• La jeune fille à la perle.

     

    Johannes_Vermeer_-1632-1675-_-_The_Girl_With_The_Pearl_Earr.jpg

     

     

    « La jeune fille à la perle » ou « Femme au turban » est un tableau certifié du peintre néerlandais Johannes Vermeer  (huile sur toile 45x40 peinte vers 1665) exposé au Mauritshuis de La Haye. On l’appelle aussi « la Joconde du Nord » en raison de toutes les interrogations qu’elle suscite : en effet on ignore encore aujourd’hui si la jeune fille représentée était une femme de Delft, la fille aînée de l’artiste ou une figure idéalisée.

     

    La perle est un symbole de pureté et de chasteté dans la tradition biblique. Isaac en offrant des perles en pendants d’oreilles à Rebecca en signe d’amour, lui intime un gage  de fidélité : « Aucun mot ou bruit ne devrait y entrer que le doux bruit de chastes mots, que sont les perles orientales de l’Evangile » (Introduction à la vie dévote de Saint François de Sales, éditée en hollandais en 1615).

     

    Ainsi, la perle devient le point de tension de la toile : véritable miroir où l’on voit se refléter une fenêtre, invisible sur le tableau, mais habituellement représentée par le maître sur la gauche de ses toiles.

     

    «  La jeune fille à la perle » est également  un roman historique écrit par Tracy Chevalier (publié en 2000) imaginant l’histoire qui a conduit à la création du tableau : en 1664, Griet une jeune fille issue d’une famille pauvre de Delft, est engagée comme servante dans la maison de Johannes Vermeer pour s’occuper des six enfants de la famille et faire le ménage dans l’atelier du peintre. L’épouse du peintre, impulsive et jalouse finit par découvrir que Vermeer a peint un portrait de Griet  alors qu’il lui a toujours refusé la possibilité de poser.

     

    Une adaptation cinématographique a été réalisée en 2003 par Peter Webber. Le film a été particulièrement récompensé pour l’application des responsables de la photographie à diffuser une ambiance de lumière et de couleur présente dans les tableaux de Vermeer. Le film est essentiellement construit autour du sentiment de jalousie provoqué par l’indicible et inexplicable complicité  d’un peintre et son modèle dans le culte de la Lumière et de la Beauté.

      

     


    LA JEUNE FILLE A LA PERLE - Bande-annonce VF par CoteCine

    « Le Poisson d'Or (Paul Klee)Soliloque (Kateb Yacine) »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    7
    Dimanche 12 Mai 2013 à 16:22

    Oui, le film donne vraiment l'impression d'entrer dans l'univers pictural de Vermeer...

    6
    Dimanche 12 Mai 2013 à 12:48
    Bonjour,
    J'ai adoré voir et revoir ce film. C'est une vraie leçon de photographie en ce sens qu'il met en évidence l'importance de la lumière.. à voir encore et encore
    5
    Dimanche 12 Mai 2013 à 10:42

    et l'actrice... comme elle ressemble au portrait ! C'est fascinant ! Bon dimanche Nathanaël...

    4
    Dimanche 12 Mai 2013 à 07:37
    Le film est magnifique. La symbolique de la perle et du premier sang versé en acte d'amour est si délicat. Lumière et photo sublime. Tout en finesse. À voir et a revoir.
    Bonjour Eva.
    3
    Samedi 11 Mai 2013 à 21:52
    "La jeune fille à la perle" est pour moi, en premier lieu, un roman que j'avais beaucoup aimé.
    Pas vu le film. Je lis beaucoup plus que je ne regarde de films.
    Passe un bon dimanche.
    2
    Samedi 11 Mai 2013 à 19:39

    Je n'ai vu de Vermeer qu'un seul tableau, c'est la Dentellière, et j'ai été vraiment surprise de le trouver aussi petit... Dans la plupart des toiles de Vermeer, le décor est toujours le même, le carrelage du sol est noir et blanc, les plinthes sont ornées de carreaux de Delft, et cette fenêtre à gauche qui filtre la lumière est toujours la même... Ce que j'ai particulièrement aimé dans le film c'est justement la fidélité à ce décor supposé, et puis, cette lumière si particulière... Je n'ai pas lu le roman, mais ce que je garde comme souvenir du film, c'est justement cette grande complicité entre le peintre et le modèle... cette complicité qui rend son épouse folle de rage. Je n'essaierai pas de lire le roman pour la seule raison que l'essentiel pour moi est bel et bien la perfection du rendu visuel de l'atmosphère des tableaux de Vermeer. D'habitude je préfère laisser faire mon imagination à la lecture, mais dans ce cas précis, l'esthétique visuel est si parfait que je n'irai pas plus loin.

    Comme tu le fais remarquer, la jeune fille à la perle gardera toujours son secret...

    1
    Samedi 11 Mai 2013 à 18:22
    Un tableau plein de messages, si la perle est pureté et en plus, ici, miroir du monde, le jaune est symbole d'intelligence et le bleu de spiritualité.
    L'énigme reste entière : Qui est cette jeune fille et quel est le message qu'elle nous dit de son regard franc ?
    Le roman et le film donnent leur interprétation sans répondre à la question bien qu'ils soient très aboutis.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :