• Giuseppe Ungaretti (1888-1970)

     

    Giuseppe Ungaretti (1888-1970)

     

    Secret du poète (Segreto del poeta,1950)

    Je n’ai pour amie que la nuit.
    Avec elle, toujours je pourrai parcourir
    De moment en moment des heures, non pas vides,
    Mais un temps que je mesure avec mon cœur
    Comme il me plaît, sans jamais m’en distraire.

    Ainsi, lorsque je sens,
    Encore s’arrachant à l’ombre,
    L’espérance immuable
    À nouveau débusquer en moi le feu
    Et le rendre en silence
    À tes gestes de terre
    Aimés au point de paraître, lumière,
    Immortels.

    Giuseppe Ungaretti  (La Terre promise (La Terra Promessa, 1950) – Traduction de Philippe Jaccottet

     

    "On ne peut pas faire de poésie si elle n'a pas en elle-même, la poésie, le sentiment de la poésie qui est le sentiment de l'illimité, le sentiment de l'infini, le sentiment de quelque chose qui dépasse l'homme en le posant dans un secret qui n'arrive pas à se dévoiler, qui n'est pas d'ordre temporel..." 

     

    Ces paroles de Giuseppe Ungaretti ont été recueillies dans l'interview n°2 (document de l'INA, Archives du XXe S.) Dans cette video, Ungaretti évoque sa vie à Paris après la première guerre mondiale, Il nous parle de Modigliani et Soutine, il évoque Paulhan, Mussolini. Il évoque le baroque à Rome et la juxtaposition des styles architecturaux... Il parle des grands poètes dont il se sent proche, il parle des circonstances de son livre "La Douleur" (mort de son enfant de neuf ans, de la guerre). C'est un très passionnant document que l'on peut visionner ici : 

      

     

      

     Dans la video ci-dessous l'écrivain, journaliste et traducteur Jean Lescure présente le poète et situe son oeuvre en France où elle reste peu connue. Lescure définit Ungaretti comme "un mâcheur de mots". Ungaretti lit un de ses poèmes en italien, puis évoque en français ses souvenirs, ses débuts en poésie alors qu'il était écolier, la découverte du baroque et de Michel-Ange, ses origines familiales toscanes et lucquoises, son enfance à Alexandrie après l'installation de sa famille en Egypte au moment de la construction du Canal de Suez, les rencontres et les influences marquantes : Enrico PEA, Stéphane MALLARMé, Charles PEGUY, Henry BERGSON, Guillaume APOLLINAIRE, Filipo Tomasso MARINETTI, Gabriele d'ANUNZIO. Giuseppe Ungaretti raconte des anecdotes concernant tous ces personnages qu'il a côtoyés, ses témoignages sont émaillés de nombreuses photos. Un document magnifique et très émouvant.

     

    Pourquoi avez-vous fait vos études à La Sorbonne ? "Parce que la France était la Mecque des croyants en poésie !"

     

     

     

    Dans la Note qui accompagne l'édition "I Meridiani" le paragraphe introductif des poèmes "Il Dolore" dit simplement : 

    "On m'a fait observé que, ayant perdu un enfant qui avait neuf ans, j'ai appris de la manière la plus brutale que la mort est la mort.Ce fut la chose la plus terrible de ma vie. Je sais ce que la mort signifie, je le savais déjà avant, mais depuis que m'a été arrachée la meilleure partie de moi, la mort, c'est en moi que je l'expérimente. Il Dolore est le livre que j'aime le plus, le livre que j'ai écrit dans les années horribles, la gorge nouée. Si j'en parlais, il me semblerait être impudique. Cette douleur ne cessera jamais de me déchirer." (Giuseppe Ungaretti)

     

    Soldati (1918)                     Soldats

    Si sta come                         Nous sommes comme

    d'autunno                             en automne

    sugli alberi                           sur les arbres

    le foglie                               les feuilles 

     

    Giuseppe Ungaretti (1888-1970)

    Veillée

    Une nuit entière

    jeté auprès d'un compagnon

    massacré

    avec la bouche toutes dents dehors

    tournée vers la pleine lune

    avec la congestion

    de ses mains

    introduite

    dans mon silence

    j'ai écrit

    des lettres pleines d'amour

     

    Je n'ai jamais été

    autant

    attaché à la vie.

     

    (J'ai passé une semaine merveilleuse à préparer ce billet un peu long, Giuseppe Ungaretti que je ne connaissais pas auparavant a embelli ma fin d'année par sa très forte présence, sa sensibilité, sa poésie, son érudition, son expression verbale si riche et si particulière... Ecoutez-le, relisez-le ou découvrez-le...Je vous souhaite à tous une très bonne année 2015 !)  

     

     

     Lire aussi  Ungaretti ou la Fulgurance à l'envers 

    et Ungaretti entre ténèbres et lumière

    « Chagall (Ferrat chante Aragon)Chefchaouen, Rif marocain »

  • Commentaires

    21
    Vendredi 2 Janvier 2015 à 17:32

    Bonsoir Eva, un très jolie billet pour cette nouvelle année, j'espère que tu vas bien et que tu as passée de bonne fête, très belle année 2015 !

    20
    Vendredi 2 Janvier 2015 à 10:22

    Un très joli post pour cette fin d'année chère Eva. Cet homme a beaucoup souffert dans la vie et ses paroles sont poignantes lorsqu'il parle d mort près de lui qui lui fait aimer la vie ! Belle année à toi et gros bisous

    19
    Jeudi 1er Janvier 2015 à 19:24

    @ Francesco : oui il est beau Ungaretti, et comme tu le dis bien Francesco ! C'est tout à fait comme tu le dis qu'il m'est apparu et j'ai eu tout de suite envie de lui ouvrir mes bras... Je l'ai traqué pendant une semaine sur le Net, je l'ai poursuivi en poésie ! J'ai visionné deux fois chaque video... Son français est  si pur, si parfait, il choisit le mot précis, il est simple, proche, humain... Je l'ai adoré ! vraiment ! Je ne verrai jamais plus Rome autrement que par sa voix... Je l'ai écouté et tout était vivant, chatoyant, bouleversant !

    18
    Jeudi 1er Janvier 2015 à 18:03

    Quel bonheur ton billet Eva!…  s'il est "beau" Ungaretti… sa voix… sa façon de   gesticuler si Italienne… son sourire…

    sa stupeur enfantine… sa vitalité… ses yeux riants…. "un poète"…. dans le corps et dans l'âme… 

    Merci de cette page si émouvante….

    17
    Jeudi 1er Janvier 2015 à 17:55

    je te souhaite aussi de bonnes choses pour cette nouvelle année

    16
    Jeudi 1er Janvier 2015 à 17:03

    @ El Duende : Ma chère J. merci pour tes voeux, je forme les mêmes pour toi, les mêmes pour nos enfants qui sont TOUT... Je sais combien tu aimes les poètes, et combien tu aimes les découvrir. Jean a lu "Pas pleurer" il l'a trouvé sous le sapin, il a bien aimé et il a beaucoup pensé à toi. N'oublie pas ma chère J. : "toi tu as les mots..." Tu as tout : les mots, la mémoire de ta lignée, l'émotion, et l'aptitude à émouvoir les autres... Tu as tout, n'oublie pas de faire fructifier le Tout, envers et contre tous... Je t'embrasse.

    @ Dan : c'est bien la première fois qu'un banquier est aussi généreux avec moi ! Merci Dan, et tous mes voeux également yes 

    15
    el duende
    Jeudi 1er Janvier 2015 à 11:46

    Bonne année Eva. J'espère que tout va bien chez toi. Quant à Ungaretti, je ne le connaissais pas et tu m'as donné envie de le découvrir...Je connais ces instants de ferveur où l'on pénètre dans l'intimité d'un poète...Bises. J.

    14
    DAN
    Jeudi 1er Janvier 2015 à 11:19

     

    A l'occasion du nouvel an, ma banque de vœux verse sur le compte de ta vie 365 jours de bonheur, santé et réussites, que 2015 te soit la plus agréable possible !  yes

     

    13
    Jeudi 1er Janvier 2015 à 10:29

    Bonne année Myrto, Bonne année Jibie, bonne année à tous ceux qui me commentent et m'apprécient, bonne année à ceux qui ne disent rien, merci à tous...

    12
    jibie
    Jeudi 1er Janvier 2015 à 08:21

     


    je te souhaite une merveilleuse année, pleine de joie, de découvertes passionnantes à nous faire partager

    11
    Mercredi 31 Décembre 2014 à 15:25

    Le genre de découverte qui m'enthousiasme. Un personnage comme j'aime, profond, fougueux... L'expression n'est pas jolie mais tu "donnes du grain à moudre". Grâce à l'approche que tu offres de ce poète je vais maintenant fureter partout pour lire sa poésie. Merci Eva pour ce bon moment à relire et revoir plus d'une fois. Bonne année à toi. Je t'embrasse.

    10
    Mercredi 31 Décembre 2014 à 14:01

    Merci à tous pour vos encouragements, ils ajoutent du plaisir à la joie que j'ai eue à faire ce billet.

    9
    Mercredi 31 Décembre 2014 à 00:32

    Merci Eva. C'est bon de fréquenter des poètes sur ce blog, et le choix des versions bilingues est vraiment le meilleur.

    8
    Mardi 30 Décembre 2014 à 23:33

    Encore un poète que je ne connaissais pas. Merci pour la découverte!

    Bonne fin de soirée chal-heureuse! Et tous mes meilleurs voeux pour l'année à venir...

    7
    DAN
    Mardi 30 Décembre 2014 à 23:01

    J'ai profité de ma semaine d’absence pour laisser mon fils remettre un peu d'ordre dans mon ordinateur, d'où maintient la possibilité d'écouter le son.
    C'était bien à propos de la diction, (enfin un peu) que je comparais les deux hommes.

    Même si l'on n'est pas toujours dans le même monde toi et moi, nous sommes tous les deux curieux des choses et des êtres c'est ce qui nous rapproche et fais nous comprendre. Bonne fin d'année Eva !

    6
    Mardi 30 Décembre 2014 à 18:07

    A part la diction un peu emphatique, il n'a pas grand chose de commun avec Dali, et si Ungaretti était "un mâcheur de mots" selon Lescure, Dali était plutôt un mâcheur de chocolat Lanvin... mais je constate que tu as écouté attentivement les video (ton micro est réparé ?) Que veux-tu, moi, je suis curieuse de tout, et j'ai faim de découverte... de découverte humaine, et avec Giuseppe, j'ai été comblée ! Passe un bon réveillon Dan, et reviens-nous avec de beaux billets sur Le Havre ! 

    5
    DAN
    Mardi 30 Décembre 2014 à 17:24

     

    Je ne connais pas ce poète cela ne t'étonnera pas, et ce qui est bien avec ton blog, c'est de pouvoir découvrir artistes et poètes dont je n'aurais jamais chercher à connaître, ensuite on peut aimer ou pas mais au moins on aura pu avoir une bonne approche des ces personnages, comme celui-ci avec sa voix rocailleuse roulant les «r». et avec laquelle il raconte ses souvenirs avec des personnages artistiques ou historique qu'il a lui-même connu au cours de sa longue vie. Sa manière de raconter me rappelle parfois celle qu'avait S. Dali, mais la comparaison s'arrête là, mais ces deux personnages vont chercher au plus profond d'eux-même les mots et le tons qui va avec pour convaincre.
    Merci pour ce travail et bonne fin d'année Éva !

     

    4
    Mardi 30 Décembre 2014 à 17:10

    @ Nathanaël : je découvre à l'instant que ton dernier billet traite aussi du "secret" de la poésie... sacrée coïncidence... Bonne année cher Nathanaël, que 2015 t'apporte la sérénité, la joie, la lumière... Merci d'être passé

    3
    Mardi 30 Décembre 2014 à 16:16

    Je ne connaissais pas non plus... Comme toujours lorsque je passe par chez toi, je fais de belles découvertes, et même si je suis plus rare ces derniers temps, je suis toujours là. Bonjour Eva.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mardi 30 Décembre 2014 à 12:14

    Je connaissais Philippe Jaccottet, je découvre Giuseppe Ungaretti.

    Merci

    1
    Mardi 30 Décembre 2014 à 11:58

    Je vais écouter , lire et relire...

    Merci Eva

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :