• La notte, Michelangelo Antonioni 1961

     

     Regarder un film d'Antonioni, c'est comme lire un livre, il y a des pages peut-être un peu "lourdes", mais ce sont les plus belles..." Il faut que le spectateur se laisse aller au rythme de l'histoire qui n'est pas un rythme extérieur mécanique, mais un rythme intérieur, une série d'états d'âme..."

     

     

     

    La première lettre : "Dans la pénombre, ta peau si chaude et douce, je voulais l'embrasser, mais j'avais peur de te réveiller...Sur ton visage, j'ai vu une pure et belle expression m'offrant la perspective de ma vie entière, toutes les années à venir et toutes les années passées..., c'était la chose la plus miraculeuse : sentir pour la première fois que tu avais toujours été mienne...que cette nuit se prolongerait toujours, unis dans notre chaleur et notre pensée, notre Futur... A ce moment je réalisai combien je t'aimais Lidia. Je saisis avec intensité de l'émotion  que rien ne pourrait détruire cet amour, excepté l'apathie de l'habitude..." 

    Et aussi : chez Francesco

    « Montauban, ville rose...Il y avait un jardin... »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    14
    Vendredi 10 Juillet 2015 à 00:01

     

    …et aussi le magnifique  Profession reporter "l’un des 5 films que j’amènerais sur  une ile déserte" avais-je écrit sur mon blogue. Vu revu rerevu…Bises Eva.Regarder un film d'Antonioni, c'est comme lire un livre, il y a des pages peut-être un peu "lourdes", mais ce sont

    13
    Mercredi 8 Juillet 2015 à 14:09

    Merci Georges pour le lien !  :-)

    11
    Mardi 7 Juillet 2015 à 23:05

    @ Gérard : J'aime beaucoup Fellini... La musique d'Amarcord tournoie dans ma tête... 

    10
    Mardi 7 Juillet 2015 à 22:34

    Je n'ai pas vu ce film, mais un des plus beau film italien que j'ai vu (plusieurs fois) c'est "Amarcord " de F. Fellini

    9
    Lundi 6 Juillet 2015 à 23:49

    @ Dan : je ne connais pas "le toit" je tâcherai de le voir, et je te conseille vivement "le pigeon" c'est follement drôle ! je l'ai vu plusieurs fois, je l'ai en dvd et chaque fois, je suis morte de rire !...

    @ Jean-François : c'est tout le cinéma italien que j'adore ! J'aime beaucoup aussi P.P.Pasolini, et Fellini. Il faut absolument que je trouve "Al di là delle nuvole" ! Bonne nuit Jean-François :-)

    8
    Lundi 6 Juillet 2015 à 23:35

    Merveilleuse idée que de rendre ainsi hommage à Antonioni. Je re-visionnais récemment plusieurs de ses films, l'Eclipse, le Désert Rouge, l'Avventura, et aussi le plus contestable peut-être Par delà les nuages, mais dont le titre en italien est si beau 'Al di là delle nuvole' (et puis on y voit Portofino !!). J'adore ses films, leur esthétisme, leur lenteur, sa façon de traduire l'incommunicabilité des êtres, les silences, les bruits (ah, les hampes de drapeaux qui battent dans la nuit..). Marcello est l'archétype de l'homme italien et Antonioni sait si bien filmer les actrices. Et Monica Vitti est si belle...Et le final de La Notte est si humain et si beau. Merci encore d'évoquer tout cela en quelque mots.

    7
    DAN
    Lundi 6 Juillet 2015 à 23:16

    Non je ne connais pas ce film Eva, dommage.
    Et toi tu connais « Le Toit » ? C’est un film que j’aimerai tant revoir de vittorio de Sica, sorti en  en 1956 !

    6
    Lundi 6 Juillet 2015 à 21:01

    @ Francesco : tu as raison : Jeanne Moreau était très très belle (d'une beauté troublante, de cette beauté imparfaite que lui faisait  sa bouche au dessin un peu triste). J'ai choisi la scène finale qui est bouleversante, elle résume tous les malentendus émaillant la vie ordinaire d'un couple qui s'aimait, elle est emblématique du thème essentiel de Antonioni : l'incommunicabilité. J'espère que tu feras d'autres billets dans la catégorie "Les Italiens"... tu parles si bien d'eux... Te abraccio Francesco.

    @ Alezandro : Francesco a ouvert une rubrique "Les Italiens" et j'espère que d'autres billets en hommage au cinéastes italiens viendront bientôt... Il parle si bien d'eux... Merci pour ton com !

    @ Dan : un autre film que j'adore : "le pigeon" ! tu connais Dan ?

    5
    DAN
    Lundi 6 Juillet 2015 à 20:08

    Ce que (personnellement) j'aime dans le cinéma Italien, c'est leur période néo-réaliste d'après-guerre, ils ont fait quelques chefs-d’œuvre inoubliables ! 

    4
    alezandro
    Lundi 6 Juillet 2015 à 19:54

    Voilà un sujet qui va ravir Francesco ce parfait connaisseur du cinéma italien en général et de Michelangelo Antonioni en particulier. Il est pour ma part un des cinéastes européen que je préfère et me ramène au ciné club de mes années étudiantes. J'avais dévoré à cette occasion cette magnifique trilogie en noir et blanc du début des années 60 : l'aventura, la notte et l'eclipse, ces 3 films servis par la toujours surprenante Monica Vitti. Je crois qu'Antonioni a été le cinéaste le plus influent et qui a servi le plus de source d'inspiration pour le cinéma contemporain. Il y a 15 jours j'ai vu à la Cinémathèque à Paris une très belle et très documentée exposition consacrée à Antonioni, un régal fait de documents très divers écrits, parlés et filmés.

    3
    Lundi 6 Juillet 2015 à 19:08

    Merci Eva de cet hommage à Antonioni, à "La notte", un de ses chefs d'oeuvres selon moi. Tu dis là que La notte c'est "LE FILM", je suis absolument d'accord avec toi, j'ajoute de ma part, mais c'est très personnel, que Antonioni c'est "LE CINEMA", et que Marcello, sans aucun doute, c'est "LA SEDUCTION"… et puis je veux souligner là, la beauté et la sensualité troublante de Jeanne Moreau, merveilleuse…

    Une très belle page Eva, intense raffinée et intelligente, comme toujours… 

    2
    Lundi 6 Juillet 2015 à 16:22

    J'adore le peu que je connais du cinéma italien ! J'ai vu à la télé "la Cité des femmes" de Fellini (1980) et ce qui peut sembler tellement exagéré ou caricatural dans ce film, m'a paru juste visionnaire quand on se replace en 2015 ! (le macho méditerranéen incorrigible, qui n'attend rien d'autre d'une femme que d'être aimé, câliné, chouchouté !)  Pour la Notte, c'est d'une telle sensibilité, d'un tel réalisme en ce qui concerne l'amour charnel que ça reste pour moi LE FILM... avec mon cher Marcello, à qui l'on donnerait tout... y compris le bon dieu sans confession... La séduction complètement innocente de celui qui aime, séduit, et qui ne se souvient de rien trois ans plus tard !  wink2

    1
    Lundi 6 Juillet 2015 à 15:09
    Henri-Pierre

    La Notte, l'aventure, quand le cinéma Italien n'était pas écrasé par le mammouth Américain. Il y avait de l'âme et de l'esprit

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :