• Le doux sel du mot poésie (Roberto Sosa)

     

    Sandro Botticelli - La naissance de Vénus (detail)

     

     

    A partir du feu, dans les premiers temps,

    les dieux des premiers hommes

    qui l'avait vu et aimé, ont créé, seuls

    la femme.

    En tremblant, ils ont sculpté sa poitrine absolue

    L'ondulation des cheveux,

    la coupe du sexe, à l'intérieur plus compliquée,

    que l'intérieur d'un coquillage.

    La main dressée, ils ont souligné l'ombre de son ombre,

    la courbe et la morsure de ce jeu de feu

    qui a un goût de vierge rouge sous la langue

    et qui soulève

    la beauté soudaine d'une braise dans les yeux.

     

    Depuis lors, son corps

    est devenu pudeur palpable en chair et en os.

     

    Je dis femme,

    Le doux sel du mot poésie.

     

    Roberto Sosa (Recueil "Le plus ancien des noms du feu")

     

    « C'est une maison bleue...Blogs »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    3
    Mercredi 20 Novembre 2013 à 11:07

    c'est brûlant, mais dit d'une si belle façon... Je n'ai rien trouvé de mieux que Botticelli pour illustrer... Botticelli, c'est mon préféré ! 

    2
    DAN
    Mercredi 20 Novembre 2013 à 08:54
    Houuu c'est chaud là (rire)
    1
    Mercredi 20 Novembre 2013 à 02:04
    Encore un très beau texte sur lequel on aime s'attarder beaucoup plus d'un instant, surtout quand, comme ce soir, il fait bien froid bien nuit. Bonsoir Eva.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :