• Jorge Semprun

     

     Jorge Semprun

     

    "Outre la promenade, il n'y avait qu'un autre moyen de tromper l'angoisse gluante de la promiscuité perpétuelle : c'était la récitation poétique, à voix basse ou à haute voix."

                                Jorge Semprun (Le Mort qu'il faut)

     

    « Que ferons-nous de ce mari jaloux ? (Christine de Pizan)Par la beauté nominative »

  • Commentaires

    17
    Samedi 11 Juin 2011 à 16:39

    Merci Louis-Paul, je vais tâcher de ne pas le rater ce soir...

    16
    Samedi 11 Juin 2011 à 16:38

    Merci pour le lien... Dès le début il développe l'idée de la citation, et toute l'interview est passionnante, y compris sa façon de défendre les idiomes minoritaires...

    J'aime la conclusion de cette interview : "il n’est pas obligatoire que le monde soit aussi injuste et invivable, on peut au moins réparer certaines choses. Ces illusions-là, je les ai toujours, plus que jamais peut-être." Ce devrait être la règle d'or de chaque homme de bien, en tout cas, on peut l'avoir toujours à l'esprit, comme un phare dans la nuit... 

     

    15
    Samedi 11 Juin 2011 à 09:59
    Tu as très bien choisi et la photo et la citation Eva; bel hommage en attendant celui de France 3 ce soir "Le temps du silence." Belle fin de semaine, bises.
    14
    Vendredi 10 Juin 2011 à 21:55
    Voici une très belle interview DE GS :
    On se rappelle que Semprun a été exclu du PC espagnol par Santiago Carrillo pour divergences de vues sur le traitement de Franco durant la dictature.
    http://www.nonfiction.fr/article-3391-jai_perdu_mes_certitudes_jai_garde_mes_illusions_entretien_avec_jorge_semprun.htm
    13
    Vendredi 10 Juin 2011 à 20:11

    Malheur ! Ce soir je travaille jusqu'à minuit ! Je vais voir si l'homme de ma vie sait encore se servir de la boîte à enregistrer...

    12
    Vendredi 10 Juin 2011 à 19:46
    Ce soir à 21h55 sur france 5, il y a un documentaire sur Jorge Semprun: l'écriture et la vie! à voir absolument!
    11
    Jeudi 9 Juin 2011 à 21:40

    Il y a ceux qui savent... (ceux qui savent les Notes, ceux qui savent les Mots, ceux qui savent les Couleurs) et tous les autres (ceux qui ne savent pas mais qui s'en émerveillent... Et je suis de ceux-là, toujours prêts à s'émerveiller de la générosité de ceux qui donnent tant... par les mots, par les sons, par la lumière...)

    10
    Jeudi 9 Juin 2011 à 21:37

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Jorge_Semprun.jpg

    alors, si c'est Georges Chelon, c'est Wikipedia qui s'est trompé ! (Je sais bien qu'il y a parfois des erreurs sur Wiki, mais là....)

    9
    Jeudi 9 Juin 2011 à 21:16
    L a récitation comme un prière, une oraison, la protection suprème contre la folie...
    Ma belle, es-tu sure que c'est Semprun? Pour moi, la photo C'est georges Chelon.
    8
    DAN
    Jeudi 9 Juin 2011 à 20:03
    Parole, musique, ou peinture, il est des hommes qui savent s'exprimer avec ces médias là, Semprun fait partie de cette élite !
    7
    Jeudi 9 Juin 2011 à 19:25

    Je pensais que ça venait de mon ordi ! Bonne soirée Dominique.

    6
    Jeudi 9 Juin 2011 à 19:25

    C'est vrai Michel, cette citation me bouleverse, et la jeunesse de cet homme aussi...

    5
    Jeudi 9 Juin 2011 à 19:20

    La Poésie, tout comme la Musique... (je suis une complète ignare en musique, mais j'avais été bouleversée par le témoignage de Miguel Angel Estrella, pianiste argentin, qui disait qu'au fond de sa geôle en Uruguay, il continuait à jouer sur un clavier muet... et qu'il entendait la musique en lui...) et puis cet autre témoignage dans le livre de Tahar Ben Jelloun "Cette aveuglante absence de lumière" où le héros, qui fut l'un des prisonniers du bagne de Tazmammart au sud-est du Maroc pendant 18ans suite à l'attentat manqué de Skirat en juillet 1971... Le héros n'est parvenu à survivre qu'en récitant au fond de lui les versets du Coran, juste parce que c'est la seule parole qui le maintient en dehors de la folie, la seule parole qui le maintient parmi le monde des vivants bien audelà de ce qu'il pouvait lui attribuer de sens religieux, juste parce que c'était une parole apprise autrefois, et une parole poétique...  

    4
    Jeudi 9 Juin 2011 à 18:36
    Mon ami Cyrille parle sur son blog et sur Facebook de la désaffection actuelle de la poésie, cette magnifique phrase de Jorge S lui donne ses plus belles lettres de noblesse.
    La poésie souveraine, expression de la seule liberté inaliénable.
    Je me permets de partager.
    3
    Jeudi 9 Juin 2011 à 18:26
    Quel bel extrait vous avez choisie Eva, et comme vous avez raison de parler de lui...la photo est si belle.
    @ bientôt
    Michel
    2
    Jeudi 9 Juin 2011 à 15:14
    Je me doutais bien que vous évoqueriez cette disparition Eva, et vous le faites avec une citation très belle et très juste.
    Merci pour ce partage. (par ailleurs je ne sais pas si vous avez constaté la même chose que moi, mais les "j'aime" de FB ne sont plus compatbilisés sur mon blog et le vôtre aussi il me semble. Bizarre, j'espère que cela reviendra.) Bonne fin de journée. Dominique
    1
    Jeudi 9 Juin 2011 à 12:42
    Paix à un humaniste témoin et victime des atrocités.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :