• Le blues de toi...

     

     

    Blues de toi

     

     

    Il avait dit : "Tu verras mon amie, nous irons là où les rêves ouvrent des portes interdites, portes miracles de Lumière, portes aux couleurs de Mer...

    Nous irons vers des demeures inconnues, des pistes de désert, des forêts pleines de ramures, nous serons seuls, toi et moi, à effeuiller nos secrets, à vivre l'éternité."

     Alors, elle attendait, liane enroulée à son souvenir, plante attachée à ses mots doux et forts qui la pénétraient comme un baiser profond... Elle attendait devant les portes miracles, les portes aux couleurs de mer...

    Même séparés l'un de l'autre, ils étaient ensemble, ils étaient seuls tous deux, elle et lui à caresser leurs secrets, à vivre l'éternité, dans les frôlements alanguis qu'il avait évoqués pour lui plaire.

     Il avait tissé un chaud cocon avec ses mots, et elle pensait à ses lettres qui la remuaient tant... Elle aussi pensait à l'amour qu'ils feraient sans se lasser, au bonheur qu'ils auraient à se redécouvrir l'un l'autre comme au premier matin du monde...

    Elle y pensait tant et si fort, que ce jour-là viendrait...

                                                                                             eva, © le 15 février 2012

                                                                                                     

    Un grand merci à Michel Giliberti pour la photo

    Site du peintre Giliberti https://www.michel-giliberti.com/

    Blog de Michel Giliberti link

     

    « Omar Khayyâm - Robaiyat LXXXIIOmar Khayyâm, Robaiyat XXXVII »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    19
    El duende
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:22
    Rien de pire que l'attente Qui s eternise et l'energie qui brasse de l'air. L'amour est accomplissement ou torture...
    18
    Mercredi 26 Décembre 2012 à 13:41

    celle-là, si elle n'a pas pris racine, alors elle est morte sur place !

    17
    Samedi 15 Septembre 2012 à 13:40

    bonne journée Monique... et bon week-end... 

    16
    Samedi 15 Septembre 2012 à 09:31
    merci pour ce plaisir du matin . bonne journée !
    15
    Vendredi 24 Février 2012 à 08:21
    La photo est magnifique, le texte aussi, je comprends que cette image t'ait inspirée. Je vais voir ce peintre...
    A+
    14
    Samedi 18 Février 2012 à 12:49

    Alors tu es exceptionnelle ! Je pense que la plupart des gens ordinaires ne sont liés par rien du tout ! vois-tu dans mon travail, j'en vois tellement pleurer à chaudes larmes qui ont tout oublié quelques temps après.... (un mois après un deuil, ou un an, ou l'instant suivant chez le notaire...)

    13
    Samedi 18 Février 2012 à 12:26

    de dos, une vieille femme peut avoir l'air d'une jeune-fille... Et puis, tu ne sais pas, mais les maisons de retraite abritent des amours incroyablement passionnées...

    12
    Samedi 18 Février 2012 à 00:14
    Et quand tout s'écrit au passe, ces mots la nous lient toujours
    11
    Vendredi 17 Février 2012 à 19:28
    J'avais déja remarqué cette magnifique photo de Michel G, c'est un bel hommage que tu lui rends en la parant de la belle lumière de tes paroles.
    10
    Vendredi 17 Février 2012 à 10:20
    Certes, c'est une jeune fille qui est accoudée à la balustrade. Et que peut-on attendre à cet âge là si ce n'est la réalisation du grand amour ?
    J'y vois pour ma part le rêve suscité par l'ampleur de la vision et le mouvement répété de la mer. Ceux-ci conjugués sont propice à l'évasion vers l'ailleurs, vers les hautes sphères, et malgré tout dans un cocon : la mer, mère, berce et nous prend dans ses bras.
    Le poème est magnifique et tu as fort bien lié le thème de l'amour à celui de l'évasion. Bravo !
    9
    Vendredi 17 Février 2012 à 09:33

    la photo de Michel est très belle en effet... Bisous Danae !

    8
    Vendredi 17 Février 2012 à 09:26
    La photo de Michel Giliberti et ton texte sont merveilleusement associés ! Un véritable chef d'oeuvre qui fait rêver sur l'attente de l'amour ! J'adore. Bises chère Eva
    7
    Jeudi 16 Février 2012 à 22:48

    Mais surtout Benissa, "tout y est de cela" sur la photo de Michel..Quand tu penses que cette jeune femme ne posait pas pour lui... Il a saisi fortuitement ce mouvement penché... cette grâce languissante, cette ondulation batik-foulard-blanc sur le bleu de la mer, la tête appuyée contre la vasque, comme une confidence qui se ferait aux fleurs... J'adore les photos de Michel ! Ce sont toujours des moments divinement volés... innocemment volés...

    6
    Jeudi 16 Février 2012 à 21:46
    Magnifique! tout y est de ce qui compose l'essence de l'amour: les promesses, les serments, les séparations et les attentes, les espoirs... tes mots sont posés sur la photo comme autant de touches de couleur-sentiment. Texte et photo s'enrichissent mutuellement. Merci.
    5
    Jeudi 16 Février 2012 à 20:13
    Heureuse association de deux talents qui suscite l'émotion.
    4
    Jeudi 16 Février 2012 à 18:50

    Les photos de Michel me font autant rêver que ses toiles...

    3
    DAN
    Jeudi 16 Février 2012 à 12:06
    Un beau texte avec une belle photo, voila une excellente collaboration !
    2
    Jeudi 16 Février 2012 à 09:10

    Cher Michel, votre générosité n'a d'égal que votre élégance en toute circonstance...

    1
    Jeudi 16 Février 2012 à 08:39
    Chère Eva, votre si beau texte associé à ma photo, (juste après la St Valentin, date de mon anniversaire),est un immense cadeau.Il est porteur d'espoir, de folie, d'acceptation de l'utopie souvent plus fondée et réaliste que bien des vérités mensongères... merci infiniment.
    je vous embrasse...
    Michel
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :