• Ophélie

     


    La mort d'Ophélie (1852) de John Everett Millais (Tate Gallery, Londres)

    John Everett Millais (1829-1852) se lia avec William Holman Hunt et Dante Gabriel Rosseti avec qui il forma la fraternité préraphaélite en 1848.

    Ophélie est un personnage de la pièce de théâtre Hamlet de William Shakespeare.

    "Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles
    La blanche Ophélia flotte comme un grand lys.
    Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles...
    - On entend dans les bois lointains des hallalis.

    Voici plus de mille ans que la triste Ophélie
    Passe, fantôme blanc, sur le long fleuve noir,
    Voici plus de mille ans que sa douce folie
    Murmure sa romance à la brise du soir.

    Le vent baise ses seins et déploie en corolle
    Ses grands voiles bercés mollement par les eaux ;
    Les saules frissonnants pleurent sur son épaule,
    Sur son grand front rêveur s'inclinent les roseaux.

    Les nénuphars froissés soupirent autour d'elle :
    Elle éveille parfois, dans un aune qui dort,
    Quelque nid, d'où s'échappe un petit frisson d'aile :
    - Un chant mystérieux tombe des astres d'or..."

                                                                    Arthur Rimbaud

    « Claude Roy, la rivière endormie (1999)Robaiyat CXIX (Omar Khayyam) »

  • Commentaires

    21
    Mardi 24 Janvier 2012 à 18:58

    Les Préraphaélites en général me font rêver, beaucoup, et m'emportent loin...

    Merci Henri-Pierre...

    20
    Mardi 24 Janvier 2012 à 18:49
    Un tableau et un texte qui m'ont toujours donné tant de rêve, de ces rêves de "desdichado" comme les aiment les adolescents...
    19
    Lundi 23 Janvier 2012 à 22:40

    C'est une suicidée heureuse ! Enfin la paix du coeur semble-t-elle dire !...

    18
    Lundi 23 Janvier 2012 à 15:33
    Elle semble pourtant ici bien sereine, entourée d'un halo de lumière douce.
    17
    Vendredi 20 Janvier 2012 à 22:16

    Je choque et je trinque à ma liberté de penser...

    16
    Vendredi 20 Janvier 2012 à 18:15
    Oh ! ma belle, tu vas en choquer plus d'un ! heureusement que tu tournes la page !
    Oui, Ophélie est morte d'un amour contrarié...
    15
    Jeudi 19 Janvier 2012 à 23:45

    La période préraphaélite a été de courte durée, et on trouve peu d'oeuvres dans les musées (quelques unes en Grande Bretagne, aux Etats Unis, mais surtout dans les collections privées). C'est un style qui a été boudé, et qui l'est encore, mais que j'aime beaucoup.

    14
    Jeudi 19 Janvier 2012 à 23:42

    Le thème d'Ophélie a beaucoup inspiré les Préraphaélites. Il me semble avoir compris que l'Ophélie de Shakespeare est devenue "folle", je ne sais pas si c'est à cause d'un amour contrarié... Elle devait quand même avoir des dispositions pour le suicide ! En règle générale, on ne meurt pas d'amour, mais plutôt d'un "manque" (manque d'amour ou manque désir de vivre, ce qui est la même chose, puisque l'amour est "force de vie")... Tout de même, quelle audace, quelle liberté dans cette composition ! De nos jours, on n'a plus le droit d'aborder ces sujets ! On est tout de suite accusé d'incitation au suicide ! D'ailleurs, même les plus déterminés ont toutes les peines du monde à mourir : il y a toujours une bonne âme pour appeler les pompiers ou le samu ! Pareil pour les crises cardiaques : une flopée de défibrilateurs sévit dans le moindre village ! Décidément, on ne peut pas mourir en paix ! C'est un comble au pays des droits de l'homme ! 

    13
    Jeudi 19 Janvier 2012 à 16:40
    C'est d'un romantisme achevé : la jeune fille qui meurt d'amour ! Je crois que j'aime plus la représentation de l'histoire que l'histoire elle-même !
    12
    DAN
    Jeudi 19 Janvier 2012 à 11:16
    Un style de peinture typique de cette époque !
    11
    Mercredi 22 Avril 2009 à 21:13

    Elle est très belle, et c'est l'une des plus connue dans le genre préraphaélite.
    Merci Jayce !
    eva.

    10
    Mercredi 22 Avril 2009 à 20:39
    J'adore cette toile.... que je trouve génial !!
    9
    Dimanche 19 Avril 2009 à 22:26

    Les peintres et les poètes sont mes compagnons de toujours et à jamais... Leurs pas craquent sur le sel des chots, ils font naître des images qui ne sont que des mirages, mais qui sont la seule réalité pour certains d'entre nous...

    8
    Dimanche 19 Avril 2009 à 20:47
    ca fait froid dans le dos :-((
    7
    Dimanche 19 Avril 2009 à 19:26
    Vous savez comme j'aime cette peinture et l'associer à Rimbaud est un délice absolu...

    merci, @ bientôt,

    Michel
    6
    Samedi 18 Avril 2009 à 22:01
    sublime.
    5
    Samedi 18 Avril 2009 à 20:30
    Un ensemble Harmonieux...Bises bon dimanche
    4
    Samedi 18 Avril 2009 à 15:48

    Une belle mort certes, juste un peu inconfortable si l'on sait que la pauvre fille qui servait de modèle à Millais trempait le plus souvent dans l'eau froide d'une baignoire pendant les séances de pose...

    3
    Samedi 18 Avril 2009 à 15:46

    En matière d'émotion texte-image, on ne peut pas être décu non plus sur tes pages cher Alain... et si on ajoute en plus la mélodie... alors c'est l'Eden !

    2
    Samedi 18 Avril 2009 à 15:09
    Troublante et charmante Ophélie noyée dans de somptueux alexandrins signés Arthur; c'est une belle mort non ?
    Amitiés
    1
    Samedi 18 Avril 2009 à 14:47
    Très émouvant le rapport texte - image !
    Petit clin d'oeil sur ce que je t'avais promis Eva, (sur mon blog) .
    Amitiés,
    Alain MARC
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :