• ô douleurs de l'amour (Robert Desnos)

    tmp_4b6675994d4ab62e0a3c0cd05de8b035-copie-1.gif

     

    ô douleurs de l'amour !

    Comme vous m'êtes nécessaires, comme vous m'êtes chères.

    Mes yeux qui se ferment sur des larmes imaginaires,

    mes mains qui se tendent sans cesse vers le vide.

    J'ai rêvé cette nuit de paysages insensés et d'aventures dangereuses

    aussi bien du point de vue de la mort que du point de vue de la vie

    qui sont aussi le point de vue de l'amour.

    Au réveil vous étiez présentes, ô douleurs de l'amour,

    ô muses du désert, ô muses exigeantes.

    Mon rire et ma joie se cristallisent autour de vous. C'est votre fard,

    votre poudre, votre rouge, votre sac de peau de serpent, vos bas de soie...

    et c'est aussi ce petit pli entre l'oreille et la nuque, à la naissance du cou,

    c'est votre pantalon de soie et votre fine chemise, et votre manteau de fourrure,

    votre ventre rond c'est mon rire et mes joies, vos pieds, et tous vos bijoux. 

    En vérité, comme vous êtes bien vêtue et bien parée.

     

    ô douleurs de l'amour, anges exigeants, voilà que je vous imagine

    à l'image même de mon amour que je confonds avec lui...

    ô douleurs de l'amour, vous que je crée et habille, vous vous confondez

    avec mon amour dont je ne connais que les vêtements et aussi les yeux,

    la voix, le visage, les mains, les cheveux, les dents, les yeux...

     

    Robert Desnos 

    « Magicienne (Alfred Pierre Agache 1897)Le testament d'Orphée »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    6
    Mercredi 25 Décembre 2013 à 16:28

    Je le pense aussi Henri-Pierre... Les douleurs des autres amants, si elles ne nous consolent pas, nous aident à panser les nôtres... on se dit que les douleurs de l'amour, sont un peu une fatalité, en quelque sorte...

    5
    Mercredi 25 Décembre 2013 à 16:24

    oui Danae, qui résisterait à Robert Desnos ? 

    (j'espère que le courant est revenu chez toi... Bonne fin de journée de Noël chère Danae, bises !)

    4
    Lundi 23 Décembre 2013 à 20:31
    Douleurs de l'amour, chères et nécessaires...
    Pourquoi aimons-nous tant les histoires d'amours cruelles et que les "ils furent heureux et eurent beaucoup d'enfants" nous semblent totalement niais.
    Cela voudrait-il dire que le drame, la tragédie intéressent et que la sérénité nous indiffère ?
    Je ne crois pas, disons que les amours heureuses sont exclusives, se suffisent à elles-mêmes tandis que les amours maudites nous "concernent"
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Lundi 23 Décembre 2013 à 11:02
    Quelle belle déclamation d'amour, avec de si jolis mots, qui ne craquerait ? Joyeux Noël chère Eva et bisous
    2
    Dimanche 22 Décembre 2013 à 18:47

    oui Dan comme tu dis ! Desnos savait parler aux dames... Mais... celle-ci, à qui étaient adressés ces mots écoutait-elle ? hein ? cette vilaine qui suscitait tant "les douleurs de l'amour"... 

    1
    DAN
    Dimanche 22 Décembre 2013 à 08:43
    Il y a des hommes qui savent parler aux femmes quand même...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :