• Je te l'ai dit (Paul Eluard)

     

     

    nuages.jpg

     

     

     

    "Je te l'ai dit pour les nuages

    Je te l'ai dit pour l'arbre de la mer

    Pour chaque vague pour les oiseaux dans les feuilles

    Pour les cailloux du bruit

    Pour les mains familières

    Pour l'oeil qui devient visage ou paysage

    Et le sommeil lui rend le ciel de sa couleur

    Pour toute la nuit bue

    Pour la grille des routes

    Pour la fenêtre ouverte sur un front découvert

    Je te l'ai dit pour tes pensées pour tes paroles

      

    Toute caresse toute confiance se survivent."

     

    Paul Eluard.

     

     

    je-te-l-ai-dit--jpg

     

     

    « Ode au chat (Pablo Neruda)Klee du paradis. »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    14
    Mardi 29 Mars 2016 à 09:36

    Bonjour Eva

    C'est parfait tous ces petits liens, on met nos pas dans les tiens et surprise ! On a aimé le même poème mais on l'illustre à sa façon, moi j'avais surtout retenu le dernier vers.

    Bonne journée Eva, chez moi assez ensoleillée pour l'instant, je t'embrasse.

      • Mercredi 30 Mars 2016 à 09:46

        Bonjour Nicole, hier soleil,oui, aujourd'hui un peu moins !... Le dernier vers bien sûr est le plus beau...

    13
    Samedi 22 Décembre 2012 à 15:23

    oui Nathanaël... Comment pourrait-il en être autrement ? Bien malheureux les tièdes ! Ceux-là ne connaissent pas les affres de l'amour, mais ils n'en soupçonnent pas non plus les délices...

    12
    Samedi 22 Décembre 2012 à 14:39
    D'accord , d'accoeur !
    11
    Jeudi 20 Décembre 2012 à 18:01

    C'est la définition de l'amour fou (André Breton) : "Ce que j'ai aimé un jour, que je l'ai gardé ou non, je l'aimerai toujours"... nous sommes d'accord n'est-ce-pas Nathanaël ?  

    10
    Jeudi 20 Décembre 2012 à 15:20
    "Toute caresse toute confiance se survivent", lorsque l'on a vraiment aimé, c'est à jamais.
    Bonne journée Eva.
    9
    Jeudi 20 Décembre 2012 à 14:57

    La vraie poésie est à la fois subversive et consolatrice, en tout cas, c'est le cadeau d'un incessant voyage, tout comme l'art pictural... et c'est ce que je viens chercher dans ton univers : les voyages réels de tes carnettistes, comme les voyages imaginaires de ton travail de recherche personnelle... 

    8
    Jeudi 20 Décembre 2012 à 10:53
    J'aime beaucoup Eluard, véritable lumière pour les aubes de la pensée : il nous réveille à chaque mot pour leur offrir cet incessant voyage que seule la véritable poésie peut offrir.
    Amitiés Eva,
    AM
    7
    Mardi 18 Décembre 2012 à 19:52
    J'aime énormément Paul Eluard depuis toujours, avec cette photo c'esr très bien......
    6
    Mardi 18 Décembre 2012 à 19:15

    ah oui ? je n'avais pas pensé à ça... en réalité, pour moi, l'essentiel est dans le dernier vers...

    "Toute caresse toute confiance se suvivent"... oui, la haine ou l'indifférence ne peuvent pas succéder à l'amour, à la tendresse... non, cela n'est pas possible, c'est un peu comme un parfum qui reste suspendu dans l'air, longtemps après le passage de l'être aimé... "Quelque chose de ces deux-là restera en suspension aussi dans les lieux où ils ne sont jamais allés, juste parce qu'ils auront rêvés les mêmes rêves..."

    5
    Mardi 18 Décembre 2012 à 19:07

    pareil ! moi c'est pareil Dan !

    4
    Mardi 18 Décembre 2012 à 17:54
    vous me faites penser:
    le monde est l'ex-voto que nous devons offrir à la poésie, pour la remercier de nous avoir donné le monde.
    3
    DAN
    Mardi 18 Décembre 2012 à 16:20
    Tout comme Louis Paul quand je voyage près du hublot je ne vois pas le temps passer et j'ai l'impression que le temps s'est arrêté !
    2
    Mardi 18 Décembre 2012 à 11:03
    Quand j'ai la chance d'être près du hublot, j'assiste à cette féérie dont je ne lasse pas. Bonnes fêtes Eva, bonne fin d'année et à bientôt? Je t'embrasse.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :