• "l'instantané de la vie"...

    ROUTE 5

     

    "Aspirant tout avec délices, en vain cherchions-nous à lasser nos désirs, chacune de nos pensées était une ferveur, sentir avait pour nous une âcreté singulière. Nous usions nos splendides jeunesses, attendant le bel avenir, et la route y menant ne paraissait jamais assez interminable, où nous marchions à grands pas, mordant les fleurs des haies qui remplissent la bouche d'un goût de miel et d'exquise amertume....

     

    douceur

     

    [...] "Crois-tu pouvoir en cet instant précis goûter la sensation puissante, complète, immédiate de la vie, sans l'oubli de ce qui n'est pas elle ? L'habitude de ta pensée te gêne; tu vis dans le passé, dans le futur et tu ne perçois rien spontanément. Nous ne sommes rien Myrtil, que dans l'instantané de la vie; tout le passé s'y meurt avant que rien d'à venir n'y soit né. Instants ! Tu comprendras de quelle force est leur présence ! car chaque instant de notre vie est essentiellement irremplaçable..."

                                                                                             André GIDE (Les nourritures terrestres)

     

     

     insecte

     

    photos eva, juin 2010 ©

    « Douceur blondeT'es où ? »

  • Commentaires

    18
    Samedi 3 Juillet 2010 à 17:31
    Vivons dans l'instant, ici et maintenant.
    17
    Mardi 29 Juin 2010 à 13:15

    Sur la 3ème photo, on voit des tiges de coquelicots défleuris et d'autres en bouton, et dans l'article précédent intitulé "Douceur blonde" on peut voir des "compagnons blancs" dans les blés (détail de Claire Felloni qui est aquarelliste en botanique). Bonne journée à vous aussi Dominique.

    16
    Mardi 29 Juin 2010 à 12:11
    La photo du centre (les blés) est éblouissante. Bravo. Mais quelles sont les plantes qui suivent ? Bonne journée Eva. Dominique
    15
    Mardi 29 Juin 2010 à 10:07

    Quand je veux un beau texte, j'ouvre "Les nourritures terrestres" au hasard, et je trouve toujours quelque paroles pour magnifier les photos les plus banales...

    14
    Mardi 29 Juin 2010 à 09:57
    Tu as déniché un beau texte pour accompagner tes photos... La route me fait penser à "je ne vois que la route qui poudroie et l'herbe qui verdoie". Hier j'ai coupé mes pavots défleuris pour les faire sécher et là, je vois les mêmes tiges mais de coquelicots! Bonne journée.
    13
    Lundi 28 Juin 2010 à 20:07

    Sandra, j'aime les routes, les photos de routes, les tableaux représentant des routes, pour moi, cette image est plus qu'une invitation à voyager dans la campagne, c'est un symbole de liberté... Prendre la route, c'est espérer un ailleurs, c'est respirer plus fort, prendre la route, c'est de la jouissance pure... j'aime courir sur les routes, et j'aime les chemins poudreux... Bises Sandra, et merci de ta fidélité à me visiter.

    12
    Lundi 28 Juin 2010 à 19:49
    Bonsoir Eva,

    Je vis entourée de champs et avec les champs de tournesols, les champs d'orge ou de blé sont ceux que je préfère pour la belle couleur dorée qu'ils prennent sous le soleil. J'aime beaucoup la photo de la route, comme une invitation à voyager dans la campagne.

    Gros bisous,

    Sandra
    11
    Lundi 28 Juin 2010 à 19:15

    Je ne sais pas si je suis "Gidienne" mais j'adhère totalement à ce texte, il représente pour moi l'expression de la recherche de la liberté légitime, la liberté de "sentir", ressentir le meilleur de tout ce qui s'offre, cueillir en toute innocence le plus beau, le plus exaltant, comme le font les plantes avec la lumière, se hisser vers la lumière, boire la lumière sans retenue, dans l'ivresse, la joie, l'exaltation...à fond, jusqu'au dernier souffle... 

    10
    Lundi 28 Juin 2010 à 18:23
    Très, très beau texte qui se marie à merveille avec ce que tu prônes depuis toujours... Tu es Gidienne...à fond...
    9
    Lundi 28 Juin 2010 à 16:31

    Ah je vois que nous avons les mêmes lectures ;)) J'ai zappé sur "Pluvieuse terre de Normandie" tant je la pratique qu'elle me fatigue un peu !

    8
    Lundi 28 Juin 2010 à 15:50
    Peut-on décrire plus justement le plaisir de vagabonder à travers la campagne et de goûter à pleines dents la jeunesse ? Et, comme j'ai Les nourritures terrestres sous la main, j'ajoute pour toi : "Pluvieuse terre de Normandie ; campagne domestiquée..."
    7
    Lundi 28 Juin 2010 à 15:47

    Je te remercie Jean-Luc, ton com est un vrai compliment, venant de toi qui aimes tant la Beauté de la Nature... Bises. eva.

    6
    Lundi 28 Juin 2010 à 15:40
    Tu ne pouvais pas mieux illustrer Gide ! j'aime cette savoureuse blondeur qui réveille l'âme.
    Bisous et belle fin de journée , Eva
    5
    Lundi 28 Juin 2010 à 14:23

    Il FAUT rendre chaque instant irremplaçable... Je t'embrasse bien fort Danae...

    4
    Lundi 28 Juin 2010 à 14:22

    Rien n'est plus plein (pour moi) que la délicieuse vacuité, faite d'instants où tous les sens sont en alerte, sans risquer d'être distraits par les obligations vaines de la vie ordinaire...

    L'action de peindre est une occasion de suspendre le temps et d'anéantir toutes les sollicitations terre à terre de la vie ordinaire (la faim, la soif, l'ennui...) jusqu'à la fatigue du corps, parfois la douleur musculaire...

    3
    DAN
    Lundi 28 Juin 2010 à 14:02
    Il y a des jours plus remplis que d'autres, et l'été est propice à la méditations, alors profitons de l'instant qui passe, la vie ne donne pas toujours la même chance au même moment !
    2
    Lundi 28 Juin 2010 à 12:37
    Chaque instant de notre vie est irremplaçable c'est bien vrai c'est pourquoi il faut le remplir de belles choses ! Bisous de l'été Eva
    1
    Lundi 28 Juin 2010 à 08:52
    De jolies photos pour bien accompagner Gide, bravo. A+
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :