• Lettre à Ménécée (Epicure 341-270 av JC)

     




                               Epicure (341-270 av JC)


    Accoutume-toi sur ce point à penser que pour nous la mort n'est rien, puisque tout bien et tout mal résident dans la sensation, et que la mort est l'éradication de nos sensations. Dès lors, la juste prise de conscience que la mort ne nous est rien autorise à jouir du caractère mortel de la vie : non pas en lui conférant une durée infinie, mais en l'amputant du désir d'immortalité. Il s'ensuit qu'il n'y a rien d'effrayant dans le fait de vivre, pour qui est radicalement conscient qu'il n'existe rien d'effrayant non plus dans le fait de ne pas vivre.

    Stupide est donc celui qui dit avoir peur de la mort, non parce qu'il souffrira en mourant, mais parce qu'il souffre à l'idée qu'elle approche. Ce dont l'existence ne gêne point, c'est vraiment pour rien  qu'on souffre de l'attendre !  Le plus effrayant des maux, la mort, ne nous est rien, disais-je : quand nous sommes, la mort n'est pas là, et quand la mort est là, c'est nous qui ne sommes pas ! Elle ne concerne donc ni les vivants ni les trépassés, étant donné que pour les uns, elle n'est point, et que les autres ne sont plus. Beaucoup de gens pourtant fuient la mort, soit en tant que plus grand des malheurs, soit en tant que point final des choses de la vie.

    .../... Celui qui incite d'un côté le jeune à bien vivre, de l'autre le vieillard à bien mourir est un niais, non tant parce que la vie a de l'agrément, mais surtout parce que bien vivre et bien mourir constituent un seul et même exercice. Plus stupide encore celui qui dit "beau de n'être pas né, ou "sitôt né, de franchir les portes de l'Hadès" . S'il est persuadé de ce qu'il dit, que ne quitte-t-il la vie sur-le-champ ? Il en a l'immédiate possibilité, pour peu qu'il le veuille vraiment. S'il veut seulement jouer les provocateurs, sa désinvolture en la matière est déplacée.

    Epicure (Lettre sur le bonheur. Extraits.)

     

    « L'oiseau qui chante dans ma tête...Albert Camus (Le premier homme) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    32
    Lundi 15 Octobre 2012 à 19:44

    mon corps à moi se satisfait de peu : un rayon de soleil, une couleur, une harmonie, une image, une belle rencontre... Mais mon âme est plus exigente... c'est elle souvent qui est frustrée... et je préfère ne pas imaginer qu'elle puisse être éternelle, elle serait une âme en peine, à la recherche du Beau, du Meilleur, du Vrai... non, vraiment, ça suffit comme ça... Je veux la paix du néant... 

    31
    Lundi 15 Octobre 2012 à 15:25
    Peut-il y avoir frustration sans corps ?
    30
    Lundi 15 Octobre 2012 à 08:36

    même cette idée-là est un soulagement pour moi... le néant... quelle éventualité de confort  extrême... Je crains trop une autre forme d'existence avec ses sempiternels tourments (angoisse, frustrations, peurs etc...)

    29
    Lundi 15 Octobre 2012 à 08:06
    Tu te doutes bien qu'il m'est arrivé d'être confronté à la probabilité demort aussi,come toi je reste de marbre.
    C'est l'idée d'anéantissement que je n'arrive pas à accepter.
    Vanité, quand tu nous tiens :oD
    28
    Lundi 15 Octobre 2012 à 01:01

    Curieusement je n'ai jamais eu peur de la mort... C'est une familière... Une fois, sur l'autoroute, j'ai failli être prise en sandwich entre deux poids-lourd, bêtement je m'étais rabattue en queue de poisson pour rattraper une bretelle de sortie... je n'ai même pas eu peur retrospectivement... Je me suis juste dit : "mince, raté !"

    27
    Lundi 15 Octobre 2012 à 00:02
    Et cependant on en a peur, plus qu'on ne le dit de la mort, parce qu'on a beau savoir qu'elle est la fin de tout sentiment, de toute sensation ; la vie est là, chevillée à nos corps, rebelle à tout raisonnement, cruelle souvent, bonne parfois, mais enfin, connue et que l'autre versant demeure l'Inconnu.
    Mais bon, moi, je ne suis pas philosophe.
    26
    Jeudi 11 Octobre 2012 à 11:36
    Je suis d'accord avec lui, profitons de la vie pendant qu'on y est et ne nous inquiétons pas à l'avance pour la mort qui arrivera bien un jour puisque c'est dans l'ordre des choses mais qui ne doit pas être du domaine du terrible comme on se l'imagine parfois. Sur ce très bonnejournée mon Eva, moi l'ayant frôlée plusieurs fois, je reste "cool" !
    25
    Mercredi 28 Décembre 2011 à 17:42

    J'aime les textes clairs... celui-ci énonce simplement des choses simples... Bises Dominique

    24
    Mercredi 28 Décembre 2011 à 08:11
    Voila une lettre qui en ces temps troublés fait le plus grand et vient à point. Bisous Eva et bonne journée. Dominique
    23
    Samedi 24 Décembre 2011 à 08:41

    Même les plus évolués ont toujours un grain de misogynie...

    C'est probablement leur plus grave inconvénient...

    22
    Samedi 24 Décembre 2011 à 00:08
    J'ai étudié ça en Terminale et ensuite, j'ai relu Epicure pour le plaisir. Toujours valable sauf... Sauf qu'il me semble me souvenir qu'il y a quelques passages misogynes ... Il faudra que je contrôle ça...:-))
    21
    Vendredi 23 Décembre 2011 à 19:45

    C'est un beau texte Dan... et sage !

    20
    Vendredi 23 Décembre 2011 à 19:44

    J'adore ce texte ! Je n'ai pas d'autre appétit de vivre que celui de vivre l'instant présent...

    19
    DAN
    Vendredi 23 Décembre 2011 à 16:06
    Moi un texte comme ça je signe "lu et approuvé" !
    Je suis épicurien également mais sans avoir eu connaissance précisément de cette lettre. Les textes de ce philosophe ont été écrits il y a quelques siècles avant J.C. et, malheureusement j'ai bien peur que l'humanité n'ait pas progressé depuis........
    18
    Vendredi 23 Décembre 2011 à 14:37
    C'est d'une justesse inouï, aucun raisonnement ne peut s'inscrire en faux.
    Oui, mais l'appétit de vie est plus fort que la raison...
    17
    Samedi 4 Juillet 2009 à 08:40

    Epicure dit tout ce qui est essentiel ici, à mes yeux, et clairement...
    Je vous remercie pour le lien, qui m'honore.
    eva.

    16
    Vendredi 3 Juillet 2009 à 19:52
    Cette lettre est une pure merveille, une perle philosophique ! Votre site est charmant, aussi n'ai-je pas hésité à évoquer ledit article dans un petit dossier consacré à Epicure... Bonne continuation, et au plaisir de vous lire !
    15
    Vendredi 8 Mai 2009 à 20:37

    Je suis ignare en philo, mais la "Lettre sur le Bonheur" c'est mon texte de référence...

    14
    Vendredi 8 Mai 2009 à 20:22
    C'est un texte fondateur à mon avis...Un texte rationnel, scientifique même...A l'époque les disciplines se fécondaient...
    Quand on l'a fait sien, assimilé, on ses sent libéré de ses chaînes. On vit en se sentant immortel, puisque la mort devient insignifiante...Un clairvoyant bienfaiteur de l'humanité...
    13
    Jeudi 9 Avril 2009 à 03:30
    On peut mourir d'être immortel, ajoute Nietzsche.
    Comme il nous manque d'esprits épicuriens, en ces temps qu'on dit "modernes"!
    12
    Mardi 7 Avril 2009 à 21:51

    Il est sympathique Epicure non ? et plein de bon sens !

    11
    Mardi 7 Avril 2009 à 21:17
    Epicure ! ah Epicure !
    clem
    10
    Mardi 7 Avril 2009 à 13:24

    C'est que je ne sais pas faire le canard à l'orange ! (c'est presque aussi difficile que la Pastilla !)

    9
    Mardi 7 Avril 2009 à 12:54
    Ton invitation n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd. Je t'en remercie. Maintenant, un canard à l'orange ferait tout aussi bien l'affaire ...
    8
    Lundi 6 Avril 2009 à 23:04

    Je viens chez toi ! J'arrive !

    7
    Lundi 6 Avril 2009 à 23:02

    Tu veux sans doute parler de cette confrérie où l'on s'engage
    "par un serment sur des branches de laurier et d'olivier, symbole de l'héritage d'Epicure, à être les dignes défenseurs des valeurs traditionnelles du terroir et de l'esprit."?
    Ce n'est pas vraiment l'objet de ce texte... mais les détournements sont autorisés !
    (Je sais cuisiner certains tajines marocains... et je sais faire le couscous, ainsi que les brochettes d'agneau...Si tu veux je t'invite aux beaux jours à fêter Epicure !)

    6
    Lundi 6 Avril 2009 à 22:15
    Merci pour cette merveilleuse chanson que je ne connaissais pas. Et puis Epicure, Ciel que j'aurais aimé être dans son cercle ...
    5
    Lundi 6 Avril 2009 à 21:05
    A méditer.. j'adore Epicure..Bises bonne soirèe
    4
    Lundi 6 Avril 2009 à 16:25

    Oui, accepter que naître implique de mourir, et profiter de chaque instant comme si c'était le dernier... J'adore Epicure ! Merci Dominique !

    3
    Lundi 6 Avril 2009 à 14:49
    Je ne suis pas d'accord avec Jean-Marie. Ce splendide texte, d'une rare profondeur n'est en rien pas gai. J'y vois même des raisons d'optimisme: ne pouvant rien faire contre l'échéance inéluctable il est sage d'en admettre l'existence sans drame. Mille mercis Eva de nous donner matière à reflexion. Très bonne journée à vous.Dominique
    2
    Lundi 6 Avril 2009 à 13:19

    M.D.R !!
    Sinon Epicure est un agréable compagnon ! C'est l'un des hommes de ma vie ! eva.

    1
    Lundi 6 Avril 2009 à 11:27
    Pas très gai ce matin Eva..
    Rien à signaler au niveau des urines !
    J'évite encore la baignoire de bronze tempérée d’eau chaude, et l'avaler un verre de vin pur... mais je ne suis pas préssé....
    Bise.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :