• Mahmoud Darwich (13 mars 1941-9 août 2008)

     

    mahmoud_darwish_press2.jpg

     

    "Un lieu, je veux un lieu ! Je veux un lieu à la place du lieu pour revenir à moi-même, pour poser mon papier sur un bois plus dur, pour écrire une plus longue lettre, pour accrocher au mur un tableau, pour ranger mes vêtements,  pour te donner mon adresse, pour faire pousser de la menthe, pour attendre la pluie. Celui qui n'a pas de lieu n'a pas non plus de saison. Pourras-tu me transmettre l'odeur de ton automne dans tes lettres ? Emmène-moi là-bas, s'il reste encore une place pour moi dans le mirage figé. Emmène-moi vers les effluves de senteurs que je respire sur les écrans, sur le papier, au téléphone..."

     

    Mahmoud Darwich. (Les deux moitiés de l'orange)

     

    Lettre écrite pendant son exil parisien à Samih al-Khassem, son ami resté en Palestine.

     

    St-Jean-d-Acre.jpg

    Saint Jean d'Acre (photo wikipedia)

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Mahmoud_Darwich

     

    « Hôtel La Kasbah à Kairouan (Tunisie)Amoureuse au secret... »

  • Commentaires

    6
    odile schweitzer bab
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:14
    encore merci
    5
    Dimanche 23 Mars 2014 à 18:37

    Les blogueurs ont besoin de ces petits mots qui sont des encouragements à poursuivre... Les blogs doivent toujours être des espaces de partage et d'amitié bienveillante, ils ne peuvent vivre sans les petits signes que vous nous laissez gentiment... 

    4
    Mardi 25 Septembre 2012 à 23:15

    Tu as tout à fait bien défini ce qui m'a fait choisir la citation... Ce poète si humain et si élégant était en parallèle un militant politique très actif, mais je n'ai voulu retenir que la beauté du témoignage du malheur de l'exil, un exil toujours renouvelé, sans grand espoir de solution... C'est ce qui m'a touchée, moi qui suis une fille de l'air, sans vraiment de racines :non seulement cette douleur de n'avoir plus la terre de ses aieux, mais de n'avoir même pas un lieu où se poser pour les choses les plus ordinaires de l'existence...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Mardi 25 Septembre 2012 à 21:43
    C'est tellement poignant que je ne trouve pas de mots.
    Si pourtant, il faut une qualité d'âme exceptionnelle pour dire le malheur avec tant d'élégance
    2
    Samedi 15 Septembre 2012 à 09:13

    A l'exil, à la souffrance de l'exilé, vient s'ajouter le malheur d'être dépossédé de sa terre... Il faut savoir imaginer ce que c'est que ce tourment là... 

    1
    DAN
    Samedi 15 Septembre 2012 à 08:33
    Quand il parle d'un lieu où accrocher un tableau, il sait de quoi il parle, pour nous c'est tellement "naturel" d'avoir un lieu qu'on ne s'imagine pas ce que peut être la vie sans ce lieu précis !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :