• "Copier inlassablement..."

     

    "Copier inlassablement..."

     

    "J'ai vu comment ils procédaient : ils commençaient par copier, copier inlassablement et n'est qu'ensuite, après un long travail, que certains trouvaient une écriture personnelle. En cela d'ailleurs, ils honoraient une méthode chinoise. Alors que chez nous, trop vite, les étudiants veulent faire œuvre originale, eux continuaient à peindre comme jadis en Chine, en copiant d'anciens maîtres."

    Fabienne Verdier  (Passagère du silence)

     

    "Copier inlassablement..."

     

     eva, Mai 2020, copie Vilhem Hammershøi

     

    « Chema Madoz.Juin. »

  • Commentaires

    11
    Jeudi 18 Juin à 02:02

    a chacun sa manière d'être et de peindre c'est vrai qu'il faut commencer par se nourrir 

    des grands maîtres et de leur art mais il faut aussi poser sa sensibilité sur la toile  mais de toutes les façons 

    on copie toujours 

    besos

    tilk

    10
    Mercredi 17 Juin à 11:14

    Copier les "maîtres" est le chemin de l'humilité pour arriver à une expression personnelle de qualité.
    Sans te flatter, chère amie Eva, ton Hammershoi est très convaincant.

      • Mercredi 17 Juin à 11:26

        Merci mon H.P. ! Tu es généreux comme toujours ! Je t'embrasse

    9
    Mardi 16 Juin à 16:12

    Toute aux artistes que tu évoquais, je ne t'ai pas dit, pardon, la grande admiration que j'éprouve pour ton travail à toi ... et dont tu parles d'ailleurs bien (dans ta réponse à un com). Baisers.

      • Mardi 16 Juin à 17:11

        oh ne t'excuse pas Nikole ! Ce n'est qu'un exercice de coloriage (comme disent mes fils). Je ne sais plus le nombre de fois que Francesco m'a dit "Mais fais donc quelque chose par toi-même !" A part la peinture sur soi (mes ongles de pieds) et la sculpture sur moi (ma coupe de cheveux) je ne sais rien faire par moi-même !!! he même pas capable de prendre une photo originale !... L'essentiel vraiment, c'est de connaître ses limites (ainsi je ne m'attaque jamais à Picasso, ni à Bacon, ni à Van Gogh que j'aime cependant énormément...

    8
    Jean-François
    Mardi 16 Juin à 13:10

    Vilhelm Hammershoi et Fabienne Verdier. Rapprochement audacieux entre ces deux maîtres du silence. Ils ont en fait à mon avis une chose en commun ; percevoir l'imperceptible. La copie la plus fidèle d'une toile d'Hammershoi rendra peut-être la brillance d'un parquet ciré qui fleure bon l'encaustique mais échouera devant l'atome de poussière en suspension dans un rai de lumière. En Chine, dans la région de la rivière Li, chère à Fabienne Verdier, les formations karstiques en pain de sucre si caractéristiques du paysage pictural chinois portent un nom. L'une d'entre elles est dénommée "grand-père contemplant une pomme". Voilà ce que j'appelle l'imperceptible.Les calligraphes et les peintres chercheront leur vie durant à perfectionner l'approche de l'imperceptible.Les plus belles copies n'y parviendront jamais...

      • Mardi 16 Juin à 14:06

        Tout à fait d'accord avec toi Jean-François. On peut en dire de même pour les grands musiciens : l'interprétation de leurs oeuvres reste grandement imparfaite (même par les plus doués et les plus célèbres... elles ne sont que des interprétations)... Et que dire des traductions des textes étrangers... l'idéal est bien de les lire dans le texte original (quand on peut !)

        En ce qui concerne mon "travail de copiste" mon objectif n'est pas d'interpréter, ni de singer, ni de saisir "l'atome de poussière en suspension dans un rai de lumière" (c'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai choisi cette oeuvre-ci où le rai de lumière était absent, contrairement à d'autres tableaux d'Hammershoi)... Non point, mon but est juste d'entrer dans le tableau, d'y rencontrer intimement le peintre (pour une histoire d'amour), et dans le cas présent d'étudier le travail intéressant sur l'ombre et la lumière, et la gamme des ocres et des sepias... Quand je copie, je ne fais JAMAIS de quadrillage (comme les élèves des beaux-arts)... Un tableau n'est pas une carte de géographie, tout se fait à main levée, avec amour, avec tendresse, avec concentration, et toujours accompagnée du Maître...

    7
    Mardi 16 Juin à 00:22

    Cette page me touche doublement. D'abord par Fabienne Verdier, dont j'ai lu avec intérêt un "récit" de vie, et dont j'ai un livre somptueux -offert- de son oeuvre ... et par le tableau de ce peintre que j'aime et dont j'ai très bêtement raté l'expo, remettant sans cesse à plus tard, pour m'apercevoir en y allant, la mort dans l'âme, qu'elle était close de la veille !

      • Mardi 16 Juin à 13:51

        Mon billet aura servi au moins à te donner de l'émotion.... Je t'embrasse Nikole...

    6
    Dan
    Lundi 15 Juin à 23:49

     

    Quant on est étudiant aux beaux-arts on commence toujours par copier comme l’enfant qui fait sa dictée avant de savoir écrire, le peintre doit faire la sienne avant de faire œuvre originale et ne plus copier ce que les autres font pour avoir son style propre !

      • Mardi 16 Juin à 00:06

        Certes ! Mais le problème, c'est que très peu feront "oeuvre originale"... leur style sera insignifiant... pâlot, fade... Tout les peintres ne sont pas de grands maîtres... alors... autant continuer à copier les meilleurs... Bonne nuit Dan smile

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :