• La centaine d'amour (Pablo Neruda)

     

    absente.jpg

     

    "J'aime quand tu te tais car tu es comme absente.

    Comme si tu mourrais, distante et douloureuse.

    Il ne faut qu'un sourire, et un seul mot suffit

    à me rendre joyeux : rien de tout cela n'était."

     

    Pablo Neruda

    (Cent sonnets de bois à Mathilde Urrutia)

     

     


       

    « Vertige de l'irrémédiable...Omar Khayyam (Chagrin et désespoir) »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    15
    Samedi 26 Janvier 2013 à 11:23
    Pablo Neruda est vraiment un maître du mot et de la sensation !
    Bon weekend !
    14
    Jeudi 24 Janvier 2013 à 23:28

    Pablo, chanté par Paco...  c'est le nirvana !  

    13
    Jeudi 24 Janvier 2013 à 23:27

    ... toi, c'est toi...

    12
    Jeudi 24 Janvier 2013 à 19:35
    Comme toujours Eva vous nous choyez de beaux textes et là d'une voix magnifique, Paco Ibanez que je ne connaissais pas, Neruda que j'aime beaucoup lui et ses autres lui...
    bien bonne soirée.
    11
    Jeudi 24 Janvier 2013 à 15:53
    Mais moi ma chère Éva, c'est qu'en réalité j'aime la voix des femmes et leur sensibilité, même chez les muses, car une muse muette serait une potiche
    10
    Jeudi 24 Janvier 2013 à 09:16

    Comme je le dis à Louis-Paul, Pablo Neruda disait à Paco Ibañez, que sa voix était vraiment faite pour chanter sa poésie. La belle voix chaude de Paco ajoute à la poésie de Pablo, et la musique... ah ! la musique !...

    9
    Jeudi 24 Janvier 2013 à 09:13

    Cher Louis-Paul, j'ai moi aussi tendance à superposer Paco et Pablo, d'autant plus que Pablo Neruda disait à Paco Ibañez que sa voix était faite, idéalement, pour chanter sa poésie. Et tu as raison, c'est un vrai bonheur, on ne s'en lasse pas, l'interprétation (musique et voix) de Paco ajoute encore à la poésie de Neruda ! Bises Louis-Paul !

    8
    DAN
    Jeudi 24 Janvier 2013 à 09:13
    Heeuuuuu pas complètement (rire)
    7
    Jeudi 24 Janvier 2013 à 09:11

    c'est parce que tu ouvres le blog (et non le billet) et que la page ainsi ouverte démarre le deezer du 4ème billet antérieur !... tu comprends ? - ça ne le fera plus la prochaine fois, parce que le morceau va passer à la page cachée (tu comprends Dan ! 

    6
    Jeudi 24 Janvier 2013 à 09:08

    ah ah ah ! je ne sais pas si c'est une remarque de mauvais goût, mais ce que je sais, c'est que c'est le rêve de beaucoup d'hommes : une femme qui sait se taire ! Lorsque je suis allée au concert de Paco Ibañez en 2005, il n'a pas manqué de faire la même remarque que toi lors de la présentation de cette chanson !
    En tout cas, ce doit être la qualité essentielle de la femme qui partage la vie d'un poète : faire silence, ne point parasiter l'inspiration...Etre là, disponible pour l'écoute, rayonner en silence...

    Des bises, Henri-Pierre... 

    5
    Jeudi 24 Janvier 2013 à 00:33
    Heureux homme qui a trouvé une femme qui sait se taire.
    Bon, je te taquine avec une surdose de mauvais goût mais c'était trop tentant, il n'en reste pas moins que l'énigme du taiseux aimé est comme un prélude de l'absence
    4
    DAN
    Mercredi 23 Janvier 2013 à 23:35
    Je ne sais pas ce qui se passe mais j'entends deux musiques à la fois ???
    3
    Mercredi 23 Janvier 2013 à 23:32
    Oups j'ai fait une fausse manip!
    je voulais écrire que c'était un vrai bonheur de venir écouter Paco ici Eva et en plus sur un texte de Nerruda!
    Merci.
    2
    Mercredi 23 Janvier 2013 à 23:31
    Une voix chaleureuse et expressive. Bonne soirée à toi
    1
    Mercredi 23 Janvier 2013 à 23:30
    quel bonheur Eva: Ecouter Pablo
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :