• La Belle Dame sans merci (J.W.Waterhouse)

     

     (Œuvre préraphaélite de John William Waterhouse, inspirée d’une Ballade de John Keats, lui-même inspiré par un poète de la fin du Moyen Age, Alain Chartier.) 

    La Dame est une fée…une fée au visage d’enfant.

     

    C’est une toute petite fée. Dans l’ombre, on ne voit que son visage lumineux, ses mains agrippées au Chevalier, et ses pieds petits. Elle tend son visage joli vers le Chevalier. C’est une fée qui s’offre.

     

    Le Chevalier la domine de toute sa stature bien qu’il soit agenouillé. Il se penche vers elle. En réalité, c’est elle qui l’attire, elle l’a enveloppé dans un voile qui se confond avec ses cheveux blonds et longs. Il est prisonnier de cette frêle jeune fille, prisonnier de son regard, de ses cheveux, et de ses mains de fée.

     

    Lui, le Chevalier, grand et fort, dans son armure, avec son épée à la main, lui, l’invincible, est complètement dominé par cette minuscule et fragile petite fée.

     

    La puissance du désir a neutralisé la raison,

    Le charme a vaincu la force.
                                                                                 eva baila (copyright 2008©)
     

    « J'entends, j'entends... (Aragon)Pour que vive la Tunisie »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    17
    Vendredi 13 Avril 2012 à 09:59

    En réalité, c'est une sorcière qui a l'apparence d'une fée... ce qu'elle tient, elle ne le lache plus !

    16
    Jeudi 12 Avril 2012 à 21:25
    J'aime beaucoup ce peintre. Une grande exposition de ses oeuvres avait été organisée il y a quelques années à Londres, et j'avais eu la chance de la voir.
    Et puis "la belle dame sans merci" est une fée, quand elle nous a "pris dans ses rets", elle ne nous lâche plus, en effet.
    Carole
    15
    Mercredi 11 Avril 2012 à 14:21

    j'aime ! chère Danae, j'aime !  d'autant plus, que c'est tout de même le chevalier qui a le plus à craindre....

    14
    Mercredi 11 Avril 2012 à 14:18

    Je suis tout à fait de ton avis Dan ! Et j'aime quantité de peintres exactement pour les différences qu'ils présentent entre eux... comme j'aime l'humanité toute entière pour les différences qu'elle présente, parce que l'enrichissement moral et intellectuel est justement dans la différence...

    13
    DAN
    Mercredi 11 Avril 2012 à 14:14
    Je constate avec cet article, déjà publié par ailleurs, que nous ne sommes pas les seuls à aimer ce style de peinture, d'ailleurs, personnellement, j'ai toujours trouvé idiot qu'un style, ou une école, soit "la la mode" car il n'y a rien de pire que la mode qui se fait et se défait tout aussi rapidement. Alors, et de tous temps, les choses sont belles ou pas, des peintures Egyptiennes aux peintres modernes
    Malheureusement les "critiques" ne l'entendent pas de cette oreille ils leur faut toujours du neuf, je suis désolé mais tout ce qui est beau est éternel !
    12
    Mercredi 11 Avril 2012 à 09:54
    Je chasse la poésie et j'imagine le contact froid de l'armure contre le corps de cette belle fée, ah !!! J'en frissonne !!! Je ris de mon humour que j'espère tu aimeras, Eva ! Bisous
    11
    Mercredi 11 Avril 2012 à 08:08
    Il est comme tous les hommes. Il se croit fort et invincible mais un regard, un sourire, un visage le font craquer!
    Bonne journée, Eva.
    10
    Mardi 14 Avril 2009 à 00:16
    Mais oui Dame Eva, comme souvent, j'allais dire comme toujours, le charme a vaincu la force. En tout cas, c'est bien raconté...
    9
    Lundi 13 Avril 2009 à 11:31
    Je connais ce tabaleau, il est vraiment unique!
    8
    Dimanche 12 Avril 2009 à 12:23

    L'amour n'est pas plus une illusion que tout le reste : ce que l'on appelle couramment "amour" n'est qu'une parade contre la fatalité de la Mort qui n'est que la seule réalité.
    Bonnes fêtes de Pâques (qui je te le rappelle est l'illusion de la résurection pour certains, et l'illusion du retour du printemps pour d'autres !)
    Joyeuses bises ! eva.

    7
    Dimanche 12 Avril 2009 à 12:13
    Un exemple de l'illusion de l'amour et c'est elle qui nous fait vivre.
    Ceci dit j'adore ce superbe tableau et ton commentaire très personnel qui éclaire l'oeuvre. Bonnes Pâques chère amie!
    6
    Dimanche 12 Avril 2009 à 00:07

    Joyeuses Pâques Jean-Marie, et bons baisers !

    5
    Dimanche 12 Avril 2009 à 00:06

    Tu as tout à fait raison Jacques : il va se faire dévorer tout cru ! Dans la forêt de Brocéliande, les fées retenaient prisonniers les chevaliers infidèles... Leurs sortilèges étaient imparables, et les malheureux ne revenaient jamais...Bon week-end Jacques !

     

    4
    Samedi 11 Avril 2009 à 23:08
    Histoire émouvante de la fée et du beau chevalier . .
    Il y a pire avec le baiser au laid preux...
    Joyeuses Pâques Eva.
    3
    Samedi 11 Avril 2009 à 22:29
    Ah mais je comprends parfaitement l'état de ce vaillant chevalier, il est fasciné, paralysé par la beauté de cette fée magique au visage d'ange; je parle d'ange mais à vrai dire, je n'ai jamais rencontré d'ange, ni de fée d'ailleurs, mais je ne désespère pas !
    Superbe tableau, on est happé par le visage de la jeune fille, la lumière nous y attire inéluctablement.
    Pauvre chevalier, il va se faire dévorer tout cru ... d'amour; je dis cela parce-que je suis envieux et jaloux !
    Bon dimanche eva
    2
    Samedi 11 Avril 2009 à 18:41

    Michel, je connais ce tableau, "Eloquence" auquel vous faites allusion. J'aime beaucoup les préraphaélites, ils n'ont pas eu grand succès à leur époque, et le grand public les connait peu. La plupart des oeuvres appartiennent à des collectionneurs privés. Ils ne sont pas non plus très à la mode, il est plus "tendance" d'aimer les impressionnistes ! Mais vous l'avez dit : quelle poésie, quelle invitation au rêve... ces peintres reprenaient les légendes, la mythologie ou la religion, et peignaient tous différemment les mêmes thèmes. C'est intéressant et fascinant de comparer les différentes interprétations de "La Dame de Shalott" ou la noyade d'Ophélie, selon qu'elles sont peintes par Millais, Hunt ou Waterhouse... Il paraîtrait que Millais, pour peindre Ophélie, faisait poser son modèle (et amante) dans une baignoire dont l'eau se refroidissait en fin de séance, sans même qu'il prêta attention à l'inconfort de la pauvre fille qui était dedans !!
    (Ah ces artistes ! faut-il les aimer pour les subir ainsi !..)
    Ce que vous évoquez des tissus, est particulier : un grand réalisme et une grande sensualité qui donnent envie de tendre la main pour toucher ces tissus ! Même la pliure d'une simple toile de coton devient un objet de convoitise sous le pinceau de ces artistes-là.
    Je le ressents ainsi...
    Merci de votre passage Michel. 

    1
    Samedi 11 Avril 2009 à 14:17
    Savez-vous Eva que les peintres préraphaélites m'ont toujours fasciné... Il y a chez eux quelque chose des peintres pompiers, mais avec de la poésie et un certain relâchement qui rend les choses moins figées...un d'eux, Arthur Hugues a posé sur un de ses modèles (une jeune femme) une soie violette si belle qu'elle me trouble chaque fois que je la regarde... Près d'elle le lierre grimpe autour d'un arbre...
    ce sont des visions qui me réconcilient avec le monde.
    Merci Eva pour ce tableau si "d'un autre temps " et dont le texte explique tant de choses subtiles.

    Michel
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :