• Dans ce pâté de maisons, situé sur le Passeig de Gràcia, trois stupéfiants édifices illustrent l'éclectisme de l'architecture moderniste. Bâties au moment où le style modernista était en plein essor, ces trois demeures insolites sont l'oeuvre des trois maîtres incontestés du mouvement. Leurs disparités mettent en lumière les différentes approches de leurs architectes respectifs. L'appellation "Manzana de la Discordia" tient à la fois du jeu de mots et de la mythologie. Elle signifie "Pâté de maisons de la discorde" ou "Pomme de la discorde".

    Sur la photo ci-dessus, on peut voir la Casa Batllò conçue par Gaudì (objet de l'article précédent) jouxtant la Casa Amatller : contrairement à Gaudì qui revendiquait ses origines catalanes à travers ses oeuvres, le style de l'architecte Josep Puig i Cadafalch (1876-1956) est davantage influencé par le nord de l'Europe. La Casa Amatler , premier édifice de la Manzana en témoigne. Bâtie en 1900, elle affiche des influences hollandaises auxquels se superposent des éléments gothiques.

     




























    La façade de la Casa Amatller est dotée de très singulières sculptures d'animaux soufflant le verrre et prenant des photographies, deux grandes passions de l'architecte. Elles sont signées d'Eusebi Amau, sulpteur très en vogue à l'époque, qui exerça également son talent dans la Casa Lleò Morera. 


    Tour ornant la Casa Lleò Morera

















    En 1905, c'est la transformation par Lluis Domènech i Montaner (1850-1923) d'un immeuble déjà existant qui donne naissance au troisième édifice de la Manzana. De l'avis quasi général, c'est un bâtiment Art nouveau, dans ce que ce style a de plus international et de moins catalan. Bien qu'il ait été modernisé en 1943, l'immeuble a conservé quantité de décorations propres à ce style : balconsarrondis, nymphes portant une ampoule électrique ou un téléphone, symboles du progrès; pièce montée couronnant le toit. Pour satisfaire le commanditaire, le magnat local Albert Lleò i Morera, l'architecte intégra de manière récurente les thèmes symboliques du lion (lleò) et du murier (morero).

    (photos eva ©)
     

    16 commentaires
  •  


    Le théâtre del Liceu : l'opéra de Barcelone a été restauré deux fois à la suite des incendies de 1861 et 1994.




    Dragon Art Déco d'une boutique de parapluies







    Plaça de la Boqueria, un pavement en mosaïque de Joan Mirò (1976)




























    Fontaine de Canaletes
    Dire de quelqu'un "qu'il boit de l'eau de Canaletes" signifie qu'il est de Barcelone.
    Cette fontaine date du 19eS (la légende veut que celui qui boit de son eau de source a l'assurance de revenir à Barcelone)




    L'avenue historique de la Rambla qui conduit à la mer est animée à toute heure du jour et de la nuit. Le nom de cette longue avenue appelée en catalan "Les Ramblas" vient du mot arabe ramlas qui désigne un torrent cessant de couler en saison sèche. En effet l'enceinte fortifiée de Barcelone suivait au 13eS la rive gauche d'un cours d'eau de ce type. Il fut canalisé à partir de 1366. Des monastères et l'université se sont établis au 16eS sur la rive opposée. Le lit du torrent a été comblé, et ces édifices ont disparu mais leur souvenir demeure dans les noms des cinq Ramblas qui forment l'avenue entre la très fréquentée Plaça de Catalunya et le Port Vell (Vieux Port).

    photo eva baila ©


    24 commentaires












  •  









































    Dans cette débauche de couleurs, de saveurs et de parfums, il ne m'a pas été possible de choisir entre toutes ces photos !.. j'ai voulu vous les offrir toutes... 

    eva ©

                                                                        


    25 commentaires


  • "A Séville, il y a, près de la Giralda, une ancienne cour de mosquée ; des orangers y poussent par places, symétriques ; le reste de la cour est dallé ; les jours de grand soleil, on n'y a qu'une petite ombre restreinte ; c'est une cour carrée, entourée de murs ; elle est d'une grande beauté ; je ne sais pas t'expliquer pourquoi...
    ... Que te dirais-je de l'Alcazar ? jardin semblant de merveille persane ; je crois, en t'en parlant, que je le préfère à tous les autres...
    ... Des jeux d'eau sont préparés dans les allées, les allées sont dallées de marbre, bordées de myrtes et de cyprès. Des deux côtés sont des bassins de marbre, où les amantes du roi se lavaient."

    André Gide (Les nourritures terrestres)








































































    photos eva baila ©


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique