)

     

    Jacques, interprété par Vincent Lindon, est revenu traumatisé d'un reportage de guerre où son ami photographe est mort. Il accepte cette mission singulière probablement un peu pour tenter de sortir de l'obsession terrible des souvenirs violents vécus précédemment. 

    Jacques commence son enquête en sceptique obnubilé par la poursuite des recherches "des preuves visibles, des images de la vérité". Le début du film décrit le culte qui se développe autour de la nouvelle Bernadette Soubirou. C'est une sorte de reportage...

    "L'apparition" possède toutes les qualités d'un polar, avec ses interrogatoires, ses secrets, ses révélations et ses rebondissements... Le film part du réel pour tendre vers le spirituel. A la précision documentaire des séquences d'enquête répond l'élévation quasi métaphysique des musiques d'Arvö Part et Georges Delerue. Dans un glissement subtil, le film approche les mystères de l'âme. 

    L'enquête bascule à la découverte (fortuite ?) d'une étrange icône qui ramène soudainement Jacques à son proche  passé si douloureux. Le pragmatique reporter qui voulait fuir le souvenir terrible de la guerre est alors rattrapé par hasard ou par co-incidence (?) à la découverte d'un objet symbolique et sacré qui le fait passer par la douleur, la sidération, le doute, et la certitude de ne jamais connaître toutes les réponses.

    Plus qu'un film documentaire sur une prétendue apparition, plus qu'un polar, c'est le cheminement d'un homme en souffrance, mais aussi une réflexion passionnante sur la foi, sur le don de soi, l'abandon qu'il implique, comme sur la manière de vivre dans le chaos du monde contemporain. 

     

     

     

     Courte interview de Vincent Lindon :  

     

     

     

      


    4 commentaires
  •  

     

    Le cinéma de Fellini n’a jamais rien raconté, ou si peu. La Dolce Vita, un de ses films les plus célèbres avec 8 1/2, ne déroge pas à la règle. Fellini nous offre d’emblée de suivre les facéties et extravagances du personnage principal de son film. En effet, Marcello, incarné avec toujours autant d’intériorité et de minimalisme par Marcello Mastroianni, se déplace dans l’espace comme le spectateur qui découvre le film. Ceci est d’autant plus frappant que son métier de journalisme lui impose d’être constamment aux aguets, à l’affût du moindre détail croustillant. 

    A la fin des années 60, Federico Fellini s'interroge sur la place du cinéma dans un monde en pleine mutation. Rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, entre 1966 et 1971, auteur d'essais sur le cinéma et la transformation de la société française au terme des sixties, Jean-Louis Comolli se penche sur l'oeuvre de Fellini à cette époque. Jean-Paul Mangarano, auteur de «Federico Fellini, romance», décrypte La Dolce Vita et 8 1/2, deux des films du cinéaste. 

    De :Jean-Louis Comolli A Federico Fellini, romance d'un spectateur amoureux.

    Après avoir vu par hasard ce "film-documentaire" j'ai re-visionné La Dolce Vita et il m'a semblé que je voyais ce film-culte pour la première fois ! Jean-Louis Comolli est un personnage extraordinaire, un érudit cinéphile, qui fait de l'oeuvre de Fellini une analyse très intéressante, en compagnie de Jean-Paul Manganaro, professeur de littérature italienne...

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Le train (Pierre GRANIER DEFERRE)

     

     Revu sur Arte, le 7 octobre : "Le Train" avec Romy Schneider, l'un des plus beaux visages du cinéma français, l'incarnation d'une féminité lumineuse, passionnée mais aussi tourmentée.  

     

     

    Egalement aux côtés de Jean-Louis Trintignant et Romy : Roger Ibañez 

     

    Le train (Pierre GRANIER DEFERRE)


    7 commentaires
  •  

     

     

    Enquête sur une passion.

     

    A Vienne, une jeune femme impulsive et un psychanalyste jaloux se déchirent... Avec Art Garfunkel et Harvey Keitel, le récit halluciné d'une passion destructrice, dans un écrin expérimental conçu en 1980 par le cinéaste britannique Nicolas Roeg.

    Après avoir avalé un cocktail d'alcool et de drogues, Milena se retrouve à l'hôpital entre la vie et la mort. Le jeune psychanalyste qui l'accompagne, Alex, prétend être "un ami" et refuse obstinément de se rappeler l'heure à laquelle il l'a trouvée inanimée. Sa réticence à coopérer intrigue les policiers. Des flash-back révèlent par bribes la relation torride et houleuse qui le liait à Milena. Evasive sur ses faits et gestes, la jeune femme multipliaient les excès et les infidélités, ce qui rendait Alex malade de jalousie.

    Dans une Vienne hantée par les fantômes de Klimt et de Freud, ce film offre le récit savamment déconstruit, comme halluciné, d'une passion sans issue entre une beauté impulsive et un intellectuel possessif. Nappé d'une somptueuse bande-son convoquant Tom Waits, Keith Jarrett ou Billi Holiday, ce long métrage quasi expérimental de l'Anglais Nicolas Roeg affiche un casting insolite : le chanteur Garfunkel en psychanalyste obsessionnel, Harvey Keitel en flic cultivé et Theresa Russel en blonde incendiaire. 

    Source : Blow-Up Arte

     

    Enquête sur une passion.

     

     Ce qui m'a fascinée dans ce film :

    -         - le récit déconstruit d’une passion destructrice entre un intellectuel qui connaît tous les mécanismes tortueux et cependant prévisibles du cerveau humain, et une créature lumineuse qui ne résiste à aucune de ses pulsions de mort (sexe et drogue)

    -          - la beauté étonnante de cette jeune femme, blonde, au regard clair… 

     

    Enquête sur une passion.

     


     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique