• La peinture pompéienne.

     

    L'étude de l'évolution des décors picturaux dans la cité de Pompéi permet de connaître le cheminement de la peinture romaine jusqu'à 79 de notre ère. L'historien allemand Auguste Mau a classé les différentes phases de cet art en quatre styles qui, bien que représentant chacun une époque et un ensemble de traits caractéristiques de la peinture pompéienne, sont sans doute représentatifs de l'ensemble de la production romaine.

     

    Le premier style (ou style à incrustation) apparaît à la fin du IIe s. av. J.C. et répond à la nécessité de masquer les murs souvent bâtis avec des matériaux pauvres, par un revêtement peint, ou en stuc coloré imitant des blocs de serpentine, de cipolin et d'autres variétés de marbres précieux dont on reproduit, le plus fidèlement possible les veinures et les stries.

     

    Le deuxième style (ou style architectural) du début du 1er s. av. J.C. à la fin du règne d'Auguste les décorateurs romains abandonnent l'abstraction purement géométrique. La décoration donne l'illusion de la profondeur, les motifs architectoniques ainsi que les personnages, animaux et objets symboliques apparaissent dans de fausses perspectives.

    C'est aussi le triomphe du fameux "rouge pompéien" obtenu grâce au sulfure de mercure, opposé à un noir éclatant.

     

    Pompei, la Villa des Mystères 1

     

     

    Peinture murale du début du 2e style (vers 60 av. J.C.) de la villa des Mystères à Pompei, montrant une architecture en trompe-l'oeil. La décoration est encore non figurative comme à l'époque du 1er style.

     

    Pompei, la Villa des Mystères 9d

     

    Dans cette fresque du 2e style de la Villa des Mystères à Pompei, une fausse architecture de marbre précieux sert d'écrin à des personnages grandeur nature qui semblent se mouvoir devant le mur.

     

    Herculanum, Caupana (Hôtellerie, auberge)

     

    Le 3e style (ou style ornemental)  : à la fin du règne d'Auguste (fin du 1er s. av. J.C.) apparaissent des éléments ornementaux fantastiques, de frêles tiges végétales, des candélabres soutenant un fronton. L'effet de profondeur en est considérablement diminué et la représentation descriptive du réel laisse place à un langage symbolique.

     

    Herculanum, Maison de la Cloison en bois

     

    4e style Musée de Naples 2

     

    Le 4e style (ou style fantastique) :  A partir du milieu du 1er s. après J.C. apparait dans le décor mural, une tendance nouvelle à l'exubérance. Les perspectives architecturales sont réintroduites dans une scénographie fantastique où les panneaux latéraux de la partie médiane s'ouvrent en profondeur infinies. Arabesques, volutes, rosaces, flammèches créent une sorte d'univers onirique que de nombreux auteurs ont qualifié de baroque. Les couleurs se font  violentes et crues. Sous Néron, les compositions sont de plus en plus étrangères à la logique et à l'unité.

     

      Herculanum 102

     

    4e style Musée de Naples

     

     

    4e style Musée de Naples 1

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     photos eva © Italie, août 2010

    « Herculanum, les procédés de construction.Amour »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    12
    Eva le
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:45
    Bonjour , je m'appelle Eva et je suis collégienne j'ai effectué un voyage en Italie avec mon collège et nous devons rendre un carnet racontant notre voyage nous devons aussi répondre à certaines questions des professeurs parmis lesquelles se trouvent une me demandant d'identier la peinture murale que vous avez photographié ici. Ce serait trés gentil de m'indiquer la réponse soit par un commentaire ou en m'envoyant un e-mail je vous en remercie d'avance. Aurevoir.
    11
    Lundi 28 Février 2011 à 16:37

    Bonjour Eva, de quelle peinture murale parles-tu, il y en a une pleine page, indique-moi au moins son n° d'ordre en commençant par le haut... et je verrai si je peux te renseigner...

    10
    Dimanche 5 Décembre 2010 à 09:34

    Si j'étais savante, je pourrais probablement mettre un nom sur l'artiste auteur de cette peinture murale... et je pense que c'est grâce à cet évènement (l'éruption du Vésuve) qu'il est passé à la postérité, sinon son travail aurait été recouvert par celui d'un autre (un peu comme nous, nous changeons le papier peint !). De même, les amphores sont parfois signées, et on ne connait les auteurs de ces merveilleuses oeuvres (dites à figures noires et à figures rouges du IVe s. av. J.C.) que parce qu'elles ont été trouvées dans des tombes... Vraiment Alain, tu es trop modeste, continue à "faire ce que tu peux" et beaucoup d'entre nous (ceux qui te connaissent en stage) et ceux qui passent sur ton blog, beaucoup d'entre nous savent que tu tiens mystérieusement une part de ton talent des anonymes qui peignaient dans les grottes ou sur les falaises du Désert, et l'autre versant de ton talent (celui de lAquarelliste) de l'évanescence de l'Ange... Grosses bises cher Magicien des Couleurs... 

    9
    Samedi 4 Décembre 2010 à 21:07
    J'ai toujours été très touché par ce genre de peinture, je la trouve d'une immense "contemporanité" ! ... J'aimerais même peindre comme cela . En tout cas avec cette présence de la couleur et cette synthèse des formes abouties .
    Mais bon on fait ce qu'on peut, je regrette simplement que ces artistes-là soient restés dans l'anonymat des cendres volcaniques .
    Grosses bises Eva, à +,
    Alain MARC
    8
    Vendredi 3 Décembre 2010 à 20:04
    J'aime beaucoup ! Bonne soirée à vous ^^ (et bon blog :)
    7
    Jeudi 2 Décembre 2010 à 17:32

    J'aime Miro et Klee, et Kandinsky, et Picasso... Mais ce sont des grands !

    6
    Jeudi 2 Décembre 2010 à 14:50
    Je trouve que l'art moderne manque du charme qu'avait cet art ancien comme celui là.
    Bonne journée.
    5
    Mercredi 1er Décembre 2010 à 17:10
    Tu nous fait terminer le voyage en beauté. Moi aussi j'aime la fresque des Mystères...
    4
    Mercredi 1er Décembre 2010 à 16:36

    Oui, c'est le plus beau : avec les trompe-l'oeil du premier style assortis de personnages. La villa des Mystères est vraiment un exemple du genre. Et ce "rouge pompéien" qui est si particulier et qui coûtait si cher à exécuter.Les deux autres styles qui suivirent sont moins purs, plus ostentatoires, les riches propriétaires voulaient "faire dans l'original" à tout prix ! C'est le dernier billet sur l'Italie... ça fait quand même 3 mois 1/2 que je suis là-dessus ! Bisous Danae 

    3
    Mercredi 1er Décembre 2010 à 16:32

    C'est quelque chose de si particulier, que l'on s'y intéresse seulement quand on le voit... (sauf si on est spécialiste...) mais la guide que nous avions ne s'est même pas étendue là-dessus... Dommage, moi, j'aurais bien aimé... Mais quand on est dans un groupe, il faut suivre le troupeau ! 

    2
    Mercredi 1er Décembre 2010 à 13:31
    J'aime le secnd style et particulièrement la villa des mystères avec cette fresque de personnages comme vivants ! Eva tu nous projettes dans l'histoire de l'art ! Merci et bisous
    1
    DAN
    Mercredi 1er Décembre 2010 à 09:14
    Voila bien tout un pan de l'histoire picturale que j'ignorais totalement. Il est vrai que l'on regarde et étudie plus aisément l'art statuaire ou architectural que l'art picturale de ces époques lointaines.
    Je me coucherai moins bête ce soir grâce à Eva !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :