• L'artisanat du thuya à Essaouira

     

    15 Essaouira 25

     

    Les dessins de ce plateau sont organisés autour d'un motif géométrique et les bordures sont faites d'une alternance d'ébène et de citronnier.

     

    Les ébénistes souiris étaient déjà renommés dans l'Antiquité, et la ville reste le royaume de la marqueterie.

     

    Très recherché, le thuya à l'odeur envoûtante croît en abondance dans la région d'Agadir et d'Essaouira. Il a fait la richesse de cette dernière. Le thuya est un arbre au bois très dur et presque tout, chez lui, peut être utilisé, à part les branches. Le tronc, au bois relativement clair, la souche, réservée à la confection des petits objets et enfin la loupe. Cette excroissance très rare est très courue des ébénistes. Veinée de brun et de rosé, la loupe est polie, incrustée de motifs en citronnier, en nacre ou en ébène et parfois sertie de fils de cuivre ou d'argent, ou d'éclats d'os de chameaux. Elle sert à réaliser des tables basses, des coffrets, des statuettes, des boîtes de toutes formes, des plateaux, des bijoux... Creusées sous les remparts d'Essaouira, d'anciennes caches d'armes abritent aujourd'hui les meilleurs artisans en marqueterie - des hommes selon la tradition.

     

    Essaouira, petit coffret en marqueterie

     

    Petit coffret en marqueterie

     

    Essaouira, petit coffret en loupe de thuya

     

    Ce petit coffret en loupe de thuya présente la particularité de ne s'ouvrir qu'après quatre manipulations successives, pour la recherche de la cachette de la clef, puis celle de la serrure...

    Un vrai petit coffre-fort à secret !

     

    15 Essaouira 20

     

    Essaouira

     

    Essaouira

     

    photos eva

    « Jean Amrouche (1906-1962)Fusions (Pablo Neruda) »

  • Commentaires

    8
    Jeudi 10 Avril 2014 à 08:55

    Oui, on ouvre la boîte, on met son nez dedans, et on est transporté...

    7
    Mercredi 9 Avril 2014 à 19:25
    Et l'odeur du thuya ?
    Elle reste toujours...
    6
    Mercredi 2 Avril 2014 à 22:16

    Exactement Dan ! et le Maroc, de ce point de vue est précieux : pour cause de Ramadan en octobre 2005, je n'ai pas pu voir le travail du bois tourné ou sculpté, mais j'ai vu le travail des zeliges et du cuivre martelé en direct. C'est un pays où l'artisanat traditionnel est resté très vivace, et comme tu le soulignes, on reste admiratif devant un savoir-faire ancestral.

    5
    Mercredi 2 Avril 2014 à 22:11

    Ce sont des petits objets jolis, et qui sentent bon ! On ne peut pas y résister !

    4
    Mercredi 2 Avril 2014 à 22:10

    les deux petits coffrets nous ont été ramenés en cadeaux par mon fils aîné qui passe 15 jours par mois au Maroc. Mais je me souvenais très bien de ces petits objets que nous avions renoncé à acheter faute de place dans les bagages. De ce voyage d'octobre 2005, j'ai ramené deux plateaux ronds en cuivre martelé. Je ne fume plus depuis très longtemps, mais je rêve encore parfois que je fume et je sens la fumée descendre dans mes poumons... Bises Danae, bonne fin de soirée 

    3
    Mercredi 2 Avril 2014 à 16:54
    Le petit coffre fort, tu l'as rapporté ? Il est magnifique avec ses cachettes. Essaouira je n'ai pas été, mais ma fille si. La prochaine fois, peut-être. Bises ma belle Eva qui heureusement ne fume plus !
    2
    Mercredi 2 Avril 2014 à 13:29
    J'ai quelques belles petites boîtes et jeu faite de ce bois et venant des artisans d'Essaouira !
    1
    DAN
    Mercredi 2 Avril 2014 à 12:14
    On ne rapporte pas seulement de belles photos et de beaux souvenirs de nos voyages, mais aussi un "savoir-faire" comme ici celui des marqueteurs que j'ai pu voir à l'oeuvre mais dans un autre pays. La petite boîte que j'ai ramené trône toujours sur ma table basse !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :