• La vie des fourmis.

    " ...Une fourmi tunisienne, la wheeleria, étudiée par le Docteur Santschi (établi à Kairouan), s'introduit dans le nid d'une autre espèce de fourmis, la monomorium salemis. Elle y est d'abord assez froidement accueillie ; mais bientôt, à force d'habiles caresses, elle gagne la faveur des ouvrières qui finissent par la préférer à leurs propres reines qu'elles abandonnent et maltraitent au profit de l'astucieuse aventurière dont les charmes semblent irrésistibles. Peu après, l'usurpatrice se met à pondre. Son espèce, essentiellement parasite et qui ne travaille jamais, prolifère seule, et se substitue aux trop hospitalières et trop confiantes ouvrières dont la race s'éteint. Alors, c'est la misère, la famine et la mort, et les parasites à leur tour disparaissent, victimes d'une victoire trop complète. Ne s'agit-il là que d'un acte purement et inexplicablement imbécile propre au monde des insectes ? N'avons-nous pas parmi nous des aberrations analogues aussi inexplicables ? N'est-ce pas un curieux et significatif exemple de l'instinct, en principe infaillible, qui chez les races trop civilisées, comme chez l'homme se trompe mortellement ?..."   

     

    Maurice Maeterlinck (La vie des fourmis)

     

    Lire aussi : http://biostor.org/reference/110381

     

     

    "J'ai fondé un Etat libre, indépendant et souverain. J'ai construit des relations diplomatiques solides et respectueuses de ce pays, des Amériques à la Chine. S'il survenait un jour malheur à la Tunisie, il ne viendrait que de ses propres enfants, mais jamais de l'étranger." (Habib Bourguiba 1903-2000)

     

    Cette citation de Bourguiba résonne étrangement lorsqu'on connait l'histoire de cette fourmi tunisienne qui fait le malheur d'une autre fourmi tunisienne...

     

     


     

     

    Dans cette video un peu longue mais complètement fascinante, on peut constater que les fourmis, sont capables (comme les êtres humains) de mettre en place des stratégies de domination. Je pensais naïvement, que les hommes étaient les seules créatures assez perverses pour exploiter d'autres groupes semblables, et les détruire à leur profit. A méditer...

    « Autres mondes...La femme adultère (F.Garcia Lorca) »

  • Commentaires

    8
    colette
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:05
    J'hésite à vous écrire ce commentaire car je crains d'apporter une voix un peu dissonante. Je parlerai uniquement des humains. Que des groupes exploitent d'autres groupes par perversité, intérêt, lâcheté, ignorance... soit on agrège vite avec des idées séductrices mais tous n'adhèrent pas au groupe (à la différence des fourmis) ! Qu'en est-il de la responsabilité de chacun ? Devons culpabiliser pour tout ce que nous n'avons pu empêcher ? J'ai peur qu'après les printemps arabes, les habitants de ces contrées peinent à conquérir juste la liberté de vivre paisiblement ensemble même si individuellement nombreux le souhaitent et le revendiquent.
    7
    Vendredi 21 Juin 2013 à 10:44

    excepté que dans cette anecdote des fourmis en question, c'est une espèce qui est programmée initialement pour la colonisation et la destruction de ses cousines...  

    6
    Jeudi 20 Juin 2013 à 16:12
    Comme les écureuils d'Asie qui ont colonisé er chassé les espèces indigènes à Montréal, à Schönbrunn, etc.
    Comme ici, les coccinnelles asiatiques importées ont fait disparaître les "nôtres"
    Comme les jacinthes d'eau colonisent et étouffent les rivières
    Comme les tortues californiennes, les silures, les ragondins, les frelons étrangers, etc. etc.
    triste, mais c'est souvent la main de l'homme qui crée les déséquilbres
    5
    Dimanche 9 Juin 2013 à 16:14

    C'est exactement ça : une organisation militaire, jamais contestée, et suivie en bon ordre ! Tout de même, finir son travail sans penser un seul instant à fuir devant le feu ! Faut être une fourmi pour accepter ça ! Bon Dimanche Nadine !

    4
    Dimanche 9 Juin 2013 à 11:57
    Très intéressant, cela me rappelle, le Monde des Fourmis de B Weber, elles sont capables d'une organisation quasi militaire. bonne journée à toi
    3
    Mercredi 5 Juin 2013 à 18:34

    Bonjour Colette, oui, en principe les humains ne sont pas "programmés" pour suivre bêtement le troupeau ! mais... mais... ceux qui n'adhèrent pas au groupe (à la majorité) ne font pas la Loi, mais ne sont pas dispensés de l'appliquer et de la subir... C'est ça aussi la démocratie. En théorie, nous n'avons pas à culpabiliser pour ce que nous n'avons pu empêcher, encore faut-il que nous ayons levé le petit doigt pour dire au moins que nous n'étions pas d'accord... (Je ne sais plus qui a dit que "le bruit des bottes est moins redoutable que l'indifférence des pantoufles"). Une fois que l'ordre des choses (aussi peu satisfaisant soit-il) est bouleversé, on a forcément beaucoup de mal à retrouver le calme et le "vivre paisiblement"... C'est la règle du jeu, l'histoire nous l'a prouvé souvent...

    2
    Mercredi 5 Juin 2013 à 08:01

    oui, une organisation à couper le souffle, et un sens extraordinaire de l'esprit de groupe... La force physique individuelle également mise au service de l'ensemble !  Quand on n'est pas scientifique, on ne connait pas forcément toutes les caractéristiques des modes de vie des différentes espèces de fourmis, et je me souviens très bien lors d'un voyage en circuit, d'un monsieur un peu âgé qui avait beaucoup voyagé, et qui s'intéressait presque uniquement aux fourmis : pendant que le guide faisait son travail de guide, ce monsieur, lui, ne s'occupait que des fourmis ! Je me disais que c'est un peu dommage de faire un voyage et de ne s'intéresser qu'aux fourmis !... Il était un peu blasé, il était allé partout dans le monde, il avait oublié (exprès) son sonotone à la maison, et.... il observait les fourmis !... Je commence à voir la raison !

    1
    DAN
    Mercredi 5 Juin 2013 à 00:29
    Absolument Fa-sci-nant, c'est en effet à méditer, le plus surprenant peut être est qu'il n'y a pas de "chef" dans le groupe, et que toutes agissent de concert, c'est peut être là la plus grande différence avec les humains qui, eux, ont eu toujours besoin d'un chef, mais pas toujours pour notre plus grand bénéfice.....
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :