• Le Paradou

     

    Le Paradou

     

    "Une mer de verdure, en face, à droite, à gauche, partout. Une mer roulant sa houle de feuilles jusqu’à l’horizon, sans l’obstacle d’une maison, d’un pan de muraille, d’une route poudreuse. Une mer déserte, vierge, sacrée, étalant sa douceur sauvage dans l’innocence de la solitude. Le soleil seul entrait là, se vautrait en nappe d’or sur les prés, enfilait les allées de la course échappée de ses rayons, laissait pendre à travers les arbres ses fins cheveux flambants, buvait aux sources d’une lèvre blonde qui trempait l’eau d’un frisson. Sous ce poudroiement de flammes, le grand jardin vivait avec une extravagance de bête heureuse, lâchée au bout du monde, loin de tout, libre de tout. C’était une débauche telle de feuillages, une marée d’herbes si débordante, qu’il était comme dérobé d’un bout à l’autre, inondé, noyé. Rien que des pentes vertes, des tiges ayant des jaillissements de fontaine, des masses moutonnantes, des rideaux de forêts hermétiquement tirés, des manteaux de plantes grimpantes traînant à terre, des volées de rameaux gigantesques s’abattant de tous côtés..."

    Emile Zola (La faute de l'abbé Mouret)

     

     

    « Ma solitude...Federico... »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    9
    Samedi 25 Juillet à 02:35

    et Zola c'est un monument !!!

    tilk

    8
    Samedi 25 Juillet à 02:34

    tu as vraiment un beau blog !!!j'adore

    besos

    tilk

      • Samedi 25 Juillet à 21:54

        oh merci Tilk ! je suis vraiment touchée smile

    7
    El duende
    Jeudi 23 Juillet à 20:52

    Quand je pense que Jean Rouaud s’est permis de dire que Zola avait fait une œuvre de journaliste plutôt que d’écrivain, je me demande s’il l’avait lu ... je crois que je vais me convertir aux roses roses style « cuisses de nymphe » ou Ronsard ... c’est sensuel en diable ... ☺️

      • Vendredi 24 Juillet à 11:50

        Tout d'abord ma chère Nina, je te remercie de m'avoir fait connaître Jean Rouaud (tu n'ignores pas que je patauge dans une grande inculture, j'ignorais jusqu'à son nom...) Et donc, J'ai écouté un podcast de Jean Rouaud où il parlait de l'Art Pariétal. Quelle merveille ! Merci, merci, merci !

        Oui, Zola écrit comme j'aime... c'est un écrivain, un VRAI ! qui écrit français, et qu'on peut lire à haute voix parce qu'il est "Musique". J'en ai vraiment assez de l'irrespect de tous ces soit-disant écrivains, et écrivaines, qui négligent la grammaire, l'orthographe et la syntaxe (sous prétexte de fluidité du style !!!); J'ai la nausée en lisant certains poètes et certaines"poétasses" incontinentes qui commettent un charabia odieux, sans ponctuation, fait de calembours imbuvables alignés les uns après les autres en prétendant manier l'art de la métaphore... 

        Les roses furent une vraie religion pour moi, lorsque j'avais un vrai jardin... Il en poussait de toutes sortes (comme au Paradou)... et toutes les roses photographiées dans la video sont de mon jardin d'autrefois... J'avais bien sûr, un rosier "Pierre de Ronsard" digne du Paradou ! et certains autres me donnaient des roses aux pétales opalines, des roses presque noires, des parfumées outrageusement, des discrètes, des nuages neigeux en plein été... Bref, le rêve, la Joie !

        Dans "la faute de l'abbé Mouret" on peut reprocher à Zola d'avoir fait des descriptions de fleurs qui ne poussent pas au même moment ! Le Paradou, c'est un jardin extraordinaire créé pour l'imaginaire déréglé d'un enfant de 24 ans qui découvre l'amour... et quand je l'ai relu pour le billet, j'ai eu l'impression de revenir à mes 15 ans...

        Pour en revenir à la remarque de Jean Rouaud, je suppose qu'il accordait plus de valeur au courage journalistique de Zola dans sa lettre "J'accuse".

        Merci Nina, je t'embrasse.

         

    6
    Jeudi 23 Juillet à 18:10

    Ah ce Paradou, il a enchanté mon adolescence. Zola y fait en deux ou trois pages la plus invraisemblable description de roses jamais faite...

      • Vendredi 24 Juillet à 11:18

        C'est le plus beau souvenir qui m'est resté des Rougon-Macquart... avec "le docteur Pascal" (personnage merveilleux qui m'avait donné le désir d'avoir sept enfants !!!!)

    5
    Dan
    Jeudi 23 Juillet à 12:39

     

    Splendides tes photos qu’accompagne une douce musique, quant au texte de Zola, c’est du Zola justement, rien à en dire sinon à déguster sans modération !

     

      • Jeudi 23 Juillet à 16:59

        ah c'est le Zola de mes 15 ans ! Tous les Rougon-Macquart sans interruption ! y'avait pas de télé chez moi, et encore moins d'internet ! Que des livres !.. une époque révolue...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :