• Comme un coeur réchauffé (Claude Guibbert)


















       Comme un coeur réchauffé.




    Au fond d'une ruelle sombre
    Jonchée de pas perdus
    J'ai croisé la ferveur d'un regard
    Lové derrière un rai de jalousie
    Alors est née
    La persistance d'un nouveau soleil
    Comme un coeur réchauffé
    Par l'infini de la lumière.

    Claude Guibbert

    extrait du recueil "Je préfère aimer"
    (en cours de publication)























    Bibliographie :
    "Journal de plumes d'elles" link
    "Mille et une pensées" chez
    les Alchimistes du Verbe link 

    Wikipedia link
    Claude Guibbert est inscrit à la Maison
    de la Poésie du Languedoc à Castries - Hérault

    site
    web link


    Photo ci-contre Claude Guibbert.
    Photo 1 eva (Hammamet 2008)

    « FenêtreManège »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    79
    Philippe & Chris
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:39
    Un article et commentaire tout en poésie....bonne soirèe a vous tous ,amicalement
    78
    do le
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:39
    un beau poeme , et jolis volets et vous voila surmergé de commentaires , magicienne , on vous aime , amitié
    77
    do le
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:39
    je suis picarde et j'écris parfois comme je parle mais j'avoue que cela m'a bien fait rire ce matin , meme si le poeme est de votre ami , il est très beau et méritait une très belle photographie et puis , tricher n'ai pas le mot quand on aime ,hier je pense que tout le monde etait content de vous retrouver ainsi , ouahh, belle journée , vous donnez alors ils vous le rendent bien , la magie de vos pensées sont toujours très agréable a regarder , au diable les fautes d'orthographe !!je n'ai pas eu le meme instituteur que vous !j'ai le sourire,je ne connais pas les grands mots qui touchent mais j'apprends près de vous, car comme vous le savez vous etes le blanc étincelant et moi... le noir, c'est évident !! amitié sincère
    76
    pensée
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:39
    a éva
    femme sensuelle écrit de sa main chaque matins.
    nous transportant souvent sur des chemins lointains
    dans le mystère , l'amour, la joie ou le chagrin
    derrière nos fenêtres entrouvertes , elle y vient

    de ces doigts fins sur son clavier , elle postera
    derrière chaque caractères , elle répondra
    derrière chaque commentaires , elle sourira
    la vie fait d'elle pour ceux qui ne la connaissent pas
    une femme mystère ... dont on aime suivre les pas
    dans une phrase elle nous dit:
    chaque chagrins s'oublient, mais ne s'effacent pas
    chaque plaisirs , joie de vivre , ceuillez dans vos bras.

    la vie , la mort, de ces poèmes plein de tendresse

    l'amour, lui est toujours là et légendes de déesses

    voyagent, les voyages dans son coeur
    nous transportant tous vers l'ailleurs

    lorsqu'elle prend pour nous sa plume entre ces doigts "magie"
    rend de jours en jours son blog de plus en plus "joli"
    a l'aube de chaque jours ,
    elle dépose comme un coeur de fleur
    ou s'accrochent tour a tour pétales et commentaires pour en former d'heures en heures, une belle et grande fleur qui lui rempli son coeur de bonheur

    et qu'au soir tombé de ces jours , donne alors en elle et toujours ,le meilleur , le meilleur d'elle , le meilleur d'éva

    même sous le ciel gris parfois de normandie , le bleu de ces poesies ne nous lassent pas

    j'avais envie d'écrire pour elle aujourd'hui
    cette simplette poésie
    afin de lui dire merci
    de m'avoir répondu tout bas
    ce que je cherchais et que je ne trouvais pas
    75
    pensée
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:39
    je n'en ai jamais douté un seul instant car les paroles écrites sincèrement ne sont pas que du vent j'ai appris a garder le meilleur des gens dansle fond de mon coeur
    74
    SAS le
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:39
    Le texte est sublime il porte la lumière qui éclaire cette fenêtre et lui donne l'allure d'un secret qui se confine et s'ouvre aux autres en douceur et sans faire semblant. Le dedans et le dehors s'enlassent pour offrir aux regards immuables, furtifs...romantiques un bout de l'humaine et de sa vie quotidienne !
    73
    Jeudi 5 Mai 2011 à 11:36
    cette photo est superbe et le poème lui va comme un gant
    bonne journée
    72
    AL
    Vendredi 29 Avril 2011 à 17:56
    j'aime beaucoup ce genre de photo, ou ce mele pierre et fleurs, le tout donne une poésie, un imaginaire :)

    Salutations

    AL
    71
    Vendredi 29 Avril 2011 à 12:34

    La photo de la fenêtre est de Claude Guibbert, comme le poème. Oui, c'est un très bel ensemble...

    70
    Jeudi 28 Avril 2011 à 23:55
    Toute une ambiance... ce texte, ces photos. Un peu de rêve et d'évasion dans un village que l'on ne connaît pas avec des personnages dont on ignore tout mais qui nous intriguent. Beaucoup de talent.
    69
    Jeudi 28 Avril 2011 à 18:40

    Le petit poème effectivement, suggère beaucoup...

    68
    Jeudi 28 Avril 2011 à 18:39

    Le texte en peu de mots joue sur le mot "jalousie(s)" et "pas perdus". Les regards furtifs sont toujours échangés dans l'ombre, en pure perte, provoquant ou non la jalousie, mais réchauffant le coeur un instant... J'ai toujours rattaché ce petit poème au texte d'Antoine Pol mis en musique et chanté par Brassens   http://eva.baila.over-blog.com/article-les-passantes-42383916.html

    67
    Jeudi 28 Avril 2011 à 16:58
    Portes et fenêtres, faux masques de fleurs.
    La beauté simple dans ce qu'elle montre et si complexe par ce qu'elle suggère
    66
    Jeudi 28 Avril 2011 à 14:41

    Oui, je me souviens très bien de cette parole quand je suis allée voter pour ce défifoto...(début avril ou fin mars il me semble...)

    65
    Jeudi 28 Avril 2011 à 11:25

    Merci pour cette extrême gentillesse... Mes amis du net ne sont pas "virtuels", même s'ils ne sont que de passage, ils comptent énormément pour moi, et j'ai toujours voulu mon blog comme un endroit où l'on peut se reposer un instant et partager, parce que dans la vraie vie, les contraintes ordinaires ne permettent pas toujours la sincérité totale. Ici, oui, tout est toujours sincère. J'ai parfois été accusée de vouloir faire de l'audience à tout prix. C'est injuste parce que je suis toujours vraie et sincère. Amitiés à vous qui passez et qui reprenez des forces pour continuer...

    64
    Jeudi 28 Avril 2011 à 10:53
    J’irais voir les liens bien sûr.

    J’ai beaucoup aimé toutes ces fenêtres dans tes dernières notes.

    "(…) les fenêtres sont de toutes mes séries, de toutes mes archives… " Avais-je écrit sur le blogue du défifoto "Je ne saurais vous dire pourquoi. Peut-être parce fenêtre et lumière sont intimement liées. Et puis, toute fenêtre est intime, même si parfois, elle laisse entrevoir un peu de ses mystères. "

    Bonne journée Eva
    63
    Jeudi 28 Avril 2011 à 09:05
    Quel beau texte Eva ! Je vais aller voir les liens de votre ami. Bises et bonne journée à vous. Dominique
    62
    Jeudi 28 Avril 2011 à 08:31

    De Claude Guibbert, c'est un poème que j'ai toujours aimé... Un petit bijou ciselé, des mots choisis et assemblés savamment, qui font naître des images et des impressions fugitives au goût de vacances. Je reviens toujours à ce poème sans me lasser. Bonne journée Dan

    61
    Jeudi 28 Avril 2011 à 08:28

    ah la la ! la hantise du lachâge ! Bon courage Margareth 

    60
    Jeudi 28 Avril 2011 à 08:21
    Bonjour Eva. Je ne passe guère en ce moment. Mais mon ordinateur devient de plus en plus capricieux. Il fonctionne un moment puis refuse d'ouvrir les pages suivantes. Je crains qu'il ne me lâche un jour ou l'autre...
    59
    DAN
    Jeudi 28 Avril 2011 à 08:19
    Des mots comme des couleurs, leur mélange fait naitre des saveurs !
    58
    Jeudi 28 Avril 2011 à 06:29
    la photo de la fenêtre est splendide ..
    les pinces à linge .. génial
    57
    Jeudi 11 Novembre 2010 à 00:14

    Il a bien raison je trouve... et moi, chaque fois que je lis ce poème, j'ai l'impression de marcher dans ette rue... j'ai l'impression d'être légère et regardée... c'est très agréable !

    56
    Mercredi 10 Novembre 2010 à 23:51
    Ce poème est à mon avis l'un des plus beaux de ceux que je connais de lui. Tout en subtilités et qui découvre la face intime de l'être humain, sensible, fragile dans sa quête constante du bonheur, de la lumière. Claude Guibbert est un poète solaire. Il ne se morfond point... Son parti pris : Aimer, chanter l'amour humain.
    55
    Mercredi 10 Novembre 2010 à 10:51

    Avec Claude Guibbert et El Duende, nous étions sur un site d'écriture aujourd'hui disparu dans les profondeurs du Net ! Claude a fait éditer ses poèmes, et moi je les lis... Allez voir ses haïkus, ils sont délicieux (allez voir ma rubrique "amis de plume")

    54
    Mardi 9 Novembre 2010 à 21:49

    C'est que vois-tu Danae, j'ai toujours aimé ce petit poème ciselé comme une pièce d'orfèvrerie

    53
    Mardi 9 Novembre 2010 à 21:45

    "Submergée..." c'est que j'ai un peu triché Do, c'est un ancien post que j'ai remis parceque je l'aime beaucoup...

    52
    Mardi 9 Novembre 2010 à 21:44

    ça va Dominique ? ça manque un peu de lumière en France n'est-ce-pas ?

    51
    Mardi 9 Novembre 2010 à 21:43

    Ce petit poème-là est un joyau, et la photo de ruelle a été prise à Hammamet...

    50
    Mardi 9 Novembre 2010 à 21:42

    Ne me remerciez pas Claude, vous savez très bien combien je l'ai toujours aimé ce petit bijou...

    49
    Mardi 9 Novembre 2010 à 20:30
    Le plaisir d'écrire, encordé à la grâce d'être lu permet d'atteindre les sommets de l'épanouissement personnel.
    Merci encore Eva pour vos sompteux coups de chapeaux!
    Cordialement.
    48
    Mardi 9 Novembre 2010 à 19:42
    Très beau billet et une belle lumière sur TA photo Eva, bonne soirée :-)
    47
    Mardi 9 Novembre 2010 à 13:39
    Bien fine et bien belle harmonie entre le poème (superbe) et les photos (superbes). Bisous et bonne journée à vous. Dominique
    46
    Mardi 9 Novembre 2010 à 11:07
    Je reconnais là toute ta sensibilité Eva et je te remercie de nous faire connaître ce poète enchanteur. Bises
    45
    Mardi 9 Novembre 2010 à 10:19

    Tout le monde n'a pas envie d'écrire, mais si tu aimes les couleurs, tu ne peux pas rester insensible à la couleur des mots... C'est pareil, et moi je dis qu'il n'y a pas d'élitisme dans l'émotion ni dans le plaisir...(c'est pour cela que j'aime le Musée Beaubourg, c'est un anti-musée : un lieu ouvert à tout le monde, parce que l'art comme la poésie doivent être accessible à tous...)

    44
    DAN
    Mardi 9 Novembre 2010 à 10:00
    Oui c'est vrai je suis d'accord, mais j'ai du mal quand même, les mots sont pour moi difficile à maîtriser, alors que les couleurs c'est le coeur qui parle pas la grammaire !
    43
    Mardi 9 Novembre 2010 à 09:15

    Dan !!! C'est de la poésie, on ne peut pas être complètement imperméable à la poésie ! La poésie, c'est comme un voyage immobile, c'est comme la vision d'une oeuvre picturale...

    42
    DAN
    Mardi 9 Novembre 2010 à 09:09
    Question littérature je ne vaut pas un clou !
    41
    Vendredi 29 Janvier 2010 à 09:03
    ah les ruelles de tunisie ou du maroc, ca me manque ...
    40
    Jeudi 28 Janvier 2010 à 21:36

    C'est la partie ancienne d'Hammamet : la médina, occupée par des vedettes et des personnalités...

    39
    Jeudi 28 Janvier 2010 à 21:30

    Claude Guibbert a beaucoup de talent...

    38
    Jeudi 28 Janvier 2010 à 20:27
    Ah tu ne me crois pas. les villages nord méditerranéens ont fort à voir avec ceux du sud ! Mon village à moi est beaucoup moins bien conservé, car c'est un village médieval pauvre, mais cette ruelle ressemble fortement à une ruelle que j'ai dans le coeur...
    J'habitais une petite ruelle qui a beaucoup à voir avec celle-ci. Même atmosphère qui s'en dégage: étroitesse, pierre et plantes en bordure,et soleil qui peine à arriver au sol... Hammamet, sur cette vue, ressemble à un village...Vrai... en tout cas pour moi...Bises et bonne soirée à toi...J.
    37
    Jeudi 28 Janvier 2010 à 19:49
    Un très joli poème qui augure de belles choses !
    36
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 23:44

    bon, tu vas chez Claude Guibbert, en suivant le link, et tu lui demandes où est le chat... (c'est Claude qui a fait la photo !) Il sera ravi de te renseigner...

    35
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 23:32
    et le petit chat où est-il ?
    bisous
    clem
    34
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 21:08

    ainsi, tu veux me faire croire que le village de ton enfance, dans le midi, ressemble à Hammamet en Tunisie ? Farceuse va !

    33
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 19:58
    Un très beau poème de Claude Guibbert... Sais-tu que ce pourrait être une rue du village de mon enfance dans le Midi?
    Bonsoir Eva...
    32
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 19:30

    Je remercie Claude, encore et encore, de m'avoir permis de poster ce texte que j'aime depuis que je l'ai lu, et de m'avoir prêté aussi cette photo de la fenêtre aux jalousies.

    31
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 19:28

    La photo de la fenêtre aux jalousies appartient à Claude Guibbert...
    C'est la plus belle, et je n'en possédais pas qui puisse convenir...
    C'est bien que tu aies apprécié, toi, le Photographe (lol !)
    Bises, bonne soirée. eva.

    30
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 19:17

    Moi aussi Alain, j'aime beaucoup la poésie libre... Ce texte-là est si évocateur du hasard, qu'il me rappelle un poème mis en musique par Brassens "les Passantes" (celles qu'on aime un moment en secret, celle qu'on voit apparaître une seconde à sa fenêtre...etc)
    Grosses bises à toi aussi. eva.

    29
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 19:08
    Deux belles images et de belles paroles....
    28
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 18:39
    Magnifique Eva ! ... Je suis très touché par ce genre d'écrit, et tes photos invitent encore plus au rêve et à la poésie .
    Grosses bises,

    Alain MARC
    27
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 18:19
    Les photos et le texte sont pleins de charme...
    Bonne soirée Eva
    26
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 16:45

    c'est très particulier, moi, je ne sais pas faire : il faut être concis et rigoureux ! c'est presque mathématique, c'est comme une partition de musique !...

    25
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 16:18
    Oui, pour les haïku. J'avais fait un article pour expliquer ce que c'était et quelles en étaient les règles, du temps où j'avais un blog chez un autre hébergeur.
    24
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 16:05

    Je connais Claude Guibbert depuis quelque temps, et sa poésie est délicieusement ciselée, sur son site, tu as dû découvrir une série de haïku

    23
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 15:56

    oui, c'est un poème ravissant... Claude Guibbert est aussi un spécialiste en haïku, c'est à découvrir sur son site en link. Bises et bonne fin de journée Dominique. eva.

    22
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 14:45
    Très beau petit poème de Claude Guibbert que je découvre de plus en plus grâce à vous.
    Je trouve votre mise en scène pour cet article particulièrement réussie Eva. Bonne journée à vous. je vous embrasse. Dominique
    21
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 11:17
    Toute une ambiance dans laquelle on s'attarde... les mots résonnent dans la tête et les yeux cherchent dans l'ombre des rideaux ce regard mystérieux. Cette fenêtre si situerait bien dans la ruelle plus haut. J'ai cliqué sur le nom de Guibbert dans le premier commentaire et j'ai découvert son site. Merci.
    20
    Samedi 17 Janvier 2009 à 08:14

    Oui, c'est une photo de Claude, un régal pour les yeux : les jalousies, les pinces à linge, et le géranium... Enfin, ce poème dont je ne me lasse pas... qui donne tant à rêver...

    19
    Samedi 17 Janvier 2009 à 00:56
    Joli joli cette fenêtre !!
    18
    Vendredi 26 Décembre 2008 à 13:33
    très bel représentation de ce poême !!
    17
    Dimanche 21 Décembre 2008 à 23:54

    Merci Yann, la 2ème photo est de Claude Guibbert qui est l'auteur du poème. Bonne fin de soirée. eva.

    16
    Dimanche 21 Décembre 2008 à 22:52
    Bonsoir Eva... Quelques soient les sujets,tu as vraiment les photos qui vont bien avec le texte...superbe texte d'ailleurs... bonne soirée Yann
    15
    Dimanche 21 Décembre 2008 à 10:19

    Oui, le royaume des songes, s'il n'en reste qu'un, ce sera celui-là...

    14
    Dimanche 21 Décembre 2008 à 10:12
    Tu as parfaitement saisi la dimension onirique de ce poème: C'est un poème à rêver...le royaume des songes. Bon dimanche ma mie!
    13
    Samedi 20 Décembre 2008 à 23:45

    Tout le poème exprime la complicité de deux regards qui se sont croisés par hasard. En peu de mots, tant de promesses fantasmées... A bientôt Bachir.

    12
    Samedi 20 Décembre 2008 à 23:40

    Alors, bonnes fêtes de fin d'année à toi aussi Samia. Bises. eva.

    11
    Samedi 20 Décembre 2008 à 23:39

    C'est aussi toute la rêverie autorisée : l'espoir chimèrique de celle qui observe le passant sans être vue derrière la "jalousie" (volet) et le fantasme de celui qui passe en imaginant être regardé. Le regard de l'autre transforme l'instant.
    Il y a aussi, dans ce court poème, l'ambiguité des mots "jalousie", et volets. Le sentiment de jalousie peut amener l'autre à guetter derrière le volet, -derrière le volet un amour volé- C'est vraiment tout un univers en peu de mots bien choisis. Bises à toi Jeanine. eva.  

    10
    Samedi 20 Décembre 2008 à 23:25

    un joli moment de complicité... Merci Philippe et Christel. eva.

    9
    Samedi 20 Décembre 2008 à 23:24

    oui, moi aussi je trouve cela réussi ! Amitiés Tof'

    8
    Samedi 20 Décembre 2008 à 23:17
    Et voilà une fenêtre qui semble pleine d'histoire. il y a les "accroche-linge" en haut à droite, je ne sais comment on appelle ça; le bouquet de fleur qui penche vers la sauvagerie, le vieux bois, les rideaux qui permettent, de l'intérieur sombre, d'épier (rire); et puis le mur en pierres lézardées par le temps. quoi encore? Une fenêtre qui semble nous chuchoter tant d'histoires qu'on n'entend pas mais qu'on ressent! Merci Eva!
    7
    Samedi 20 Décembre 2008 à 22:48
    Bonsoir Eva, Je passe te souhaiter joyeuses fêtes surtout profite-en bien pour être heureuse ainsi la famille. Chez nous, au Maroc c'est surtout la fin d'année qu'on se réunit en famille autour d'une table avec un dindon rôti et des gâteaux marocains, sans oublier la buche, dans ma famille c'est comme ça, mais sans sapin de noël. Bonne nuit, Bises
    6
    Samedi 20 Décembre 2008 à 21:37
    De la ruelle sombre à la lumière par la magie d'un regard fortuit...La vie est belle et pleine d'espérance pour celui qui sait voir...Claude Guibbert résolument positif...C'est une posture philosophique! Vos photos s'accordent et se fécondent. Je ne sais pourquoi, j'imaginais le regard velouté derrière des moucharabieh. Bises à vous deux.J.
    5
    Samedi 20 Décembre 2008 à 15:39
    De très jolis liens entre deux univers sensibles et touchants... C'est justement ce qui me plaît, articuler la création de deux artistes pour aboutir à une "oeuvre" commune plus riche et plus complexe... C'est pas toujours évident, et là je trouve ça réussi;)
    4
    Samedi 20 Décembre 2008 à 12:31

    La poésie est aussi dans tes photos quotidiennes. Amitiés Flo.
    eva.

    3
    Samedi 20 Décembre 2008 à 12:30

    Cher Claude, Cerf-volant étant symbole de liberté, il est logique qu'il aime les Vers Libres et l' amitié... Merci donc pour ces deux poèmes sur mon blog.eva.

    2
    Samedi 20 Décembre 2008 à 09:14
    toujours une balade poétique avec toi !!
    1
    Samedi 20 Décembre 2008 à 09:04
    Merci pour votre fidélité en amitié. Mon commentaire se trouve finalement dans le sujet lui même, il est contenu dans le texte suivant extrait du recueil " Journal de plumes d'elles " : " Amitié nouvelle Viens! Viens! Je te présente dame la providence Viens! Viens avec moi! Au bal masqué des confidences Viens avec moi! Monter à cru Cette licorne d'abondance Partons distraire l'atmosphère! " Bien amicalement. Claude.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :