• Cris (Joyce Mansour)

     

    Joyce-Mansour-photographiee-par-Gilles-Ehrmann--detail-.jpg

     

    "Femme assise devant une table cassée

    La mort dans le ventre.

    Rien dans l'armoire.

    Fatiguée de tout même de ses souvenirs

    Elle attend fenêtre ouverte

    La lumière aux mille visages

    Qu'est la folie."

     

    Joyce Mansour (Cris)

     

    André Breton l'appelait "le poète-femme" et disait "la poésie surréaliste c'est vous" (1961)

    Gabrielle Rollin la désignait ainsi : "Les mots glissent sous sa plume comme les serpents sous les doigts des charmeuses : à chaque ligne sue une goutte de venin"

     

    source : link

     

    la photographie de Joyce Mansour est de Gilles Ehrmann

    « J'écoute ton silence...Pourquoi vous ? »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    4
    colette
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:08
    Quelques extraits dans une anthologie parue l'été dernier "Eros émerveillé" m'avaient permis d'entrevoir l'oeuvre de cette femme. Violence, audace, ce n'est pas sans me rappeler le monologue de Molly Bloom même si ce dernier plus fruste, est davantage resté à l'état brut.
    Il est un peu tôt mais j'aime bien "Que je murmure en mourant des mots d'enfant" (Je parle de l'heure !). Bonne journée Eva.
    3
    Mercredi 27 Mars 2013 à 18:36

    "Eros émerveillé"... quel beau titre !  L'amor et la mort sont si proches l'un de l'autre... et l'enfance ne nous quitte jamais, (qu'elle nous ait fait naître au bonheur ou plonger dans le malheur) qu'il semble naturel de murmurer en mourant des mots d'enfants. Journée froide encore ici Colette !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mardi 26 Mars 2013 à 23:18

    les quelques lignes que j'ai postées ici sont tout à fait chastes !... J'ai mis le lien par honnêteté, pour indiquer la source mais aussi parce que c'est un personnage qui a compté à son époque. La poésie est toujours subversive, même lorsqu'elle n'est pas érotique. Contrairement à d'autres femmes poètes qui gravitaient dans cet univers, elle n'était pas une muse mais une créatrice, une écrivain. C'est cela qui me plaît... 

    1
    DAN
    Mardi 26 Mars 2013 à 23:01
    Une femme qui d'un côté me donne envie de la lire, mais de l'autre me fait un peu peur, de quoi vas-tu me dire ? mais de sa liberté de langage un peu cru, alors que j'aime les allusions et les non dit, mais bon...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :