• Les Préraphaélites.

     

    Les Préraphaélites.

     

     

    Flora la belle, aux yeux verts pleins de douceur,

    Revient du jardin de Vénus, les mains chargées de fleurs,

    Ses cheveux épars exhalent les parfums les plus capiteux,

    Dans le voile de sa robe s’offre  l’aménité de tendres fruits…

    Flora, aux mains caressantes et généreuses, te garde auprès d’elle…

    la joue posée sur sa poitrine tu sens son cœur qui bat, qui bat, qui bat... 

     

    De sa rouge écharpe de soie, avec tendresse elle sèche tes larmes,

    Et baise ton visage de sa bouche fraîche et vermeille...

      Dans les plis de sa robe de fée, tu trouves la joie éblouie, et la douce paix,

    La belle Flora te prend par la main et t’emmène là-bas…

    Où l’on est heureux…

    Où l'on cueille les pommes d’or du jardin des Hespérides !  (eva)

     

     

     

     

    En 1848, alors que débute le règne de Victoria, la peinture anglaise, enlisée dans la convention, semble attendre qu'on la réveille d'un long ennui.Les «Pre-Raphaelite"par des choix esthétiques radicalement novateurs, vont lui redonner vie.

    Millais, Rossetti, Hunt sont à l'origine de cette confrérie des Frères préraphaélites. Ils revendiquent une liberté et une authenticité que la peinture a perdues depuis que l'académisme a imposé Raphaël comme modèle. 

    Soutenus par le critique John Ruskin, qui voit en eux les porte-parole de la modernité, ces jeunes gens - ils ont vingt ans - choisissent pour référence l'art médiéval, comme avant eux les architectes néogothiques. Leurs œuvres témoignent à la fois d'un sens de la nature et d'une préoccupation sociale. 

    Une seconde génération d'artistes, dominée par Edward Burne-Jones et William Morris, appliquera leurs principes au décor, au mobilier, au livre illustré, influençant par son imaginaire l'Europe symboliste. 

    « Ricordo...Une somptueuse indépendance... »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    10
    Mercredi 10 Avril à 13:35

    Un monde d'illusion, mais d'illusion consciente, tourner le dos au banal, à la laideur et "s'ex-tasier".
    Une peinture opium.

      • Mercredi 10 Avril à 16:26

        oh !!!!!!! "une peinture opium"... Voilà, c'est tout-à-fait ça... Merci Henri-Pierre, je t'embrasse. 

    9
    Catherine
    Jeudi 4 Avril à 00:51

    Magnifique période ! Il y a eu une superbe expo à Londres en 2017 : "Reflections : Van Eyck and the Pre-Raphaelites" : montrant l'influence de Van Eyck (Les Arnolfini, qui se trouve à Londres : le miroir) et des miroirs en général. Passionnant ! A VOIR : une vidéo sur YouTube de la National Gallery sur cette expo : remarquable ! ( je ne sais pas mettre des liens ici !) Une autre (toujours la National Gallery) sur "The Lady of Shalott" et d'autres sur YouTube (en anglais) Je pense que c'est toujours visible ?

    merci pour cette belle vidéo !

      • Jeudi 4 Avril à 10:08

        Oh je connaissais bien sûr ce tableau de Van Eyck, j'en avais lu déjà, ailleurs, les analyses intéressantes. Voici le lien de cette video (on peut activer les sous-titres) Les époux Arnolfini  Bien entendu l'importance du miroir dans le début du récit de "la dame de Shallott" est primordiale. 

        Les peintures préraphaélites peuvent paraître "kitsch" dans leur composition et leurs sujets. Je suis fascinée par la représentation des tissus, la richesse des coloris, des textures. William Morris qui a soutenu ce mouvement était surtout un décorateur. 

        Dans mon petit clip j'ai mis l'accent sur la relation image-poésie-littérature (et religion dans une toile représentant le Christ dans l'atelier de son père). Parce que je tiens à réduire en temps mes video -pour ne pas lasser- je n'ai pas retenu les toiles peignant la Nature. Mais ce fut aussi un sujet très important pour la confrérie. 

        Merci Catherine pour votre intervention, le rappel de ces videos, et votre intérêt pour ces peintres qui furent des révolutionnaires en leur temps, et comme tel, furent mal accueillis. 

    8
    Dan
    Mercredi 3 Avril à 19:37

    Je dois bien avouer que je découvre tout un monde avec ces peintures, merci Eva.

      • Jeudi 4 Avril à 10:10

        Oui, je sais que "Le Havre" te prend beaucoup de temps, mais comme tu pratiques l'art des brosses et du pinceau, je pensais... 

      • Dan
        Mercredi 3 Avril à 23:38

        Non Eva, pas du tout, l’inconvénient chez moi, c’est que je fais trop de choses pour pouvoir me concentrer sur une seule sauf en ce qui concerne l’histoire du Havre, qui me prend 8 à 9 heures par jour. Il me faudrait 10 vies pour assouvir ma curiosité, mais hélas je n’en ai qu’une seule !

      • Mercredi 3 Avril à 23:29

        C'est vrai Dan ? tu ne connaissais pas ? 

    7
    Mercredi 3 Avril à 11:28

    Eva, ton poème est très beau !!

    Merci pour ce billet ! je découvre...

    Je t'embrasse, bonne journée !

     

      • Mercredi 3 Avril à 11:56

        Merci Noëlle, les Préraphaélites ont toujours été les mal aimés... Ils le sont toujours... et moi, je les aime depuis toujours, autant que tous les autres, justement parce qu'ils sont différents... Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :