• Le Cri (Edward Munch 1893)




    Le Cri d’Edward Munch (1893)

     

    Peint en plusieurs versions, c’est l’oeuvre la plus importante de l’artiste norvégien Edward Munch.
    Le Cri illustre magnifiquement ce qu’est le mouvement « expressionniste »

    Munch écrit :

    "Je me promenais sur un sentier avec deux amis - le soleil se couchait - tout d'un coup le ciel devint rouge sang - je m'arrêtais, fatigué, et m'appuyais sur une clôture - il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir et la ville - mes amis continuèrent, et j'y restais, tremblant d'anxiété - je sentais un cri infini qui se passait à travers l'univers."



    Le Cri n’est pas vraiment un tableau qu’on accroche au dessus du canapé pour décorer son salon. Le Cri est un cri, le Cri est un tableau qui crie. Le Cri envahit tout votre univers quand vos yeux le croisent. Le Cri vous vrille les oreilles, entre à l’intérieur de vous, et comme le personnage sur le tableau, instinctivement, vous portez vos deux mains à vos oreilles pour ne plus entendre ce cri… Mais… peine perdue, le Cri ne cessera jamais, vous avez vu le Cri, et vous l’entendrez toujours….
                                                                                                             
                                                                                                             eva baila (copyright 2008)

    « Jaune.Colline (Jean Giono) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    40
    joubert
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:20
    C'est étonnant, j'ai l'impression que personne ne parle des deux passants en arrière plan. Eux,ont une attitude qui tranche avec le personnage qui se torture l'esprit. Leur calme affiché, la démarche tranquille, presque amoureuse... Comme indifférent au "CRI" de l'homme et de la nature. C'est cela que je trouve blessant. Sinon, moi j'adore ce tableau, dans son ensemble couleurs, mouvement, évocation. Il me parle et je l'écris. Encore une fois merci Eva.
    39
    thomas
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:20
    je me rappel quand j'étais petit j'ai fais ce rêve ou j'étais dans la voiture avec mes parent sur un pont nous avions croisés deux piétons qui marché puis je ne sais plus pourquoi je me suis mis a avoir peur et est apparus du dessous du pont un personnage avec les mains appuyés sur ses joues creusés un visage pâle qui exprimé la tristesse et l'horreur cette chose monté de plus en plus haut en criant son désespoir. je précise que je n'avais jamais vu de ma vie se tableau, j'ai étais choqué quand j'en fis la découverte.
    38
    thomas
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:20
    non pourtant je ne connaissais pas se filme j'étais petit.
    37
    Mardi 3 Avril 2012 à 23:22

    oui, exactement ! J'ai vu une fois, une toile (pas très belle) qui montrait des musiciens de jazz... Hé bien... on entendait la musique !

    36
    Mardi 3 Avril 2012 à 19:01
    Là est le génie du peintre donner à VOIR ce que l'on entend
    35
    Dimanche 1er Avril 2012 à 18:01

    C'est pourtant un compatriote à toi ! Et moi qui rêve de venir voir ses toiles en Belgique....

    34
    Samedi 31 Mars 2012 à 22:14
    Moi qui n'y connais rien en matière de peinture, je connais quand même celle-ci. Je n'aime pas mais ça c'est une autre histoire.
    Passe un bon dimanche.
    33
    Vendredi 30 Mars 2012 à 21:16
    J’ai longtemps « rejeté » de ma vue ce tableau ; il évoquait sans doute dans mon inconscient mes propres crises dont j’ai tant souffert.
    Aujourd’hui, je peux le regarder apaisé et aussi apprécier les autres œuvres de l’artiste.
    Bonne fin de semaine Eva.
    32
    Jeudi 29 Mars 2012 à 23:48

    Je crois l'avoir lu chez toi, je vais revenir le relire...

    31
    Jeudi 29 Mars 2012 à 23:01
    Ce cri rejoint le poème de Federico : el grito...
    C'est l'angoisse existentielle que tout être humain a forcément ressenti une fois dans sa vie...
    30
    Jeudi 29 Mars 2012 à 12:32

    oui, chaque jour nous amène une peine de plus...

    29
    Jeudi 29 Mars 2012 à 12:31

    profite, Dan, profite ! 

    28
    Jeudi 29 Mars 2012 à 09:53
    C'est un tableau "criant" de vérité et l'on aurait envie d'en faire autant et de se cacher en plus les yeux pour avoir vécu ce qu'on a vécu ces jours derniers, la véritable horreur quand on tue des enfants. Bises ma chère Eva
    27
    DAN
    Jeudi 29 Mars 2012 à 09:15
    Aaaaah merci chère Eva je profite ainsi pleinement de ton texte !
    26
    Jeudi 29 Mars 2012 à 08:59

    Parce que c'est toi, Dan, je t'ai remis le texte en clair !  Bonne journée !

    25
    DAN
    Jeudi 29 Mars 2012 à 07:53
    Il y en a eu plusieurs versions, et cette peinture est très expressive.
    Quant au texte du fait que j'ai un écran calibré pour mes problèmes de vision, il m'est complètement illisible !
    24
    Mardi 1er Décembre 2009 à 19:40

    Ce tableau de Munch a été récupéré pour illustrer l'affiche du film "Scream", peut-être avais-tu fais la relation inconsciente avec cette affiche ?

    23
    Samedi 4 Avril 2009 à 08:36

    J'irai voir cela après le boulot !

    22
    Vendredi 3 Avril 2009 à 22:14
    Bonsoir, j'en ai créé une version "singe magot" dans la catégorie su meme nom sur mon blog ;-)
    merci pour l'original!
    21
    Jeudi 19 Mars 2009 à 22:01
    je suis au courant Eva qu'il existe de telles thérapies... le fait que je lise en même Halter m'interpellait. C'est tout . Josy
    20
    Jeudi 19 Mars 2009 à 21:01

    Bonsoir Josy, en France il y a aussi de nos jours des thérapies par le cri, et par le rire également ! Je préfère le rire aux cris !

    19
    Jeudi 19 Mars 2009 à 14:39
    Je commence à lire " je me suis réveillé en colère" de Marek Halter ... et j'ai appris en autre que dans l'Antiquitén il y avaut en Israël des écoles de prophètes où l'on apprenait à crier ...surtout en public .
    Bon après midi . Josy
    18
    Jeudi 19 Mars 2009 à 07:51

    oui, je regrette que ce tableau soit désormais associé à Scream...
    Bises à vous deux. eva.

    17
    Jeudi 19 Mars 2009 à 07:27
    Je ne me lasse pas de venir voir encore et encore ce cri
    16
    Mercredi 18 Mars 2009 à 21:54

    Tu l'as très bien dit Arthur, "l'expression parfaite de la somme des douleurs humaines". Peut-être ce que tu appelles "un relatif apaisement" n'est-il que le soulagement de celui qui pousse ce cri terrible...

    15
    Mercredi 18 Mars 2009 à 21:49

    Il est regrettable que les créateurs de "Scream" se soit emparé de cette image hautement symbolique...

    14
    Mercredi 18 Mars 2009 à 21:39

    L'effet d'angoisse vient de ce qu'on a tous un cri (souvent réprimé) en travers de la gorge...
    un cri qui remonte de très loin... Merci de votre fidélité à me lire Dominique.
    eva.

    13
    Mercredi 18 Mars 2009 à 21:31

    C'est la grande solitude de chacun : celle qui est décrite aussi dans "la chute d'Icare" (colone de droite : le tableau philosophique), malgré la famille, les amis, les relations, chacun est seul, vraiment tout seul face à la maladie, la douleur, la mort...

    12
    Mercredi 18 Mars 2009 à 21:26
    Enrichissant par le texte et par les coms ...je n'avais jamais fait le rapprochement entre "Scream" et le tableau..et à bien regarder je comprends d'où le réalisateur s'est inspiré...
    Bises.Bonne soirèe
    11
    Mercredi 18 Mars 2009 à 21:15
    merci pour l'info ;-) je ne connaissais pas les écrits de munch sur son oeuvre
    10
    Mercredi 18 Mars 2009 à 19:54

    "De l'inconvénient d'être né" !
    je suis convaincue comme l'écrit Cioran que "la pensée de la mort aide à tout sauf à mourir"
    La procréation est un acte complètement égoïste, et on ne pense pas assez à tout le malheur auquel on expose sa progéniture quand on se laisse aller à cet acte d'égoïsme !
    Il est vrai que si l'on pensait à tout, on ne ferait jamais rien, mais à quoi bon être un Homme si on doit se reproduire sans réfléchir comme les plantes ou les animaux ?
    Merci de ton passage Jaouad.

    9
    Mercredi 18 Mars 2009 à 19:20
    ça ressemble à un rêve: on crie très fort mais aucun bruit ne peut sortir de la gorge..effrayant! Sophie
    8
    Mercredi 18 Mars 2009 à 17:57
    Je connais cette peinture depuis très longtemps et elle me rempli toujours d'éffroi... Bonne fin de journée Eva.
    7
    Mercredi 18 Mars 2009 à 16:10
    Ah mais oui mais bien sur, ca alors, c'est donc de ce tableau que s'est inspire le realisateur ou plutot le costumier du film 'SCREAM' pour creer le masque de son tueur, je savais bien que ce masque ne me faisait pas peur uniquement a cause du film, je l'avais deja vu ailleurs.
    Bon je termine ma visite, merci pour les votre dame Eva.
    Bises de Caro
    6
    Mercredi 18 Mars 2009 à 11:38
    C'est vrai qu'il y a tant de raisons de crier... crier à en perdre définitivement la voix. Dans son cynisme, la composante la plus influente de l'humanité reste malheureusement sourde à ces cris. Cioran ne croyait pas si mal en dire en écrivant :" Ces enfants dont je n'ai pas voulu, s'ils savaient le bonheur qu'ils me doivent". Le paradoxe de la générosité.
    5
    Mercredi 18 Mars 2009 à 09:22
    Un tableau criant de vérité,

    Bises
    4
    Mercredi 18 Mars 2009 à 07:37
    Je viens de lire ton texte sur un ami perdu, je suis bouleversé.
    Je constate que nous avons également un amour commun: Léo ferré
    3
    Mercredi 18 Mars 2009 à 07:35
    Ce tableau a toujours généré chez moi un grand malaise mais également une forme de résignation. Je trouve qu'il est l'expression parfaite de la somme des douleurs humaines. Et pourtnat, c'est étrange mais en le regardant de plus prêt on peut y trouver également un relatif apaisement.
    2
    Mercredi 18 Mars 2009 à 02:30
    C'est bien décrit eva ! . .
    Bise.
    1
    Mercredi 18 Mars 2009 à 00:25
    c'est strident, ce cri étouffé..
    clem
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :