• L'oiseau qui chante dans ma tête...

     

    63136_175807059113285_80200_n.jpg

     

    Huile sur toile de Michel Giliberti

     

    "L'oiseau qui chante dans ma tête

    Et me répète que je t'aime

    Et me répète que tu m'aimes

    L'oiseau au fastidieux refrain

    Je le tuerai demain matin"

                                                  

    Jacques Prévert (Histoires)

     

    Site du peintre Giliberti https://www.michel-giliberti.com/

    Blog de Michel Giliberti link 

       

     

     

    On est souvent contraint à tuer ce qu'il y a de plus vivace, de plus secret, de plus précieux en chacun de nous, pour continuer à vivre, ou faire semblant de vivre... 

    eva.

     

    « L'amour de loin (Jaufré Rudel)Lettre à Ménécée (Epicure 341-270 av JC) »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    21
    do le
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:14
    on ne peux pas tuer l'oiseau car il me semble immortel comme l'âme , même en ouvrant entièrement la porte , il désidera de partir et de revenir a son aise , faire semblant de vivre est la pire des choses car cela tue le corps humain maiS jamais son l'esprit .... parfois il faut oublier le son du chant du rossignol , ou ne l'écouter qu'alors , que dans le silence et la profondeur de la nuit et puis , quand revient le petit jour ,on entend alors la réalité , le chant des piafs qui piaillent vraiment autour de nous ....
    20
    Lundi 15 Octobre 2012 à 01:05

    oui, moi je suis comme ça : quand ça me fait mal, je coupe à la racine...

    19
    Dimanche 14 Octobre 2012 à 06:18
    Oh oh! tu as des solutions radicales, toi! Bonne journée.
    18
    Dimanche 14 Octobre 2012 à 00:07

    non c'est sûr ! ce n'est pas très "gentil" ! c'est l'amour rageur ! quand l'oiseau est trop agaçant, mieux vaut lui tordre le cou... 

    17
    Samedi 13 Octobre 2012 à 21:17
    Pas très gentil Prévert sur ce coup-là!
    On n'arrive pas à tuer ce qu'il y a en nous; ça reste toujours tapi quelque part dans un coin du coeur ou du cerveau.
    Bon dimanche.
    16
    Jeudi 11 Octobre 2012 à 11:54
    Souvent on est obligés de "faire semblant", c'est moche !!! Le tableau est super magnifique de notre ami Giliberti. Bisous Eva
    15
    Jeudi 11 Octobre 2012 à 08:31
    c'est violent, j'ai un peu de mal avec ces représentations torturées de l'esprit, le résultat pictural est fort, la preuve, il me secoue ! :-)
    bonne journée !
    14
    Jeudi 28 Juin 2012 à 23:12

    Veinard ! 

    13
    Jeudi 28 Juin 2012 à 21:19
    Mais pourquoi donc tuer cet oiseau?
    Ces mots sont-ils tabous?
    Demain midi, à moi la liberté. Je serai en vacances et non loin d'un nouveau départ. YES !
    12
    Mardi 26 Juin 2012 à 23:25

    Tu l'entends crier et tu ne lui tordras pas le cou... tu l'entends crier, et tu ouvriras sa cage...

    11
    Mardi 26 Juin 2012 à 20:15
    je l'entend crier cet oiseau !
    10
    Dimanche 24 Juin 2012 à 22:30

    Je suis toujours sidérée par votre grande générosité Michel ! Laisser celui qui contemple entrer dans votre tableau pour en triturer l'imaginaire... c'est donner tellement d'amour, qu'effectivement l'oiseau ne mourra jamais... Cet oiseau-là est un phoenix... Je vous embrasse avec reconnaissance...

    9
    Dimanche 24 Juin 2012 à 22:25

    Je suis obsédée par les oiseaux... Les oiseaux aux ailes brisées, coupées, entravées... Probablement pour des raisons différentes de celles du peintre... Mais... c'est aussi le talent de l'auteur (peintre ou poète) de laisser libre cours à l'interprétation de celui qui contemple... Si tu me dis en plus que l'oiseau peint ne meurt pas... Alors, je suis pardonnée et consolée ! Je t'embrasse Henri-Pierre

    8
    Dimanche 24 Juin 2012 à 22:18
    Ce poème est absolument tragique dans sa brièveté. À peine entrons-nous dans son secret que nous en sommes punis. J'adore la brièveté. J’aimerais ne dire qu'un mot pour chaque chose à dire mais c'est si dur.
    En tout cas je suis toujours heureux et là,on ne le peut davantage de me voir
    associé à des poètes...merci Eva...
    7
    Dimanche 24 Juin 2012 à 22:09
    Mais fixé sur la toile, l'oiseau mort ne meurt pas
    6
    Dimanche 24 Juin 2012 à 22:03

    Heureusement Dan, il s'agit d'un oiseau virtuel... c'est l'oiseau de l'amour, ou l'oiseau de la poésie, ou l'oiseau de la tendresse... Prévert ne faisait pas de mal aux oiseaux...

    5
    DAN
    Dimanche 24 Juin 2012 à 19:41
    Mince alors, associé le chant des oiseaux à des choses si tristes, alors que ce chant pour moi est synonyme d'espoir de renouveau, de conquête et j'en passe !
    4
    Dimanche 24 Juin 2012 à 19:22

    oui, il y en a pour qui c'est plus facile que pour d'autres

    3
    Dimanche 24 Juin 2012 à 19:21

    tu as raison, tu as souvent raison Grain... Mais certains êtres n'ont pas la force de vivre vraiment, et n'ont pas le choix non plus... alors, ils tuent l'oiseau qui chante en eux, et font semblant

    2
    Dimanche 24 Juin 2012 à 18:09
    a quoi bon faire semblant de vivre? Je préfère libérer les oiseaux qui chantent dans ma tête!
    Bises
    1
    Dimanche 24 Juin 2012 à 17:05
    Il y a pourtant des gens qui ont le courage d'oser s'accomplir, coûte que coûte...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :