• Habemus papam

    Habemus papam

     

     

    Synopsis : Le pape est mort. Le Conclave se réunit pour désigner son successeur. C'est Melville (Michel Piccoli) un inconnu, qui est élu à une écrasante majorité. Sur la place Saint-Pierre, une foule fébrile attend de voir le tout nouveau pontife. Tétanisé, Melville ne peut pas se résoudre à se montrer. Bientôt il est terrassé par une crise d'angoisse massive. Pour tenter de résoudre le problème au plus vite, le Vatican fait appel, dans la plus grande discrétion au meilleur psychanalyste du pays (rôle tenu par Nanni Moretti). Mais Melville s'enfuit, errant dans les rues de Rome.

    Habemus Papam n'a que peu de chose à voir avec la religion et la foi. Il s'agit plutôt d'une complainte, écrite, mise en scène et interprétée par Nanni Moretti. L'essentiel de ce film qui émeut souvent est constitué d'une matière mélancolique, d'une réflexion poétique sur le devoir et le plaisir, la liberté et ses limites. La force de l'émotion émane d'abord d'un homme, Michel Piccoli : son errance dans les rues de Rome tandis que le Vatican est le théâtre d'une série de mises en scène aussi dérisoires que virtuoses par lesquelles le cinéaste se moque de la religion, du journalisme, de la psychanalyse, du sport et de lui-même. 

    Un des plus beaux films de Nanni Moretti, un spectacle d'une invention constante. (source : Le Monde)

     

    « Au bord...Sur les pas d'Emma »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :