• Les chevaux de Neptune (Walter Crane)

     

    les-chevaux-de-Neptune-Walter-Crane--1845-1915-.jpg

     

    "Par secousses intermittentes, brusques comme les bonds d'un tigre, la vie émerge, faisant palpiter sa crête sombre sur la mer. Voilà à quoi nous sommes attachés  ; voilà à quoi nous sommes liés, tels des corps humains à des chevaux sauvages. Et pourtant nous avons inventé des procédés pour colmater les crevasses et masquer ces fissures."

     

    Virginia Wolf (Les Vagues, 1931)

     

    Illustration : Les chevaux de Neptune (Walter Crane 1845-1915, huile sur toile 86x216) 

    « "Je rêve" (Henri Tibi)Caveau d'émail (Francis Etienne Sicard) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    9
    Mardi 18 Février 2014 à 20:47
    J'aime bien ce genre de peinture...
    Bonne soirée.
    8
    Jeudi 13 Février 2014 à 19:42

    Dès que j'ai lu ton com, je suis allée vérifier si j'avais la photo du triomphe de Mercure au Bardo ! hé oui ! je l'ai !!!!!!!!! Bonne soirée Colette 

    7
    Jeudi 13 Février 2014 à 08:57
    L'actualité t'inspire, chère Eva et tu as bien du talent pour illustrer des textes que bien souvent moi, je découvre. Et que d'images ou de souvenirs suggérés, Neptune et son triomphe au musée du Bardo ! et plus personnel et plus enfoui : le mascaret de mon enfance dont on disait qu'il remontait l'estuaire de la Seine à la vitesse d'un cheval au galop ! Bonne journée à toi !
    6
    Mercredi 12 Février 2014 à 23:02

    La malheureuse Virginia n'aura pas réussi à "colmater les crevasses et masquer ces fissures"... 

    5
    Mercredi 12 Février 2014 à 16:44
    Illustration et mots sont magnifiques
    4
    Mercredi 12 Février 2014 à 11:55

    Les journalistes sont rarement des artistes ! 

    3
    Mercredi 12 Février 2014 à 11:54

    ...les chevaux finissent toujours par se fatiguer ! Bonne journée Dan 

    2
    Mercredi 12 Février 2014 à 08:12
    Tableau et texte: duo magnifique!
    Ah! si les journalistes présentaient ainsi la tempête et les vagues violentes qui rongent falaises et dunes par ici
    nous analyserions "ces secousses intermittentes du monde" avec notre âme, notre coeur: nous les minuscules grains de sable appartenant à ce monde en furie.
    Merci Eva pour ce beau billet.
    1
    DAN
    Mercredi 12 Février 2014 à 07:47
    Il semblerait qu'en ce moment les chevaux de Neptune se soient emballé sur nos côtes !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :