• La saveur...



    Dès ce jour, chaque instant de ma vie prit pour moi la saveur de nouveauté d'un don absolument ineffable. Ainsi je vécus dans une presque perpétuelle stupéfaction passionnée. J'arrivais très vite à l'ivresse et me plaisais à marcher dans une sorte d'étourdissement. 
    Certes, tout ce que j'ai rencontré de rire sur les lèvres, j'ai voulu l'embrasser ; de sang sur les joues, de larmes dans les yeux, j'ai voulu le boire ; mordre à la pulpe de tous les fruits que vers moi penchèrent des branches. A chaque auberge me saluait une faim ; devant chaque source m'attendait une soif - une soif, devant chacune, particulière ; - et j'aurais voulu d'autres mots pour marquer mes autres désirs
           de marche, où s'ouvrait une route ; 
           de repos, où l'ombre invitait ;
           de nage, au bord des eaux profondes ;
           d'amour ou de sommeil au bord de chaque lit.
    J'ai porté hardiment ma main sur chaque chose et me suis cru des droits sur chaque objet de mes désirs. (Et d'ailleurs, ce que nous souhaitons, Nathanaël, ce n'est point tant la possession que l'amour.) Devant moi, ah ! que toute chose s'irise ; que toute beauté se revête et se diapre de mon amour.

                                                                                                André Gide (Les nourritures terrestres)
    photo eva baila © 
     
     

    « St Valery en Caux (Seine Maritime)Rouen »

  • Commentaires

    14
    philippe & chris
    Vendredi 8 Août 2014 à 19:15
    Un très beau extrait..UNE INCITATION à découvrir ou redécouvrir ce très beau livre.Bonne soirèe,amitiés
    13
    Mardi 30 Décembre 2008 à 19:16

    Merci Jaouad. En te lisant, j'apprends à te connaître un peu. Sur ton blog, tes posts sont toujours bien structurés, parfois reliés entre eux, ils sont empreints de sage réflexion et de modération. Les rares posts personnels sont pudiques, réservés mais toujours d'une émouvante sincérité.

    12
    Mardi 30 Décembre 2008 à 13:00
    Ta confiance me va droit au coeur ... merci eva.
    11
    Dimanche 28 Décembre 2008 à 23:52

    moi aussi j'adore les figues fraîches... Bises à toi Marithé.

    10
    Dimanche 28 Décembre 2008 à 23:28
    joliment dit ....bisous bisou
    9
    Dimanche 28 Décembre 2008 à 23:07
    Ce figuier qui tend deux belles figues est une tentation car j'adore ces fruits. Très beau texte de Gide qui goûte aux nourritures terrestres Bises et bonne soirée
    8
    Dimanche 28 Décembre 2008 à 22:02

    ce livre est beau d'un bout à l'autre... Quand on pense que personne ne voulait l'éditer !
    Bonne soirée à vous deux.
    eva.

    7
    Dimanche 28 Décembre 2008 à 22:00

    Je ne me lasse pas de lire, et de recopier Gide... Il dit avec élégance et une extrême sensibilité ce que mon pauvre cerveau pense confusément...
    Bonne fin d'année Dominique.
    eva.

    6
    Dimanche 28 Décembre 2008 à 12:39
    Seigneur que ce texte est beau ! Merci de nous faire ce cadeau là. Bon dimanche à vous. Dominique
    5
    Dimanche 28 Décembre 2008 à 11:56
    oui, j'ai compris que cela devait-être aussi ton pays.. clem
    4
    Dimanche 28 Décembre 2008 à 11:24

    Le pays de Gide est celui de l'extase mélancolique, tantôt radieuse, tantôt douloureuse...
    Merci de ton passage Clem.
    eva.

    3
    Dimanche 28 Décembre 2008 à 11:24

    C'est sans doute mon destin d'avoir des affinités avec les André !

    2
    Dimanche 28 Décembre 2008 à 08:35
    Je suis un André bien d'accord avec cet autre André.
    1
    Dimanche 28 Décembre 2008 à 00:21
    je me demandais dans quel pays tu étais allée pour écrire un texte aussi beau, où je voyais des fruits aussi appétissants, des arbres à faire rêver.. et à la fin, c'est le pays de Gide avec ses nourritures célestes.. c'est céleste. bonne nuit clem
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :