• En dehors du monde...

    En dehors du monde...

     

    Fille d’Icare

    A perdu le do majeur de sa guitare,

    Les couleurs de l’aquarelle et le parfum de la térébenthine…

    Chaque matin fille d’Icare s’élance en vain après une illusion

    En souvenir de son père abîmé dans la mer…

    Chaque matin fille d’Icare brûle son Elle aux rayons incandescents d’un soleil aléatoire…

    Chaque matin, fille d’Icare trouve son refuge ailleurs, en dehors du monde,

    Comme au premier matin du monde… « fuera del mundo »…

     

    eva, ce 1er juillet 2015

    "fuera del mundo" huile sur toile du peintre Ricardo Fernandez Ortega 

     

     

    « L'amour de moy..."les pieds d'Elsa" »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    9
    Lundi 6 Juillet 2015 à 12:52

    Fille d'Icare n'a pas perdu le pouvoir des mots en tous cas, toujours forts et subtils.... Merci de ta visite Eva et amicalement :)

    8
    Jeudi 2 Juillet 2015 à 17:33

    Bonjour Eva,

    Le regard est dans le passé sur une sculpture qui éclaire la mémoire.

    7
    Mercredi 1er Juillet 2015 à 22:02

    @ Thami : j'aime Ortega, mais j'aime aussi certains graffitis que tu photographies dans la rue, et pour lesquels je te demanderai bientôt une permission d'emprunt... 

    @ Jamadrou : pour moi certainement...

    @ Francesco : j'aime la peinture d'Ortega pour ses fenêtres ouvertes sur le rêve (le rêve est l'équivalent du désir) et puis j'aime son inspiration puisée dans la mythologie amérindienne. Si les illusions sont le sel de la vie, elles sont aussi son amertume... Pour ce qui est du do majeur, c'est l'accord le plus simple (le plus facile à faire), et si la fille d'Icare a perdu le do majeur, elle a bien sûr perdu tous les autres !  :-))) donc, pas de miracle possible : tout est perdu pour cette mauvaise exécutante ! Quant aux couleurs de l'aquarelle, il y en a tant et tant, nommées si savamment, que la fille d'Icare n'en a jamais possédé le plus petit secret ! 

    @ Dan : j'aime (aussi) la peinture figurative, autant que la non-figurative, pour des raisons tellement différentes, et non moins puissantes et vertigineuses...

    @ Henri-Pierre : quand je n'aurai plus de mots... tu me les "souffleras"... et nous rêverons ensemble...

    6
    Mercredi 1er Juillet 2015 à 21:45

    Je ne savais pas qu'Icare avait une fille...

    Bonne semaine. 

    5
    Mercredi 1er Juillet 2015 à 19:14
    Henri-Pierre

    Texte magnifique pour un tableau à l'unisson.
    Tu sais les mots des rêves Éva...

    Je ferme les yeux pour le poursuivre.

    4
    DAN
    Mercredi 1er Juillet 2015 à 19:00

    On comprend que tu puisses être inspiré par ce tableau, de plus celui-ci laisse une place à notre imaginaire car beaucoup d’éléments le composant peuvent être interprété de différentes façons !

    3
    Mercredi 1er Juillet 2015 à 18:02

    Le tableau est très beau, une atmosphère énigmatique et mystérieuse, le gris des nuages, le bleu du rideau et le personnage qu'y s'y cache derrière… on s'attend qu'un évènement magique d'un moment à l'autre se dévoilera… 

    Ton texte est tellement beau Eva, le "dehors du monde" EST le monde… et tous les matins, sont "le premier matin du monde"…. et puis "les illusions"… elles sont le sel de la vie, comme les rêves et l'imagination…

    Ps. Jouer la guitare sans le do majeur est un miracle possible, et puis les couleurs de l'aquarelle et l'odeur de la térébenthine sont toujours là, impossible de les perdre… 

     

     

     

    2
    jamadrou
    Mercredi 1er Juillet 2015 à 17:38

    Cette peinture est très  "inspirante" Eva.

    1
    Mercredi 1er Juillet 2015 à 16:31

    Merci! Je ne connaissais pas du tout cette oeuvre picturale! Tes mots l'éclairent merveilleusement!

    Bonne fin de journée lumineuse!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :