• Corps et biens (1930) Robert Desnos

    Corps et biens (1930) Robert Desnos

     

      

    "J'ai tant rêvé de toi que mes bras habitués

    En étreignant ton ombre

    A se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas

    Au contour de ton corps, peut-être.

    Et que, devant l'apparence réelle de ce qui me hante

    Et me gouverne depuis des jours et des années,

    Je deviendrai une ombre sans doute."

     

    Robert Desnos (Corps et biens, 1930)
     

    « Pardon (Jules Supervielle)La chanson de Prévert (Serge Gainsbourg) »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    6
    Lundi 27 Mai 2013 à 08:39

    surtout quand c'est raconté par Desnos... Bon lundi Noëlle !

    5
    Lundi 27 Mai 2013 à 08:23
    J'aime bien "ces rêves stériles"...qui nous accompagnent...
    bises Eva
    4
    Dimanche 26 Mai 2013 à 19:39

    Bisous Danae, amuse-toi bien là-bas, et fais de belles photos ! 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Dimanche 26 Mai 2013 à 19:33
    Toujours des poésies émouvantes. Ombres nous deviendrons un jour !!! Bisous ma chère Eva et à bientôt.
    2
    Dimanche 26 Mai 2013 à 10:12

    L'absence, l'absence et la solitude sont faiseuses de rêves stériles...

    1
    Dimanche 26 Mai 2013 à 00:18
    Oserais je avouer que de tels fantasmes m'ont hantée
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :