• L'étranger (Armand Robin)

     

     

     

    "Je ne suis qu'apparemment ici.

    Loin de ces jours que je vous ai donnés

    Est projetée ma vie.

     

    Malhabile conquérant par mes cris gouvernés,

    Où vous m'apercevez, je ne suis qu'un étranger !

    Gestes d'amour partout éparpillés,

    Je me fraye une voie isolée, désertée.

     

    D'une science à l'autre j'ai pris terrier,

    Lièvre apeuré sentant sur lui braqué

    Le fusil savant et sûr de la destinée.

     

    Aucune terreur ne m'a manqué."

     

    Armand Robin. 

    Armand... Armand ! au nom d’ici, au visage d’ici, au langage d’ailleurs…

    A t’excuser toujours de vivre, de ne point souffrir assez, de chercher les mots qui te fuient,

    A regarder les autres défiler, à les écouter vociférer, à voir les trains passer…

    A ne point suivre le troupeau, mais prendre les chemins de traverse,

    A ne plus boire aux fontaines ni aux bouches trompeuses,

    A ne plus croire en rien, à ne plus avoir faim,

    Tu t’es perdu, et je t’ai trouvé enfin…

    eva, 13 juin 2016

     

    photo Katia Chausheva ici 

      

    « Hommage à Davide Giuva, sculpteur.Syracuse. »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    7
    Vendredi 17 Juin 2016 à 19:23
    Henri-Pierre

    Si l'humanité entière était convaincue de la part d'étranger qu'il y a, inexorablement, en chacun de nous, le monde serait aussi beau que ces paroles et le personnage qui l'illustre.

      • Dimanche 19 Juin 2016 à 21:01

        hélas, hélas Henri-Pierre !... trop de gens renient la part d'étranger qu'ils portent en eux...

    6
    Mardi 14 Juin 2016 à 09:25

    Armand Robin est un vieux compagnon que j'ai rencontré dans une anthologie de Pierre Seghers parue en 1972  (Oups ! J'avais 17 ans, inutile de faire le calcul...). Le poème de ton billet y figure. Je suis toujours aussi ému par "J'ai choisi pour me bâtir d'être partout détruit".

    Bon, je respire un grand coup et vais lire un Astèrix. Bonne journée Eva

    5
    DAN
    Lundi 13 Juin 2016 à 12:59

    On ne peut pas dire que ces excellents textes, le tiens et celui d'Armand Robin, soient de nature à remonter le moral... wink2

      • Lundi 13 Juin 2016 à 13:34

        Je te fais confiance Dan, tu as suffisamment de ressources en toi pour surmonter ça ! wink2

    4
    Lundi 13 Juin 2016 à 12:22

    J'aime beaucoup ton billet Eva et ta façon d'interpeller le poète est encore poésie.

    Comme le temps est à la lecture, j'avais une revue de poésie dans les mains, et suis tombée sur ces mots de Franck Venaille  "Être poète, c'est croire à l'intensité du langage, à ses méandres, ses contre-pieds, ses contradictions et sa générosité également... Être poète ce n'est pas seulement écrire - vers ou proses - des poèmes, c'est donner à notre douleur la force et les moyens de se dépasser, de devenir ainsi la douleur de tous, y compris de la poésie elle-même."  Bonne journée à toi !

     

      • Lundi 13 Juin 2016 à 13:33

        Nicole ! Tu m'épates ! j'adore cette citation, et elle va bien sur cette page... 

        Quand quelque chose ne va pas dans ma tête, je pense à A.Robin... je le serre dans mes bras... 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :