• La fleur qui répète...

    La fleur qui répète...

     

    "La fleur qui répète

    sur le bord du ravin

    ne m'oublie pas,

    n'a de teintes ni plus gaies ni plus claires

    que l'espace jeté entre toi et moi."

     

    Eugenio Montale 

    (Poèmes choisis 1916-1980 traduction Patrice Dyerval Angelini)

     

    Et tu sais bien toi, ( il poeta ), que cet « espace jeté entre toi et moi » est infini, tristement infini et tristement irréductible… 

    Toi là-bas, à des milliards d’années lumière, et moi ici, au bord du ravin…

    « Re-Dumas (fiction)Soliloque (Giuseppe Ungaretti) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    14
    Jeudi 24 Septembre 2015 à 06:00

    malgré l'attrait du vide, Eros nous retient presque toujours de la fatale chute,


    l'attrait du précipice ne vaut que par l'attache ténue au bord


    bonne journée Eva

    13
    Bellatrix
    Mardi 22 Septembre 2015 à 06:45

    Merci beaucoup,Eva, pour  avoir pris le temps de me répondre.


    Nous dirons alors que ce sont de belles fleurs printanières. smile


    Très bon mardi.

    12
    Lundi 21 Septembre 2015 à 23:41

    La fleur n’oublie jamais de repousser

    11
    Lundi 21 Septembre 2015 à 19:18

    C'est très joli

    10
    Lundi 21 Septembre 2015 à 11:20

    Ecoute, une fleur dit tout ... Si fragile et si belle !

    9
    Lundi 21 Septembre 2015 à 10:50

    Tant que le bord du ravin est solidement fleuri, tu ne risques rien

    Cordialement

    Marie

    8
    Lundi 21 Septembre 2015 à 09:57

    Merci Bellatrix, j'ignore le nom de ces fleurs de talus, elles ont été photographiées au Printemps...

    7
    Bellatrix
    Dimanche 20 Septembre 2015 à 19:42

    J'aime bien venir vous lire .C'est fort beau comme d'habitude.


    Je ne parviens pas à mettre un nom sur ces fleurs? Les sommités fleuries ressemblent à celles des primevères hormis tige et feuilles.Une autre variété de primulacées (ou une autre qui n'a rien à voir)?


    Merci de nous enchanter ainsi.


    Belle soirée à vous.

    6
    Dimanche 20 Septembre 2015 à 18:35

    ah ah ah ! bad

    5
    Dimanche 20 Septembre 2015 à 18:28

    Et voilà ton pessimisme cosmique Eva! :-))

    4
    Dimanche 20 Septembre 2015 à 18:23

    ben... ça dépend peut-être un peu de la fleur... peut-être que celle-ci n'en vaut pas trop la peine : trop tournée vers le précipice et pas assez vers le Soleil...

    3
    Dimanche 20 Septembre 2015 à 17:42

    Pour les poètes aucun espace est insurmontable… et les ravins, ne sont pour eux, que des petits océans à explorer, sur leurs vaisseaux de mots.

    Aucun rivage n'est trop lointain pour les poètes.

    Très belle page Eva, Merci.

    2
    Samedi 19 Septembre 2015 à 20:29

    Merciiiii  Dan ! A toi aussi  bon week-end ,  à  demain  sur Havrais-dire  

    1
    DAN
    Samedi 19 Septembre 2015 à 20:10

    De bien jolis mots accompagnant ces non moins jolis compagnon rouge !
    Bon week-end Eva !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :