• Hâfez Shirâzi 1320-1388

     

     

     

     
















    Tu es comme le matin. Je suis la lampe qui brille,

    Seule, à l’aube. Souris-moi, et je donnerai ma vie.

    Tu es le deuil de mon cœur, pour les boucles de ta tête

    Que ma tombe fleurira d’un tapis de violettes.
    Je me tiens, les yeux ouverts, sur le seuil de ton désir.

    Dans l’attente de ton regard, …mais, de moi, tu te retires.

    Merci. Que Dieu te protège, ô cohorte de douleurs,

    Car, lorsque je serai seul, tu resteras dans mon cœur !

    De mes yeux je suis l’esclave, lorsque, malgré leur noirceur,

    Le compte de mes chagrins leur fait verser mille pleurs.

    Mon idole se dévoile aux regards de tout le monde,

    Mais personne ne surprend tant de grâce, que moi seul.

    Mon amour, comme le vent, quand tu passes sur ma tombe,

    Dans ma fosse, de désir, je déchire mon linceul…

     

    (Traduit  du persan par Vincent-Mansour Monteil)
    Cent ballades du Divân "L'amour, l'amant, l'aimé" ('esbq-o 'âsbeq-o ma'sbuq)
    Et c'est bien Hâfez qui a écrit ce beau vers :
    "Celui-là ne mourra jamais, dont le coeur ne vit que d'amour"

    (photo eva)

     

     

     

     
    « Ulysse et Nausicaa...Toute petite, minuscule... (J.Gran Riquelme) »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    26
    Mercredi 22 Juin 2011 à 09:40
    c'est le bonheur de lire ce texte avec cette belle photo, Merci EVA et bonne continuation
    25
    Mardi 21 Juin 2011 à 23:22

    tu le dis bien, le poème donne des frissons... quelle passion ! "Dans ma fosse, de désir je déchire mon linceul !..." qui d'autre que Shirâzi pourrait écrire cela ?

    24
    Mardi 21 Juin 2011 à 22:45

    J'adore ce billet, les mots du Poète, et la musique... Quel parfum... Je voudrais entrer là-dedans, m'y perdre définitivement et mourir... Comme Hylas à la fontaine... 

    23
    Mardi 21 Juin 2011 à 22:27

    Sombre ? L'amour n'est pas sombre, il flamboie... il éclaire, il illumine tout...

    22
    Mardi 21 Juin 2011 à 22:22

    La passion n'a pas d'âge cher Dan !

    21
    Mardi 21 Juin 2011 à 21:39
    Un texte qui donne des frissons. On y retrouve toute la passion dite du bout des mots, avec tact et retenue ce qui donne tant de force.
    20
    Mardi 21 Juin 2011 à 21:14
    Comme ta pashmina va l'amble avec les vers du poète ! Sensualité et joie !
    Ca me fait penser aux vers de Salomon : la même ferveur mystique provoquée par la présence enivrante de l'aimée ! Voilà qui pourrait bien me réconcilier avec l'amour ! Une belle découverte ! Bonsoir à toi ma mie.
    19
    Mardi 21 Juin 2011 à 21:01
    c'est très beau.
    bonne soirée
    clem
    18
    Mardi 21 Juin 2011 à 16:16
    Des mots tranchants, qui ne laissent aucune porte de sortir;
    Le foulard est de toute beauté.
    17
    Mardi 21 Juin 2011 à 10:58
    Toujours aussi beau, toujours aussi sombre. Bises et bonne journée. Dominique
    16
    Mardi 21 Juin 2011 à 09:55
    belle déclaration d'amour
    15
    DAN
    Mardi 21 Juin 2011 à 09:32
    J'ai du mal à m'imaginer que ce poème ait été écrit il y a si longtemps, l'amour est vraiment intemporel !
    14
    Samedi 18 Décembre 2010 à 11:11

    oh Michel, comme j'aime votre cri...

    13
    Samedi 18 Décembre 2010 à 10:42
    "Celui-là ne mourra jamais, dont le coeur ne vit que d'amour

    "OUI OUI OUI !!!!!ABSOLUMENT!
    12
    Samedi 7 Février 2009 à 16:28

    "Celui-là ne mourra jamais, dont le coeur ne vit que d'amour"

    oui, des mots somptueux, et aussi : des mots qui font frémir :
     
    "Mon amour, comme le vent, quand tu passes sur ma tombe,
    Dans ma fosse, de désir, je déchire mon linceul…"

    11
    Samedi 7 Février 2009 à 16:03
    J'ai envie d'écrire: somptueux!
    10
    Samedi 7 Février 2009 à 15:31

    Merci Dominique. C'est la vérité : la lecture de Hâfez Shirâzi est un moment de bonheur...

    9
    Samedi 7 Février 2009 à 15:18

    Merci Flo : un pashmina (mais un faux !! hélas)

    8
    Samedi 7 Février 2009 à 15:07

    Dès que je peux, je lis, promis ! Merci Arthur...

    7
    Samedi 7 Février 2009 à 15:07

    Oui, pensons aux doux moments de la vie !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    Samedi 7 Février 2009 à 09:09
    Magnifique texte Eva. Votre photo toute de négligé élégant accompagne particulièrement bien et le texte et la musique. Un instant de bonheur... Bon WE. Bien à vous. Dominique
    5
    Vendredi 6 Février 2009 à 20:56
    très beau , j'aime beaucoup le sujet de la photo !!
    4
    Vendredi 6 Février 2009 à 20:08
    Hier est passé, n’y pensons plus Demain n’est pas là, n’y pensons plus Pensons aux doux moments de la vie Ce qui n’est plus, n’y pensons plus Un grand Humaniste comme le souligne arthur kamp..qui est censuré dans certains pays pour son islam "Libéral"..Bises et amitiès
    3
    Vendredi 6 Février 2009 à 14:57
    Lis Omar Khayyan,poète mystique persan. Très humaniste, hédoniste modéré mais quelquefois très tourmenté.
    2
    Jeudi 5 Février 2009 à 23:35

    ah oui ! un beau texte ! Merci Ghost de ton passage.
    Bises à toi. eva.

    1
    Jeudi 5 Février 2009 à 23:25
    Un beau texte accompagné par une belle photo Bisoys toi.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :