• La lettre (Léo Ferré)

     

     

    "Ton ombre est là, sur ma table...

    Je sais que tu es là, que tu ne m'as jamais quitté, jamais...

    Il me semble qu'on m'a tiré de toi, et qu'on t'a sortie de moi...

    Nous venons d'ailleurs tous les deux, et personne ne le sait...

    Tu seras mienne par delà le chemin qui nous séparera...

    Je suis la vie pour toi, et la peine, et la joie, et la mort...

    Je meurs dans toi, et nos morts rassemblées feront une nouvelle vie unique..."

    « Le chèvrefeuille (Marie de France)Eugène Delacroix et Baudelaire »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    9
    Lundi 10 Mars 2014 à 23:12

    Merci Benissa pour ces précisions. Du coup, j'ai fouiné sur le net, et j'ai découvert un sacré déballage de linge sale concernant la succession de ce pauvre Léo ! ça ne retire rien à ce très beau texte bien sûr, et ça me conforte dans l'idée que les poèmes les plus bouleversants ont toujours des destinataires réels...

    8
    Lundi 10 Mars 2014 à 23:08

    Avant de s'installer dans le Lot, Léo et Madeleine s'étaient découvert du goût pour la Bretagne ! Etonnant pour un Méditerranéen comme Léo non ? Bonne soirée Jamadrou !

    7
    Lundi 10 Mars 2014 à 23:06

    Si tu lis le com de Benissa, ce texte a été écrit après son divorce d'avec Madeleine Rabereau en 1973. Comme on le sait, les histoires d'amour "finissent mal en général" : Léo et Madeleine vivaient à Perdrigal (ou Pech Rigal) dans le Lot, entourés d'une véritable ménagerie... dont quelques chimpanzés dont Pépée, le préféré, que Madeleine et Léo aimaient comme leur enfant, et qu'ils s'étaient mis en tête de faire parler ! Les poètes ont toujours un grain décidément ! Il n'en reste pas moins que le texte est... admirable ! Bonne soirée Colette !

    6
    Lundi 10 Mars 2014 à 21:50
    Je n'aime pas l'interprétation de Léo Ferré. Je ne l'écoute donc jamais. C'est sûrement un bon poète mais comme chanteur ... bof. Enfin, c'est mon avis.
    Passe une bonne semaine sous le soleil.
    5
    Lundi 10 Mars 2014 à 12:13
    "Ecoute...Ecoute...Dans le silence de la mer il y a comme un balancement maudit qui vous met le coeur à l'heure"
    4
    Lundi 10 Mars 2014 à 11:51
    À qui s'adressait ce chant bouleversant ? Peut-être à personne ! Juste les mots du poète. J'ai appris il y'a peu que Ferré avait eu un château dans le Lot qu'il appelait Perdrigal. Bonne belle journée Eva !
    3
    Lundi 10 Mars 2014 à 01:32
    Très belle lettre, sortie en 1970, après la mort du chimpanzé Pépée et le divorce d'avec sa première femme. De la même trempe que "Lorsque tu me liras" parue 16 ans plus tard. C'est d'autant plus touchant lorsqu'on sait que ces lettres ont de véritables destinataires...
    2
    Dimanche 9 Mars 2014 à 23:07

    c'est une chanson que je ne connaissais pas... c'est une chanson bouleversante...

    1
    DAN
    Dimanche 9 Mars 2014 à 22:55
    Léo s'écoute, il ne se commentas pas, ou alors avec le coeur !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :