• Vertige de lumière...

     

    Dans son atelier, vertige de lumière... (photo Francesco Pagni )

     


    9 commentaires
  • "Porte-moi le tournesol..." Eugenio Montale.

     

                                                                        "Portami il girasole ch'io lo trapianti                       Porte-moi le tournesol, que je le transplante            

                                                                         nel mio terreno bruciato dal salino,                       dans mon terrain brûlé du vent salin,

                                                                         e mostri tutto il giorno agli azzurri specchianti      qu'il montre tout le jour aux faces miroitantes

                                                                         del cielo l'ansietà del suo volto giallino.                du ciel d'azur l'anxiété de son jaune visage.

     

                                                                         Tendono alla chiarità le cose oscure,                   A la clarté tendent les choses obscures,

                                                                         si esauriscono i corpi in un fluire                          les corps s'épuisent en flux

                                                                         di tinte : queste in musiche. Svanire                    de teintes : elles en musique. S'effacer, 

                                                                         è dunque la ventura delle venture.                       la suprême aventure.

     

                                                                         Portami tu la pianta che conduce                         Oui, porte-moi la plante qui nous mène

                                                                         dove sorgono bionde trasparenze                        où vont surgir les blondes transparences

                                                                         e vapora la vita quale essenza;                            et s'exhaler la vie, telle une essence;

                                                                         portami il girasole impazzito di luce."                   apporte-moi le tournesol fou de lumière.

     

    Eugenio Montale (Ossi di seppia)

    "Os de seiche" traduit de l'italien par Patrice Angelini

    La photo du petit tournesol est de mon ami Francesco Pagni

     "Petit. Moche. Gauche. Dans son ordinaire petit pot de plastique jaune.

    Sa tige centrale disproportionnée. Ses feuilles disgracieuses, ses fleurs impudentes.

    Vert émeraude. Jaune Van Gogh. Brun Van Dyck. Ombres et lumière.

    Sur le rebord d'une des fenêtres de mon atelier.

    Timide. Effronté vers le soleil. Fragile. Fort.

    Fier quand même malgré sa mocheté.

    Mon petit tournesol.

    A mes yeux, la beauté.

    La parfaite beauté. 

    La poésie."    Francesco Pagni©

     Francesco, Francesco, continue à nous porter le tournesol…  «  la poésie, la beauté, la parfaite beauté »… avec tes mots, avec tes photos, avec tes pinceaux…

    On peut lire d'autres poèmes de Francesco sur son blog ici : Blow-Up

     


    9 commentaires
  •  

     « …les quarante marches de l’escalier qui mènent à mon atelier sont en pierre grise.

    Elles se déplient comme un origami, dans une lumière méditerranéenne, provenant de grandes fenêtres, aux vitres poussiéreuses.

    Les quarante marches de l’escalier qui mènent à mon atelier, me permettent, en les parcourant lentement, de réfléchir.

    Un parcours en montée, purifiant, limbique, et désintoxiquant.

    Une sorte de « no man’s land », une sorte de chambre de décompression, à traverser, pour pouvoir rejoindre mon univers alchimique d’odeurs, de couleurs, de papiers, d’encres, d’essences, de pigments, de crayons, de charbons, de tissus, d’huiles, de sables, de terres et de potions magiques.

    Pour pouvoir rejoindre mes émotions, mes joies, mes douleurs, mes richesses, mes misères, mes forces, mes doutes et mes fragilités.

    Pour pouvoir rejoindre mon « moi ».

    Pour pouvoir mélanger et libérer, sans tabous, anarchiquement, matière forme et esprit, les transformer en peintures, en sculptures, en dessins, en images, et n’importe quoi d’autre.

    Dans mon atelier. »

      

     

     « C’est là que je suis. C’est là que j’ai. C’est là que je respire. C’est là que je désire. C’est là que réfléchis. C’est là que je dessine, que je déchire, que je gribouille. C’est là que je rêve. C’est là que je râle. C’est là que j’entends les voix joyeuses des écoliers qui sortent de l’école. C’est là que le cafard parfois m’envahit. C’est là que je parle avec * Pablo, avec Cy, avec Antoni et  Frida, avec Egon, avec Lucian et Oscar, avec Jean et Lucio, avec Robert, Alberto et Marc. C’est là que je souffle dans mon Harmonica. C’est là que j’écoute B.B.King, Nina Simone et Patti Smith, Bruce Springsteen, Léonard Cohen, Keith Jarret et Sonny Rollins, Brahms et Chopin. C’est là que je peins, que je peine, que je m’exalte. C’est là que je me cache, que je me dévoile. C’est là que j’aime, que je cherche, que je découvre, que j’écris. C’est là que je bosse. C’est là que parfois je ne fiche rien et je m’en fous. C’est là que je bois la lumière de l’hiver, de la neige, du brouillard et de la pluie, du ciel bleu et des nuages gris. C’est là que je manipule le sable, la terre et le feu. C’est là que je me nourris de couleurs et de magies. C’est là, jour après jour. C’est là que je suis heureux. Parfois. Souvent. Oui. C’est là.

    *Pablo Picasso, Cy Twonbly, Antoni Tapies, Frida Kahlo, Egon Schiele, Lucian Freud, Oscar Kokoschka, Jean Fautrier, Lucio Fontana, Robert Rauschenberg, Alberto Giacometti, Marc Rothko… »

     

      

     

    « …dans mon atelier…

    Odeur de bois, odeur de mon enfance. Odeur de colle et de sciure, odeur de térébenthine et de tempera. Odeur de cire et de goudron…

    La cafetière sur la flamme, chuchote des histoires mystérieuses, que je ne comprends pas.

    Le lin brut a un drôle de goût, fort, bestial, sauvage et rance… ça arrive, d’en sentir le goût… en le déchirant, avec les dents.

    Dans mon atelier.

    A chaque opération, correspond un geste, une méthode, une odeur.

    L’odeur du crayon, l’odeur du papier, l’odeur de la rouille, l’odeur du sable.

    Les notes de Blue Train. Le son de la folie géniale du saxo de Coltrane.

    La tempera a une odeur agréable de résineux. Cédratier du Canada. Le pastel, qui dégage son odeur en le frottant sur le papier, se dissout et s’exprime au léger contact de la sueur de la main.

    Le soleil, impertinent inonde mon atelier.

    Le fusain, a une odeur délicate, d’épice rare, mais difficile à percevoir, comme celle de l’ambre.

    Dans mon atelier.

    L’odeur du café, sur tout.

    Le rouge, le vert, le jaune et le blanc. Le noir. Les couleurs qui chantent au rythme d’un blues sub-saharien.

    Dans mon atelier.

    Je respire, je bouge, je marche, je sens… Les odeurs.

     

    Dans mon atelier… »

     

     


     

     

    Toutes les photos et les textes sont de Francesco Pagni  ©

    (que je remercie infiniment)

     

     Ils sont extraits de son blog  :  BLOW-UP 

     

     

     

    Francesco, Toi le peintre, le poète, le créateur de merveilles,

    Toi qui m’invites au plus secret de ton univers,

    Pour moi seule tu décris le visible, le palpable, l’évanescent, et tu me prépares ainsi à recevoir l’invisible, l’impalpable et le souffle mystérieux de l’étrange…

     

    Toi l'Artiste, le Poète, l’Ami le plus intime,

    Tu deviens alors pour moi le plus étonnant passeur d’émotion : celui qui aide à saisir l’essentiel de ce qui se donne, de ce qui est apparent et de ce qui est caché…

    Avec toi, tout est clair, lumineux, initiatique,

    et magiquement, avec toi, le paysage devient une énigme belle et profonde, grave et surprenante…

     

    Alors il me suffit de fermer les yeux pour être transportée dans ton atelier de peintre, ce lieu matriciel, cet endroit doux et chaud comme un ventre, rassurant, abrité comme une caverne…

    Rien d’autre n’existe plus alors que ce refuge protégé et fécond, cette bulle idéale, prête à se détacher du reste du monde…

     

    … pour voguer loin, bien loin du morne quotidien. Francesco, mon ami, sois donc bien remercié... (eva)

     


    13 commentaires
  •  

     

     

    Francesco, Francesco,

    De l’autre côté du miroir, à l’autre bout de l’année,

    "Silenzio" 

    Ainsi que tu m’as appris à le voir, « une araignée écrit sa toile »

    en rêvant la fraîcheur,

    dans le grand silence parfumé

    du patio… 

     

     

     

    NB : Pour le poète, l’araignée ne tisse pas sa toile. Elle l’écrit, elle l’invente, elle la crée de tous les fils possibles à partir de rien, dans le secret de son ventre. C’est un travail d’artiste : un travail d’écriture, un travail extraordinairement calligraphique, dans le secret du jardin.

    Et dans le poème initial en lien Silenzio si « deux arbres s’aiment en rêvant les étoiles » il ne faut pas comprendre que les arbres rêvent aux étoiles (comme n’importe quel humain)... Les arbres "rêvent les étoiles", c'est-à-dire qu’ils les inventent, les imaginent, les font briller, scintiller. Rêver les étoiles implique qu’elles ne s’éteindront jamais… 


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique