•  

     

    photo Angelo Musco : des milliers de corps nus 

     

     

    ” Le langage est une peau: je frotte mon langage contre l’autre. C’est comme si j’avais des mots en guise de doigts, ou des doigts au bout de mes mots. Mon langage tremble de désir. L’émoi vient d’un double contact : d’une part, toute une activité de discours vient relever discrètement, indirectement, un signifié unique, qui est « je te désire », et le libère, l’alimente, le ramifie, le fait exploser (le langage jouit de se toucher lui-même) ; d’autre part, j’enroule l’autre dans mes mots, je le caresse, je le frôle, j’entretiens ce frôlage, je me dépense à faire durer le commentaire duquel je soumets la relation.”

    Roland Barthes (Fragments d'un discours amoureux)

     

     

     


    12 commentaires
  • La Peste (Albert Camus)

     

     

    « Les fléaux, en effet, sont une chose commune, mais on croit difficilement aux fléaux lorsqu’ils vous tombent sur la tête. Il y a eu dans le monde autant de pestes que de guerres. Et pourtant pestes et guerres trouvent les gens toujours aussi dépourvus. Le docteur Rieux était dépourvu, comme l’étaient nos concitoyens, et c’est ainsi qu’il faut comprendre ses hésitations. C’est ainsi qu’il faut comprendre aussi qu’il fut partagé entre l’inquiétude et la confiance. Quand une guerre éclate, les gens disent : "ça ne durera pas, c’est trop bête." Et sans doute une guerre est certainement trop bête, mais cela ne l’empêche pas de durer. La bêtise insiste toujours, on s’en apercevrait si l’on ne pensait pas toujours à soi. Nos concitoyens à cet égard étaient comme tout le monde, ils pensaient à eux-mêmes, autrement dit, ils étaient humanistes : ils ne croyaient pas aux fléaux. Le fléau n’est pas à la mesure de l’homme, on se dit donc que le fléau est irréel, c’est un mauvais rêve qui va passer. Mais il ne passe pas toujours et, de mauvais rêve en mauvais rêve, ce sont les hommes qui passent, et les humanistes en premier lieu, parce qu’ils n’ont pas pris leurs précautions. Nos concitoyens n’étaient pas plus coupables que d’autres, ils oubliaient d’être modestes, voilà tout, et ils pensaient que tout était encore possible pour eux, ce qui supposait que les fléaux étaient impossibles. Ils continuaient à faire des affaires, ils préparaient des voyages et ils avaient des opinions. Comment auraient-ils pensé à la peste qui supprime l’avenir, les déplacements et les discussions ? Ils se croyaient libres et personne ne sera jamais libre tant qu’il y aura des fléaux.» 

     

    La Peste (Albert Camus)

     


    7 commentaires
  •  

    Albert Camus, disparu le 4 janvier 1960

    Albert Camus, avec ses jumeaux Jean et Catherine en 1957. Photo : Loomis Dean

     

     


    18 commentaires
  • Paul Gauguin, Noa Noa

     

     

    "Il est extraordinaire qu'on puisse mettre tant de mystère dans tant d'éclat"

    (Stéphane Mallarmé parlant de Gauguin, en exergue du premier chapitre de Noa Noa)

     

    Paul Gauguin, Noa Noa

     

    "Noa Noa" qui signifie en tahitien "odorant" (Ce qu'exhale Tahiti) est un récit de voyage, témoignage de la vie de Gauguin pendant son premier séjour à Tahiti, commentaire de ses tableaux, le manuscrit Noa Noa occupe une place singulière dans l'oeuvre de l'artiste. Il connut une histoire mouvementée, de sa genèse à sa publication. De retour en en France, venant de Tahiti, le 3 août 1893, Gauguin, vers la fin de l'année, avait entrepris de rédiger des souvenirs sur sa première aventure océanienne. 

    Parce qu'il doute de ses qualités de poète et d'écrivain, Gauguin sollicite la collaboration de son ami Charles Morice (on peut trouver cette première version en pdf ici 

    ...une version malheureusement surchargée de vers inutiles de Morice (en dépit des protestations de Gauguin) et il faudra attendre 1966 pour que Jean Loize publie chez l'éditeur parisien André Balland, le NOA NOA écrit par Gauguin accompagné de notes critiques.

    source de ce billet : le site "Regard éloigné"

    lire aussi : savatier.blog.lemonde.noa-noa-de-paul-gauguin/

     

    Paul Gauguin, Noa Noa

     

    Paul Gauguin, Noa Noa

     

     


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique