• Liberté (Paul Eluard)



    Sur mes cahiers d'écolier
    Sur mon pupitre et les arbres
    Sur le sable sur la neige
    J'écris ton nom                                                                                                Sur chaque bouffée d'aurore
                                                                                                                                Sur la mer sur les bateaux
    Sur toutes les pages lues                                                                             Sur la montagne démente
    Sur toutes les pages blanches                                                                    J'écris ton nom
    Pierre sang papier ou cendre
    J'écris ton nom                                                                                                Sur la mousse des nuages
                                                                                                                                Sur les sueurs de l'orage
    Sur les images dorées                                                                                  Sur la pluie épaisse et fade
    Sur les armes des guerriers                                                                        J'écris ton nom
    Sur la couronne des rois
    J'écris ton nom                                                                                                Sur la vitre des surprises 
                                                                                                                                Sur les lèvres attentives
    Sur la jungle et le désert                                                                                Bien au-dessus du silence
    Sur les nids sur les genêts                                                                           J'écris ton nom
    Sur l'écho de mon enfance
    J'écris ton nom                                                                                                 Sur mes refuges détruits
                                                                                                                                 Sur mes phares écroulés
    Sur les merveilles des nuits                                                                          Sur les murs de mon ennui
    Sur le pain blanc des journées                                                                     J'écris ton nom
    Sur les saisons fiancées
    J'écris ton nom                                                                                                 Sur l'absence sans désirs
                                                                                                                                 Sur la solitude nue
    Sur tous mes chiffons d'azur                                                                         Sur les marches de la mort
    Sur l'étang soleil moisi                                                                                   J'écris ton nom
    Sur le lac lune vivante
    J'écris ton nom                                                                                                 Sur la santé revenue
                                                                                                                                 Sur le risque disparu
    Sur les champs sur l'horizon                                                                         Sur l'espoir sans souvenir
    Sur les ailes des oiseaux                                                                               J'écris ton nom
    Et sur le moulin des ombres
    J'écris ton nom                                                                                                  Et par le pouvoir d'un mot
                                                                                                                                  Je recommence ma vie
                                                                                                                                  Je suis né pour te connaître
                                                                                                                                  Pour te nommer

                                                                                                                                  Liberté.
    photo eva baila (Séville) ©                                                                                                              (Poésie et vérité)

    « Droit de regard (Jacques Prévert)Antennes... »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    17
    Vendredi 6 Mars 2009 à 14:19
    C'est formidable de retrouver ce liberte, juste au moment ou justement je m'interroge sur nos chaines personnelles qui nous otent toute liberte. Mais enfin, je veux surtout garder ces vers en particulier
    'Sur l'absence sans désirs
    Sur la solitude nue
    Sur les marches de la mort
    J'écris ton nom'
    16
    Jeudi 20 Novembre 2008 à 08:48

    Je ne connais pas "If"... A découvrir donc ! Merci Yann.

    15
    Jeudi 20 Novembre 2008 à 00:19
    Bonsoir Eva... "liberté" de Paul Eluard et "if" de Rudyard Kipling sont des textes qui ont laissé une empreinte au fond de moi-même... félicitations pour l'ensemble (photo+texte) bonne soirée
    14
    Mardi 18 Novembre 2008 à 21:35

    Merci Jeanine, Eluard aurait peut-être fait un autre choix pour la photo !
    C'est le risque que prend le poète, le créateur en général : quand son oeuvre est offerte au public, elle ne lui appartient plus vraiment... elle vit sa propre vie, elle vit son aventure, elle continue d'exister en dehors de son créateur...

    13
    Mardi 18 Novembre 2008 à 21:30

    Vous avez raison Christel et Philippe, la poésie doit être lue à haute voix. Je le fais parfois, même quand je suis seule, je le fais pour moi. Parce que les mots doivent aussi être une musique. La place des mots les uns par rapport aux autres est primordiale, pour le sens bien sûr, mais pas seulement, elle importe pour la musique, c'est la raison pour laquelle je préfère un poème dans sa langue originelle, (plutôt que la traduction) parce que la musique des mots génère l'émotion.
    Vous pouvez publier ce poème de Paul Eluard sur votre blog, je suis certaine que vous trouverez une photo différente, porteuse elle aussi d'émotion. Je vous fais confiance, j'aime beaucoup ce que vous réalisez, et la poésie est faite pour être diffusée largement... il faut faire en sorte que la voix des poètes ne se taisent jamais.
    eva.

    12
    Mardi 18 Novembre 2008 à 21:20

    Cher Dominique, je cherche, je cherche ce que vous avez voulu me dire...
    La fontaine sur la photo est sans doute un peu "kitch" (parente des créations du facteur Cheval). Ce facteur, qui ne connaissait que son village est parvenu à voyager par l'esprit (comme le Douanier Rousseau), là sans doute réside la véritable liberté... une liberté sans grilles, sans chaînes, sans entraves : la Liberté de l'imagination.
    Reste la présence des oiseaux : eux aussi symboles de liberté dans l'imaginaire des humains rivés au sol.
    Icare est un autre de mes amis très chers : celui qui a tout sacrifié à son rêve, tout, jusqu'à perdre sa vie...
    Merci Dominique pour votre interprétation (supposée...)
    Amitiés. eva.

    11
    Mardi 18 Novembre 2008 à 20:59

    Tu as raison Samia de défendre la liberté. Les femmes doivent défendre leur(s) liberté(s), si elles ne le font pas, qui le fera pour elles ? certainement pas les hommes...
    Amitiés.
    eva.

    10
    Mardi 18 Novembre 2008 à 20:57

    Merci pour Eluard, et pour votre visite. Je ne manquerai pas d'aller visiter vos blogs.
    eva.

    9
    Mardi 18 Novembre 2008 à 20:57

    Merci Cocole, à bientôt.
    Bises.eva.

    8
    Mardi 18 Novembre 2008 à 20:36
    Je ne sais ce que j'admire le plus: le poème ou la photo qui est extraordinaire de sens et quelle netteté, quel relief. Bravo Eva, tu es une artiste!
    7
    Mardi 18 Novembre 2008 à 18:28
    Bonsoir ,Eva,une merveille ..tout simplement..Un poème qui doit être lu (à notre humble avis )à haute voix pour bien l'appréhender,nous nous permettons de le copier coller pour le garder (dans notre collection,non pour le diffuser...)bien qu'il le mériterait tant ,ça force est grande... Nous en profitons pour vous remercier de votre amour des textes et nous vous souhaitons une agréable soirèe et un heureux mercredi,pensées sincères ,amicalement .Christel ,Philippe
    6
    Mardi 18 Novembre 2008 à 17:34
    C'est curieux, sur cette photo, je trouve un petit air du facteur Cheval. Il est vrai que bien que n'ayant jamais quitter sa Galaure, son inspiration vient des quater coins du monde. Et pourquoi à votre avis ? Devinette et amitiés. Dominique
    5
    Mardi 18 Novembre 2008 à 13:54
    Bonjour, J'aime ce poème, un jour j'ai fait un forum sur le mauvais sort des filles musulmanes dans les sociétés qui pratiquent la charia, et j'ai parlé de la liberté, j'ai publié ce poème, car il parle de la liberté, et il n'y a pas une vie sans liberté Je te souhaite un bon mardi et une bonne semaine
    4
    Mardi 18 Novembre 2008 à 13:24
    c'est superbe! bonne journée
    3
    Mardi 18 Novembre 2008 à 10:57
    Photo magnifique servie avec un magnifique texte.... Amitiés... Bonne journée... Mon blog Nature http://passionnature78.canalblog.com/ Notre blog Photos "Arielle & Gilbert" http://passionphotos78.canalblog.com/
    2
    Mardi 18 Novembre 2008 à 08:40

    Comme dirait Coluche : il y en a qui sont plus enchaînés que d'autres...

    1
    Mardi 18 Novembre 2008 à 08:23
    bonne journée !! liberté...un grand mot dont tout le monde parle enchainé !!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :