• Hommage à Gérard Rémigereau

    Hommage à Gérard Rémigereau

     

     

     
    Gérard Rémigereau est né en 1948 à Rouen, il passe par les Beaux-Arts de Rouen de 1966 à 1972 avec, dans sa promotion, Emmanuel Lemardelé et Daniel Authouart.
     
    C’était un dessinateur prodigieux. Un passionné de musique et un altruiste. Peu de gens savent qu’il a travaillé avec Emmaüs et le Secours catholique. La carrière de Gérard Rémigereau, Grand Prix de Rouen en 1973 et pilier de la galerie Rollin, s’est composée de quatre périodes : la première fut une boulimie de dessins. Très figurative et charpentée avec beaucoup de nus, de scènes d’ambiance, de ports. Puis en 1977, ce fut la période la plus intellectualisée, symboliste et très prolifique. Celle que la plupart des amateurs connaissent. Après, il est parti en Ariège. Il réalisera de grandes toiles brossées, devant le public, au rythme des vibrations de musiciens et de danseurs. Enfin, ce fut le retour à Rouen après une dépression et un arrêt de cinq ans. Un retour aux sources. Il revient à une peinture pure avec ses acquis. "Une peinture d’atelier très romantique" complète Yves Richard, un ami intime qui se souvient surtout du peintre de l’énergie, « mais avec une fracture, une angoisse. Toujours en recherche d’une réponse qu’il n’aura jamais. Avec la souffrance du créateur. »
     
    "Nous sommes des complices de plusieurs décennies, Gérard REMIGEREAU et moi, mais au fil des ans et des séparations, je suis toujours ébahi de constater combien l'âge n'a pas de prise sur cet artiste, que ce soit artistiquement ou physiquement. Toujours présents et continuels son geste sensuel de la forme, son choix de couleurs brûlantes, sa vision de la nature, des rivages écumants, des villes endormies, sans oublier son dynamisme créatif où règne une pointe de rêve et d'inquiétude de la part de cet éternel jeune peintre, dont l'oeil n'a de cesse d'interroger et la main de transmettre par le trait, la couleur et l'atmosphère. Patient avec son art, obstiné, talentueux au possible, Gérard REMIGEREAU analyse sans cesse, s'enthousiasme spontanément et se referme parfois, rongé par le doute, quel que soit le motif. Avec lui, pas de romantisme spectaculaire, mais de la sensibilité, du vrai, du pur au gré d'une redoutable lucidité, sans illusion parfois, mais sans trouble." André Ruellan, critique d'art.
     
     
    Gérard Rémigereau est décédé à Sarlat en 2017.
     
     
    « Jean Désiré Bascoulès (1886-1976)La belle lumière d'octobre... »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    7
    Samedi 23 Octobre à 23:13

    un petit tour dans ton beau blog 

    muchos besos

    tilk

     
    What do you want to do ?
    New mail<button id="mailtorapideemailClipboardButton">Copy</button><textarea id="mailtorapidetextToSelect"></textarea>

    6
    Samedi 16 Octobre à 11:02

    Eva  , je découvre et c'est très beau !

    Merci, je t'embrassewinktongue

      • Samedi 16 Octobre à 19:24

        Merci ma Noëlle, je t'embrasse aussi, bon week-end !

    5
    Mercredi 13 Octobre à 00:54

    j'adore ...j'ai déja vu certaines de ses oeuvres 

    et j'ai visité les beaux arts de Rouen c'est un lieu magique !!!

    muchos besos

    tilk

      • Vendredi 15 Octobre à 00:17

        Moi aussi j'aime beaucoup... Le petit ciel d'orage en tête de blog est à moi ! Je suis fière d'avoir un Rémigereau !

        Le Musée des Beaux Arts de Rouen possède des Monet (au moins deux "cathédrales" : Monet les avait peintes depuis le 1er étage d'un magasin qui est maintenant l'Office de Tourisme de Rouen. Besos mi amigo Tilk wink2

    4
    Lundi 11 Octobre à 19:22
    Henri-Pierre

    Très plaisante cette vigoureuse légèreté

    3
    Lundi 11 Octobre à 18:29

    Je découvre cet artiste . Ses toiles avec parfois l'emploi de couleur pure plaisent c'est évident.  Un artiste sensible quant on découvre son parcours.

    Un bel hommage.

    Bonne semaine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :