• Les rois mages

                                                                                                                                                      
    Albrecht Altdorfer (1530)

    En dehors de toute interprétation théologique, je n’ai jamais voulu voir qu’un symbole d’union et de fraternité dans le récit du voyage des Mages.

     

    Du plus loin qu’il me souvienne, ce périple de trois hommes (importants ou non) qui suivent la même étoile, afin de se retrouver autour d’un enfant (divin ou non) a toujours été pour moi la représentation idéalisée de tous les hommes de toutes les couleurs, de toutes les origines, poursuivant un idéal de paix et d’amour, lointain (aussi lointain qu’une étoile dans le ciel) mais visible par tous ceux qui regardent le ciel, quand bien même cette étoile ne serait pas vue en même temps parce regardée depuis des lieux différents de la planète.

    La représentation idéalisée d’un besoin de fraternité, et d’unité devant  un enfant nouveau-né qui est toujours lui-même un commencement, un renouveau, un espoir…

    Le souhait chimérique que demain, la couleur de peau n’aura plus d’importance, les origines diverses seront sources  de joie et de partage, les rassemblements seront pacifiques et joyeux…

     

    On peut rêver… Quand on n’a plus d’illusion, il reste encore le rêve…

    eva, le 5 janvier 2009.



    Cette autre représentation de l'Adoration des Mages par Brueghel, loin des dorures et de l'imagerie religieuse, me semble assez intéressante, plus populaire, et plus élargie, plus proche de ce que j'ai voulu exprimer... (fin du 16e S.)
    « ModiglianiRouen (promenade n°3) »

  • Commentaires

    11
    phil & Chris
    Vendredi 8 Août 2014 à 19:15
    l'adoration des Mages par Brueghel est très intéressante par toute les réflexions qu'elle propose (en observant le moindre détail) et il y à,le point commun des deux représentations (Ruines château ou temple ?) et ta synthèse intéressante et ta conclusion judicieuse,amitiés..
    10
    Jeudi 8 Janvier 2009 à 20:57

    J'ai toujours vu cette histoire ainsi...j'ai peut-être une parenté avec Le Douanier Rousseau en ce qui concerne la naïveté...

    9
    Jeudi 8 Janvier 2009 à 19:34
    Belle et profonde interprétation profane de ce qui reste pour moi une beau conte.Il fallait y penser, Eva l'a fait!
    8
    Mardi 6 Janvier 2009 à 15:48
    Rouen, ville de Pierre Corneille et de bien d'autres...
    7
    Lundi 5 Janvier 2009 à 21:50

    Il en est ainsi de la plupart des oeuvres de Brueghel : ce peintre est une sorte de reporter-journaliste, témoin de son temps. Le moindre détail est intéressant à plusieurs titres.
    C'est vraiment passionant de copier un Brueghel parce que l'on découvre des quantités de petits détails qui passent inaperçus à première vue. Merci de l'avoir fait remarquer. Amitiés à vous Phil et Chris. eva.

    6
    Lundi 5 Janvier 2009 à 18:05

    il faut espérer. Bises Marithé, et merci de nous faire rire et sourire. eva

    5
    Lundi 5 Janvier 2009 à 18:04

    Merci de ton passage Marithé. Amitiés. eva.

    4
    Lundi 5 Janvier 2009 à 16:44
    je pense que nos enfants seront moins racistes que nous parents et que nos parents ..encore que je ne sois pas raciste ...alors partageons cette galette avec tus ceux qu'on aime de n'importe quelle nationalité .. gros bisousssssss
    3
    Lundi 5 Janvier 2009 à 16:40
    Oui c'est une interprétation qui laisse la part de rêve intact celle des rois mages. J'aime Brueghel Bises
    2
    Lundi 5 Janvier 2009 à 15:09

    la galette ? gare aux kg ! amitiés Babsy... eva

    1
    Lundi 5 Janvier 2009 à 14:16
    Avec la galette c'est une bonne raison de rencontrer ses amis.bon lundi,babsy
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :